L’Ontario évalue les exigences de vaccination contre la COVID-19 pour certains emplois

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 18 Second

Les responsables du gouvernement de l’Ontario examinent les avantages et les inconvénients d’exiger la vaccination contre la COVID-19 pour les lieux de travail des soins de santé, a appris CBC News.

Un projet de document provincial obtenu par CBC News révèle que le gouvernement patauge dans les questions juridiques et éthiques impliquées dans l’élaboration de politiques de vaccination pour certains secteurs d’emploi.

Bien que le document fasse fréquemment référence à la « vaccination obligatoire », la politique qu’il recommande en fin de compte n’exigerait en fait qu’aucun travailleur soit vacciné contre le COVID-19. Au contraire, cela permettrait aux agents de santé non vaccinés d’avoir des contacts avec les patients, à condition qu’ils portent un équipement de protection complet (EPI) et subissent un dépistage fréquent du coronavirus.

« Rien ne suggère que quiconque soit obligé de se faire vacciner », indique le projet, qui n’a pas été approuvé par le cabinet du premier ministre Doug Ford. « La question est de savoir s’il peut y avoir des conséquences sur l’emploi pour ne pas le faire. »

Le document est le dernier ajout au débat qui s’intensifie au Canada sur les situations dans lesquelles une vaccination COVID-19 devrait être requise.

Un projet de document de politique obtenu par CBC News n’exige pas que les travailleurs soient vaccinés contre le COVID-19. Au lieu de cela, les travailleurs non vaccinés en contact avec les patients seraient tenus de porter un équipement de protection complet et de subir des dépistages fréquents. (Evan Mitsui/CBC)

L’ébauche, datée du 2 juillet, provient du ministère du Travail, de la Formation et du Développement des compétences de l’Ontario. Il a été fourni à CBC News par une source au sein du gouvernement.

Le document présente trois options concernant la vaccination obligatoire dans les lieux de travail à haut risque :

  • Ne prendre aucune nouvelle action.
  • L’extension des règles de vaccination désormais en place pour les personnel de soins de longue durée à tous les établissements de soins de santé et de groupe.
  • Exiger que tous les travailleurs qui interagissent avec des patients ou des personnes âgées dans les soins de santé et les soins de longue durée soient entièrement vaccinés contre la COVID-19, soit qu’ils portent un EPI complet et se soumettent à un dépistage régulier.

La troisième option est étiquetée comme la « recommandation préliminaire ». Elle « protège les clients les plus vulnérables tout en laissant le choix aux travailleurs », précise le document, qui ajoute que cela est similaire à la approche adoptée au Québec.

Un porte-parole du ministre du Travail, de la Formation et du Développement des compétences de l’Ontario, Monte McNaughton, a refusé de répondre à des questions spécifiques sur le document, notamment si le gouvernement examine toujours activement ses propositions.

« Il n’y a eu aucun changement dans la politique de vaccination de notre gouvernement », a déclaré Ryan Whealy, attaché de presse par intérim de McNaughton, dans un communiqué envoyé par courrier électronique.

« Notre déploiement de vaccin fait d’énormes progrès, et nous continuons d’encourager tout le monde à prendre rendez-vous pour recevoir leurs première et deuxième doses dès que possible. »

Le personnel du ministère rédige fréquemment des documents contenant des options et des recommandations politiques qui ne reflètent pas nécessairement les préférences réelles du gouvernement, selon les hauts fonctionnaires provinciaux.

Le document indique que certains employeurs demandent au gouvernement de fournir des règles claires indiquant s’ils peuvent exiger une preuve de vaccination de leurs travailleurs et s’ils peuvent exiger que les employés soient entièrement vaccinés.

S’en tenir au statu quo et ne prendre aucune nouvelle mesure ne satisferait pas ces employeurs, selon le document.

Un porte-parole du ministre du Travail de l’Ontario, Monte McNaughton, a refusé de dire si le gouvernement envisageait activement les politiques proposées. (Chris Young/La Presse Canadienne)

Le paysage politique au Canada sur les vaccinations obligatoires contre la COVID-19 est actuellement fragmentaire, avec peu de normes globales fixées par les provinces. Cela laisse les institutions individuelles, les employeurs et les entreprises établir leurs propres règles.

Quelques les universités et collèges ont annoncé certaines exigences de vaccination pour l’automne, soit pour les étudiants vivant en résidence, soit pour les étudiants et le personnel venant sur le campus. Certaines entreprises proposent des incitations à leurs employés de se faire vacciner.

Les provinces adoptent également différentes approches pour les « passeports vaccins » qui donneraient aux vaccinés un meilleur accès aux activités intérieures que ceux qui n’ont pas reçu de vaccin COVID-19.

À compter de cette fin de semaine, le Manitoba est ouverture cinémas, casinos et un match de la LCF uniquement aux personnes entièrement vaccinées. Le gouvernement du Québec a dit qu’il pourrait restreindre l’accès des personnes non vaccinées à certaines installations si les cas de COVID-19 augmentent à l’automne.

Cependant, les gouvernements de l’Ontario, de l’Alberta et du Nouveau-Brunswick ont ​​totalement exclu les passeports vaccinaux.

L’Ontario n’exige actuellement pas que le personnel des soins de longue durée soit vacciné contre la COVID-19. (Evan Mitsui/CBC)

Le document obtenu par CBC News fait état d’un « obstacle juridique » aux employeurs exigeant une preuve de vaccination : la loi ontarienne interdit aux employeurs d’exiger l’accès aux dossiers de santé d’un travailleur sans son consentement.

Cependant, le document indique également que l’obstacle pourrait être supprimé avec une nouvelle législation, car les employeurs sont autorisés à accéder aux dossiers de santé du personnel si nécessaire pour se conformer à une autre loi.

La vaccination contre des maladies autres que la COVID-19 est déjà une condition d’emploi dans certains secteurs en Ontario.

Travailleurs en garderie doivent être immunisés conformément aux exigences établies par les agents de santé publique locaux, tandis que les les ambulanciers doivent être vaccinés contre toute une série de maladies transmissibles. Des dérogations sont autorisées pour des raisons médicales ou religieuses.

Le document note que les nouvelles règles de l’Ontario pour le personnel des soins de longue durée n’exigent pas réellement la vaccination contre COVID-19. UNE directive du ministre, qui est entré en vigueur le 1er juillet, permet au personnel de ne pas se faire vacciner, tant qu’ils participent à un programme d’éducation sur les avantages de la vaccination.

Sean Bolton, un préposé aux services de soutien à la personne à Thunder Bay, en Ontario, a été la première personne du nord de l’Ontario à recevoir un vaccin contre la COVID-19. (Logan Turner/CBC)

#LOntario #évalue #les #exigences #vaccination #contre #COVID19 #pour #certains #emplois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *