La liste d’attente pour la chirurgie dentaire des enfants au Nunavut a doublé pour atteindre 1 000

Vues: 8
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 16 Second

Une femme du Nunavut dit que son fils de 12 ans a perdu 15 livres en attendant de se faire retirer une dent cette année.

Le garçon de Rankin Inlet était récemment l’un des plus de 1 000 enfants inscrits sur la liste d’attente du territoire pour une chirurgie dentaire.

« Il a pleuré jour et nuit, il a arrêté de manger », a déclaré la femme, qui ne voulait pas être identifiée, à La Presse canadienne.

« En tant que mère, regarder son enfant souffrir pendant des mois est une expérience tellement difficile. »

Elle a déclaré qu’un dentiste de la communauté lui avait dit en février que son fils, Howard, avait une dent cariée qui devait être extraite. Le personnel a engourdi la bouche du garçon et s’est préparé à retirer la dent, mais il était trop nerveux et ne pouvait pas rester immobile.

Il a été recommandé qu’il soit transporté par avion à Winnipeg, où il pourrait être placé sous sédation.

Mais le renvoi n’a pas été terminé, a déclaré sa mère. En mai, un autre dentiste de la clinique de Rankin Inlet a tenté sans succès d’enlever la dent. Une référence a été faite à Winnipeg et il a été renvoyé chez lui avec des antibiotiques pour la douleur.

« La chose la plus difficile à entendre d’un enfant qui n’a que 12 ans, c’est quand il dit : ‘Maman, ça fait tellement mal. Je préfère mourir. J’en ai marre d’avoir mal », a déclaré la femme.

La liste d’attente a doublé pendant la pandémie

Ronald Kelly, directeur de la santé bucco-dentaire du Nunavut, a déclaré que la liste d’attente pour les enfants nécessitant une chirurgie dentaire était d’environ 500 avant la pandémie de COVID-19.

Après le coup de COVID-19 et l’arrêt des déplacements sur le territoire, il a doublé.

Il existe trois cliniques dentaires privées au Nunavut — deux à Iqaluit et une nouvelle à Rankin Inlet. Des équipes dentaires se rendent dans les 23 autres communautés du territoire selon un horaire rotatif tout au long de l’année. Entre ces visites programmées, les résidents doivent se déplacer pour recevoir des soins spécialisés.

Le seul hôpital du territoire, à Iqaluit, est le seul endroit où l’anesthésie générale peut être donnée. Les enfants vivant dans l’ouest du Nunavut sont également régulièrement envoyés à Churchill, au Manitoba, pour subir une chirurgie dentaire.

Au cours d’une semaine typique, Kelly a déclaré que l’hôpital verrait environ 20 enfants pour une chirurgie dentaire, la plupart ayant moins de cinq ans.

« Pendant COVID, nous n’avions accès à pratiquement aucun service hospitalier pour ces enfants. »

Le territoire est de retour dans les délais maintenant que les restrictions de voyage se sont assouplies, mais il fait face à un arriéré. Des semaines supplémentaires ont été réservées dans les hôpitaux d’Iqaluit et de Churchill pour que les enfants voient des chirurgiens, a déclaré Kelly.

La carie dentaire commune

L’enquête sur la santé buccodentaire des Inuits, menée par Nunavut Tunngavik de 2008 à 2009, a révélé que 85 % des enfants inuits âgés de trois à cinq ans avaient eu une ou plusieurs caries. Et environ 97 pour cent des personnes âgées de 12 à 17 ans avaient au moins une dent touchée par la carie.

Il a souligné que les barrières linguistiques, l’insécurité alimentaire, les logements surpeuplés et un accès plus faible aux soins de santé que dans le reste du pays étaient des facteurs qui nuisent à la santé des Inuits.

À l’échelle nationale, l’Association dentaire canadienne a déclaré qu’environ 24 % des enfants avaient au moins une dent cariée en 2010.

Une mère du Nunavut dit que son fils Howard, âgé de 12 ans, photographié ici, a perdu 15 livres depuis février en attendant qu’une dent cariée soit retirée. (La Presse Canadienne)

Un porte-parole de l’association a déclaré que les listes d’attente pour l’anesthésie générale peuvent aller d’une semaine à un an à travers le Canada.

« La pandémie de COVID-19 a affecté l’accès à la dentisterie qui est particulièrement pratiquée dans les hôpitaux ou les centres chirurgicaux, car de nombreuses chirurgies ont été annulées pour détourner du personnel afin de soutenir les personnes gravement malades à cause de COVID-19. »

Il y a cinq ans, le ministère de la Santé du Nunavut a créé un programme dentaire qui offre des services préventifs spécifiquement pour les enfants.

Avant la pandémie, a déclaré Kelly, le programme a contribué à réduire la liste d’attente.

« Elle pleure souvent »

Elisapee Kalluk a déclaré que ses deux enfants de Pond Inlet attendaient une intervention chirurgicale depuis un an. Sa fille de 15 ans a plusieurs caries et sa fille de trois ans a une dent cassée.

Kalluk a déclaré que son aînée prenait du Tylenol pour atténuer ses douleurs dentaires, mais cela n’a pas aidé.

« Elle a tellement souffert. Elle pleure souvent », a déclaré Kalluk. « Je ne sais pas quoi faire quand elle a vraiment mal. »

Lundi dernier, la mère de Howard a déclaré que sa dent avait finalement été retirée à la nouvelle clinique dentaire de Rankin Inlet.

Il n’a plus mal.

« Howard sourit à nouveau, » dit-elle.

#liste #dattente #pour #chirurgie #dentaire #des #enfants #Nunavut #doublé #pour #atteindre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *