L’agence de santé de Montréal affirme que les communications avec la famille étaient «  incomplètes  » après la mort d’une femme aux urgences

Vues: 7
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 36 Second

L’agence de santé de l’Ouest-de-l’Île de Montréal a admis que ses communications faisaient défaut avec la famille d’une femme retrouvée morte le mois dernier sur le sol d’une chambre du service des urgences de l’hôpital général du Lakeshore à Pointe-Claire, au Québec.

Mais la famille dit que ce n’est pas suffisant.

Dans un communiqué envoyé par courriel aux médias ce matin, le CIUSSS de l’Ouest de l’Île de Montréal a déclaré qu’il avait demandé au coroner d’enquêter sur le décès de Candida Macarine le 27 février.

« Bien que l’enquête soit toujours en cours, le CIUSSS est déjà en mesure de dire que ses communications avec la famille étaient incomplètes, notamment au moment de l’annonce du décès », indique le communiqué.

« L’équipe du CIUSSS est évidemment désolée pour les inquiétudes que cela a occasionnées à la famille du défunt », a-t-il poursuivi.

Macarine est mort dans une chambre d’isolement à pression négative qui les infirmières de l’hôpital de la région de Montréal avaient mis en garde les gestionnaires à plusieurs reprises, disant qu’il était difficile d’y voir et de surveiller les patients.

Le jour de sa mort, la famille de Macarine a seulement appris qu’elle était décédée d’un arrêt cardiaque.

Les circonstances apprises de la mort de la mère à partir d’un reportage

Ce n’est que lorsqu’ils remarqué un reportage de CBC News deux semaines plus tard au sujet d’une femme retrouvée «morte et glacée» sur le sol à côté de son lit et qu’ils ont réalisé que cette femme était probablement leur mère.

La famille et CBC News ont demandé à plusieurs reprises plus d’informations à l’hôpital au cours des deux dernières semaines.

L’agence a finalement reconnu mardi que Macarine était la patiente décédée et qu’elle n’avait pas signalé les circonstances de sa mort à la famille.

REGARDER | Placido Macarine partage ce que cela fait de savoir si peu de choses sur la mort de sa mère:

La famille d’une femme décédée à l’hôpital général du Lakeshore dans une pièce dont le personnel avait mis en garde les gestionnaires pendant des semaines n’a appris les circonstances de son décès qu’après avoir lu un article de la SRC plus tôt cette semaine. 2:19

‘Inacceptable’

La déclaration intervient un jour après que la famille d’origine philippine a tenu une conférence de presse en larmes, accuser l’hôpital de racisme.

Dans une interview accordée à CBC mardi, le fils de Candida Macarine, Emmanuel Macarine, a déclaré qu’il n’était pas impressionné par la déclaration de l’hôpital.

« Non, non, je suis désolé, mais pour moi ce n’est pas une excuse », a déclaré Macarine.

Il s’est moqué de l’admission de l’hôpital selon laquelle sa communication avec la famille était «incomplète».

« Incomplet? Eh bien, je ne sais pas comment ils ont essayé de communiquer avec nous! Jusqu’à présent, nous n’avons rien reçu – avant la conférence de presse d’hier », a-t-il déclaré.

Le chef du CIUSSS propose de rencontrer la famille

L’agence de santé entend donner suite aux recommandations issues de l’enquête du coroner pour « s’assurer qu’une telle situation ne se reproduise plus », a indiqué le CIUSSS dans son communiqué.

« De plus, s’il est démontré que notre personnel a agi de manière inappropriée, le CIUSSS n’hésitera pas à prendre les décisions et les actions nécessaires dans de telles situations. »

La déclaration de l’agence de santé n’a pas expliqué pourquoi la famille n’a jamais été informée des circonstances de la mort de Macarine.

Dans un courriel, un porte-parole a déclaré à CBC News que l’agence ne ferait plus de commentaires tant que la PDG du CIUSSS, Lynne McVey, n’aurait pas eu la chance de rencontrer la famille.

« Lynne McVey a écrit aux membres de la famille hier et a demandé à les rencontrer pour leur offrir son soutien dans cette épreuve difficile », indique le communiqué.

‘Je ne peux plus leur faire confiance’

Emmanuel Macarine a déclaré que la famille n’avait pas l’intention de rencontrer McVey dans l’immédiat.

«Après tous les refus de nos demandes de connaître la vérité sur ce qui est arrivé à notre mère, nous ne pouvons plus leur faire confiance», a-t-il déclaré. « Je veux dire, qu’est-ce qu’ils vont dire maintenant? »

Macarine a déclaré que la famille préférerait traiter avec le bureau du coroner.

#Lagence #santé #Montréal #affirme #les #communications #avec #famille #étaient #incomplètes #après #mort #dune #femme #aux #urgences

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *