Des milliers de membres du personnel de l’hôpital de Toronto n’ont pas reçu leurs vaccins contre le COVID-19, révèle une note de service

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 38 Second

Des milliers de membres du personnel d’un réseau hospitalier de Toronto n’ont toujours pas été vaccinés contre le COVID-19, ce qui a suscité un courriel interne de son président, qui a été obtenu par CBC News, les exhortant à se faire vacciner.

Environ 4000 employés du Réseau universitaire de santé (UHN) ne s’étaient pas inscrits pour leurs vaccins lundi, selon le courriel envoyé ce jour-là par le président et chef de la direction de l’UHN, le Dr Kevin Smith.

«Bien que notre taux global de participation soit très bon, il existe des domaines et des programmes où la vaccination reste inférieure à 50 pour cent de la population», a écrit Smith.

« Nous devons changer cela immédiatement. »

Smith a également déclaré qu’il craignait que l’approvisionnement en vaccins du réseau hospitalier ne soit considérablement réduit dans les jours à venir, alors que l’Ontario «élargit sa liste de priorités».

Le plaidoyer a été adressé au personnel présentant l’un des risques les plus élevés de rencontrer le virus SRAS-CoV-2 sur le lieu de travail, selon la porte-parole de l’UHN, Gillian Howard, y compris ceux qui travaillent aux urgences, aux unités de soins intensifs, aux unités d’hospitalisation et au COVID-19. unités.

Depuis l’envoi de l’e-mail, a déclaré Howard, environ 1000 autres travailleurs de l’UHN s’étaient inscrits pour leurs vaccinations, portant le total à un peu plus de 18000. les personnes qui seront vaccinées.

Le réseau a mis en place une ligne téléphonique et des «ambassadeurs des vaccins» pour répondre aux questions du personnel, a-t-elle déclaré.

La raison pour laquelle certains employés tardaient à s’inscrire n’était pas immédiatement claire.

UHN comprend plusieurs hôpitaux, dont le Toronto General Hospital, le Toronto Western Hospital et le Princess Margaret Cancer Hospital.

«  Forte adhésion  » dans certains hôpitaux

On ne sait pas combien de membres du personnel d’autres réseaux de soins de santé et hôpitaux de la région de Toronto ont été vaccinés ou se sont inscrits pour recevoir leur vaccin, bien que plusieurs d’entre eux aient fourni des données en réponse à une demande de CBC News.

Le Women’s College Hospital, un établissement distinct de l’UHN, a vacciné environ 664 des 929 membres du personnel éligibles, soit environ 71%.

Le Toronto General Hospital est l’un des nombreux sites faisant partie du réseau. (Sue Reid / CBC)

« Cependant, ce nombre est en constante évolution à mesure que les effectifs fluctuent et nous en avons beaucoup qui attendent des rendez-vous dans les semaines à venir », a déclaré la porte-parole Jen Brailsford dans un courriel.

« Il s’agit probablement également d’une sous-estimation, car ces chiffres sont basés sur l’auto-déclaration à la santé au travail. »

Selon la porte-parole Jennifer Specht, le système de santé du Sinaï de Toronto connaît également une «forte adhésion» au sein de son personnel et de ses équipes de médecins, avec environ 5 000 personnes, soit environ 78% du bassin total, inscrites pour un rendez-vous pour un vaccin.

« Ce nombre est basé sur le nombre de rendez-vous de vaccination réservés par les personnes de Sinai Health en combinaison avec les données fournies par nos hôpitaux partenaires qui administrent le vaccin à notre personnel », a-t-elle déclaré à CBC News.

Les hôpitaux de la région de Toronto ont eu un accès rapide au déploiement de la vaccination dans la province, avec des milliers de doses administrées aux travailleurs de première ligne et à d’autres employés au cours des derniers mois.

Malgré cela, les flambées dans les hôpitaux se sont poursuivies. UHN seul est rapportant actuellement trois, affectant une poignée de membres du personnel et de patients.

CBC News a également Signalé précédemment sur la façon dont environ un tiers des travailleurs des soins de longue durée – qui sont admissibles depuis décembre – n’ont pas encore été vaccinés.

Une note du ministère des Soins de longue durée de l’Ontario datée du 8 mars a révélé qu’environ 67% du personnel des maisons de soins infirmiers de la province avait reçu au moins une dose du vaccin COVID-19, comparativement à plus de 95% des résidents.

Le Dr Susy Hota de l’UHN dit que le manque de vaccination pendant la troisième vague de la pandémie est décevant. (Craig Chivers / CBC)

Selon la chercheuse en éthique de la santé publique Alison Thompson, professeure agrégée à l’Université de Toronto, l’hésitation chez les travailleurs de la santé peut mener à des problèmes d’éthique «délicats» en milieu de travail, en particulier en milieu hospitalier.

«Cela se résume essentiellement à une question de protection des patients et de leur droit à un espace sûr pour les soins, et à la protection de leurs collègues… par opposition à leur droit individuel garanti par la Charte de ne pas avoir à être soumis à une sorte d’intervention médicale contre leur volonté et leur consentement. , » elle a dit.

‘Pas un bon bilan’

Le Dr Susy Hota, directeur médical de la prévention et du contrôle des infections à l’UHN, a déclaré que le manque de vaccination pendant la troisième vague de la pandémie est décevant.

Mais elle a souligné que s’il s’agit de professionnels de la santé, ils sont également confrontés à l’hésitation à la vaccination qui est de plus en plus fréquente dans la population générale.

«Mon hôpital est immense. Nous sommes comme une communauté en nous-mêmes, comme un petit village ou une petite ville», a-t-elle déclaré.

« Et il y a une diversité de rôles différents que les gens jouent ici. Et les gens viennent d’horizons différents, de cultures différentes et ont eu des expériences différentes dans le passé. »

Hota dit que, du point de vue de la lutte contre les infections, il peut être difficile de trouver comment lutter contre cette hésitation des agents de santé.

«Nous n’avons pas réussi à imposer des vaccinations dans le passé; il n’y a pas un bon bilan», a-t-elle poursuivi.

Des masques obligatoires ou d’autres équipements de protection individuelle pour les travailleurs non vaccinés pourraient-ils être une option? Ce n’est pas si simple, dit Hota.

D’une part, on pense que la plupart des infections dans les hôpitaux surviennent lorsque les travailleurs ne soignent pas les patients et ne portent plus de masques; comme bavarder dans une salle de pause.

« Le masquage par rapport à la vaccination a été essayé pour la grippe, et cela n’a pas réussi », a ajouté Hota.

Thompson est d’accord. Si chaque employeur essaie de mettre en œuvre ce type de politique, elle a beaucoup moins de chances de réussir, a-t-elle déclaré.

«C’est probablement beaucoup plus efficace si le gouvernement provincial exigeait que les vaccins soient administrés aux travailleurs de la santé, avec des exemptions légitimes», a-t-elle déclaré.

#Des #milliers #membres #personnel #lhôpital #Toronto #nont #pas #reçu #leurs #vaccins #contre #COVID19 #révèle #une #note #service

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *