Le taux de cas de COVID-19 au Canada dépasse maintenant le taux américain. Voici ce que disent les experts

Vues: 14
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 52 Second

Le nombre impressionnant de cas de COVID-19 aux États-Unis a peut-être semblé être un monde éloigné par rapport à la charge de travail relative du Canada pour la majeure partie de la pandémie, mais des statistiques récentes montrent la gravité croissante de la situation de ce côté de la frontière.

Le vendredi 9 avril a marqué le premier jour depuis les premiers jours de la pandémie en mars 2020 où le Canada comptait en moyenne plus de cas confirmés par million de personnes que les États-Unis.

Le graphique en cours d’exécution de Notre monde en données – qui utilise les statistiques de l’Université Johns Hopkins pour juxtaposer le nombre moyen de cas sur sept jours dans les deux pays – a montré que cette tendance se poursuivait samedi.

Les experts disent que les différences dans les déploiements de vaccins dans les pays et la présence de variantes plus transmissibles au Canada ont contribué à cette situation, mais le contexte est essentiel pour comparer ce qui se passe dans les deux pays.

«Les choses vont mal au Canada, je suis d’accord, mais je pense qu’il y a une petite mise en garde à dire:« Nous sommes pires que les États-Unis en ce moment », sans intégrer ces éléments dans l’argumentation», a déclaré le Dr Zain Chagla, médecin spécialiste des maladies infectieuses et professeur agrégé de médecine à l’Université McMaster à Hamilton.

Chagla a déclaré que des facteurs tels que les tests de comportement aux États-Unis et un taux plus élevé de COVID-19 décès par million aux États-Unis sont importants à prendre en compte lors de l’évaluation de la situation. Le 9 avril, lorsque le Canada a enregistré plus de cas par million, un graphique de Our World in Data a montré que les États-Unis comptaient 2,97 décès par million, comparativement à 0,85 au Canada.

L’épidémiologiste Cynthia Carr dit que les données concordent avec l’avertissement de l’Agence de la santé publique du Canada le 19 février, lorsque l’agence a présenté une modélisation suggérant que des variantes conduire à une augmentation des cas de coronavirus à travers le pays sans mesures de santé plus strictes.

Le Canada a signalé 3091 cas confirmés de COVID-19 le 19 février – tandis que le 9 avril, le pays a enregistré 9243 cas, selon un décompte de CBC News.

«Nous n’avons pas réagi et nous n’avons pas eu l’occasion de déployer le programme de vaccination assez rapidement en raison des défis de la chaîne d’approvisionnement», a déclaré Carr, qui a fondé EPI Research à Winnipeg.

REGARDER | La 3e vague du COVID-19 renouvelle la pression sur les hôpitaux du Canada:

La troisième vague de COVID-19 à propagation rapide rend les jeunes plus malades et renouvelle la pression sur les hôpitaux à travers le pays. 1:49

Les États-Unis ont devancé le Canada en termes de distribution de vaccins à la fois en quantité totale de doses administrées et par habitant; lundi, Our World in Data montre que plus de 35 pour cent de la population totale des États-Unis a reçu au moins une dose, comparativement à un peu plus de 19% au Canada.

En ce qui concerne les cas, Carr et Chagla ont tous deux laissé entendre que le nombre réel aux États-Unis est probablement plus élevé que le total confirmé, tandis que Carr a réitéré l’impact des variantes préoccupantes les plus transmissibles au Canada.

« Le Canada est l’un des seuls pays au monde à avoir affaire aux trois [variants of concern] et encore une fois, le plus du double [the number] des cas en moins de deux mois montre l’impact », a-t-elle déclaré.

L’immunité collective, un facteur aux États-Unis

Alors que Chagla a crédité les États-Unis pour leur déploiement de vaccin «agressif», il a déclaré que ce qui s’est passé dans des points chauds comme New York, Los Angeles et Houston affecte également leur situation.

Parce que ces régions et d’autres parties du pays ont eu un nombre massif de cas et de décès, Chagla a déclaré qu’un sous-produit dans ce contexte est l’émergence d’une certaine immunité collective parmi les survivants.

Un homme s’inscrit pour passer un test COVID-19 dans une camionnette d’essai mobile à New York. Les experts disent que le nombre de cas réels de COVID-19 aux États-Unis peut être supérieur aux totaux confirmés en raison du comportement de test dans le pays. (Brendan McDermid / Reuters)

« Alors maintenant, vous avez beaucoup de gens qui se font vacciner, une bonne partie de ceux qui n’ont jamais eu de COVID, et puis vous avez une bonne partie de la population qui est déjà immunisée contre le COVID », a-t-il déclaré.

«Au fur et à mesure que vous commencez à voir ces seuils devenir de plus en plus grands, vous commencez à voir ce que fait l’immunité collective: il y a moins de risque de transmission et moins de personnes capables de tomber malades avec le COVID-19 parce qu’elles ont déjà ils ont été complètement vaccinés dans ce contexte. « 

Même avec les campagnes de vaccination en cours au Canada, Chagla a déclaré qu’il faudrait du temps pour établir ce niveau de population de personnes immunisées – en partie à cause du total de cas bruts plus élevé aux États-Unis.

« Je veux dire, c’est un cadeau et une malédiction que nous ayons eu un contrôle raisonnable de notre pandémie de COVID-19 au cours des derniers mois », a-t-il déclaré. «Mais la réalité est qu’il y a des estimations de 25 pour cent des Américains infectés à un moment ou à un autre.

« Au Canada, le chiffre est probablement plus proche de la fourchette de 10 pour cent, donc nous sommes loin d’une immunité collective basée sur la population. »

#taux #cas #COVID19 #Canada #dépasse #maintenant #taux #américain #Voici #disent #les #experts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *