Les patients COVID-19 qui se retrouvent dans les unités de soins intensifs de la Saskatchewan sont majoritairement non vaccinés

Vues: 3
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 31 Second

Les restrictions de COVID-19 en Saskatchewan ont peut-être été levées dimanche dernier, mais cela ne signifie pas que la menace de COVID-19 a disparu de la province.

Les responsables affirment que la levée des restrictions rend particulièrement important l’obtention des deux doses d’un vaccin COVID-19 pour une meilleure protection contre le virus.

« Une fois que vous avez pris deux semaines après votre deuxième dose, c’est notre meilleure protection en ce moment contre le COVID, et le sera dans un avenir prévisible », a déclaré le médecin-hygiéniste en chef, le Dr Saqib Shahab, lors d’une conférence de presse la semaine dernière.

Un professionnel de la santé de la province affirme que les personnes qui se présentent dans les unités de soins intensifs sont celles qui n’ont pas été vaccinées ou qui n’ont reçu qu’une seule dose de vaccin.

Le Dr Hassan Masri, spécialiste des soins intensifs à Saskatoon, a déclaré qu’il y avait eu un changement depuis le début de la pandémie en ce qui concerne les personnes qu’il voit.

« Il y a peut-être 14 mois ou 10 mois, malheureusement, nous avions des patients atteints de COVID-19 avec ou sans comorbidités, qui ont atterri aux soins intensifs parce qu’ils étaient vraiment malades », a déclaré Masri à CBC News. L’édition du matin mardi.

« Cependant, au cours des six dernières semaines environ, nous avons observé une tendance très claire, à savoir que la plupart, sinon la totalité de nos [COVID-19] les patients en soins intensifs étaient des gens qui n’avaient pas reçu leurs vaccins. »

Le Dr Hassan Masri, un spécialiste des soins intensifs basé à Saskatoon, a déclaré qu’un patient qui a fini par mourir de COVID-19 regrettait de ne pas avoir été vacciné contre le virus. 0:45

Il a déclaré que les professionnels de la santé trouvaient extrêmement difficile de prendre soin de ces patients, car ils ont souvent pris la décision consciente de ne pas se faire vacciner malgré les exhortations répétées de plusieurs niveaux de gouvernement et d’experts.

L’expérience décrite par Masri n’est pas seulement anecdotique. Il est soutenu par données du disque fourni la semaine dernière par la province lors de la dernier briefing régulier sur la COVID-19.


La province a déclaré que sur 102 hospitalisations liées au COVID-19 survenues en juin, 66 n’étaient pas vaccinées ou avaient reçu leur première dose du vaccin moins de trois semaines auparavant.

Trente et une personnes hospitalisées avaient reçu leur première dose plus de trois semaines, tandis que seulement cinq de ces personnes hospitalisées avaient reçu leur deuxième dose.

La province a déclaré qu’aucune des 21 personnes qui ont reçu des soins intensifs en juin n’avait reçu une deuxième dose d’un vaccin.

Au cours du mois de juin, 15 personnes sont décédées des suites du coronavirus en Saskatchewan. Les autorités affirment que les 15 personnes n’étaient pas vaccinées ou que partiellement vaccinées.

Après un contact effrayant avec COVID-19 qui l’a laissé aux soins intensifs, Matthew Cardinal réfléchit à la levée des restrictions par la Saskatchewan. 1:40

Il n’y a pas que la Saskatchewan qui connaît cette tendance. Masri a déclaré que cela se joue à travers le Canada.

Masri a déclaré qu’un décès lié au COVID-19 chez des personnes non vaccinées peut souvent déclencher des changements parmi les membres de la famille qui évitaient également de se faire vacciner.

Il a dit qu’il pouvait penser à au moins quatre exemples où un patient non vacciné est décédé après son arrivée aux soins intensifs.

« Je me souviens très clairement que les membres de la famille de ces patients, vous savez, sont sortis de l’hôpital et se sont rendus au lieu de vaccination à [Prairieland Park] et ont reçu leur vaccin », a-t-il déclaré.

Même plus d’un an et demi après le début de la pandémie mondiale, les professionnels de la santé doivent toujours lutter contre la désinformation, a déclaré Masri.

« C’est vraiment, vraiment malheureux parce que, vous savez, la guerre de la désinformation en ligne a parfois une portée très longue. Et malheureusement, ce sont les gens qui sont victimes de cette guerre de la désinformation », a-t-il déclaré.

#Les #patients #COVID19 #qui #retrouvent #dans #les #unités #soins #intensifs #Saskatchewan #sont #majoritairement #vaccinés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *