Les TNO confirment la première variante préoccupante du COVID-19

Vues: 9
0 0
Temps de lecture:1 Minute, 58 Second

Un cas de COVID-19 signalé plus tôt cette semaine à la mine de diamants Diavik – à environ 300 kilomètres au nord-est de Yellowknife – a été confirmé comme étant la variante B.1.1.7 identifiée pour la première fois au Royaume-Uni.

Aucun autre cas n’a été détecté depuis que le cas a été rapport pour la première fois le 29 mars.

La personne qui a été testée positive et 35 autres personnes qui étaient des contacts étroits s’isolent toujours sur le site minier. La personne infectée «va bien».

Le bureau de l’administrateur en chef de la santé publique avait précédemment signalé que la personne avait contracté le virus à l’extérieur du site minier éloigné, qui n’est accessible que par voie aérienne ou par route de glace.

Selon un communiqué du bureau principal de la santé publique des TNO, Diavik Diamond Mines testera tous les employés de la mine et «continuera de travailler avec les responsables de la santé publique pour atténuer le risque de transmission».

Le cas n’est pas signalé dans les statistiques du COVID-19 du territoire car le travailleur n’est pas un résident des TNO. Il n’y a aucun risque pour le public pour le moment, selon le communiqué.

Une éclosion plus tôt cette année à la mine de diamants de Gahcho Kue – à environ 280 kilomètres au nord-est de Yellowknife et également éloignée – a augmenté pour inclure 20 cas. Cette épidémie était a déclaré terminé le 26 mars.

Le Nunavut a été confronté à une éclosion similaire à la mine d’or Hope Bay, située près de la côte arctique, à près de 700 kilomètres au nord-est de Yellowknife.

Diavik a enregistré trois cas positifs de COVID-19 depuis le début de la pandémie. Deux travailleurs ont été testés positifs à la mine le 23 décembre. L’un d’eux a été testé positif en novembre de l’année dernière.

Aucun de ces cas n’a conduit à une propagation plus poussée dans la mine.

Les rapports sur les éclosions de COVID-19 dans les mines du nord ont fourni une fenêtre rare dans l’échelle des opérations à distance et par avion. Sinon, on sait peu de choses sur le nombre de travailleurs accessibles par avion dans le Nord canadien.

Diavik Diamond Mines est une coentreprise entre le groupe Rio Tinto et Dominion Diamond Corporation.

#Les #TNO #confirment #première #variante #préoccupante #COVID19

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *