Des experts en santé publique préoccupés par l’affirmation du premier ministre de l’Alberta selon laquelle la pandémie est terminée

Vues: 3
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 26 Second

Un premier ministre sans masque, Jason Kenney, serre la main, embrasse les visiteurs du Stampede de Calgary et se tient côte à côte pour des séances de photos dans une vidéo publiée sur ses pages de médias sociaux dimanche.

« Une telle joie de se connecter avec les Albertains lors du premier événement majeur du Canada après la pandémie », indique la légende.

Son choix de formulation – « après la pandémie » – inquiète les experts de la santé qui disent qu’il implique à tort que le coronavirus n’est plus une source de préoccupation.

« Je m’inquiète de la mesure dans laquelle cette vidéo invite vraiment à un retour complet à la normale … ​​cette idée que la pandémie est terminée, elle est partie, nous n’avons pas à nous soucier de quoi que ce soit est juste faux. C’est juste faux scientifiquement,  » a déclaré Timothy Caulfield, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en santé, droit et politique à l’Université de l’Alberta.

Ces dernières semaines, Valeur R COVID-19 de l’Alberta et le taux de positivité ont augmenté. Jeudi, la province a signalé une augmentation des cas actifs pour la première fois depuis mai.

Bien qu’il comprenne le désir d’un retour à la normale, Caulfield a déclaré qu’il pensait qu’il y aurait plus de ce message politique « dogmatique » à l’avenir.

« Les gouvernements du monde entier essaient de gagner; les opposants politiques essaient de souligner l’idée que cela a été un échec. Et ce qui va se perdre … c’est la science réelle, les preuves réelles », a-t-il déclaré.

« Cela politise davantage tous nos efforts pour lutter contre la pandémie. »

Le Dr Gabriel Fabreau, professeur adjoint en médecine interne générale à l’Université de Calgary, a déclaré que ses collègues et lui retenaient leur souffle pour voir si les cas augmenteraient après le Stampede de Calgary, le premier événement majeur organisé au Canada depuis le début de la pandémie. Le Stampede s’est terminé dimanche.

Franchement, je ne sais pas combien nous pouvons en supporter de plus.– Dr Gabriel Fabreau

« Dire aux gens que c’est fini alors que ce n’est pas encore fini risque de réduire les précautions. Les gens qui ne font pas attention, les gens qui reçoivent peut-être le message qu’ils n’ont pas besoin d’aller prendre une deuxième dose, et dans ce cas, population en général à risque de résurgence d’une variante beaucoup plus transmissible », a déclaré Fabreau.

Une préoccupation particulière pour Fabreau est la proportion de la population de l’Alberta avec au moins une dose a quelque peu atteint un plateau. Dimanche, la province a vu le moins de premières doses administrées depuis février, lorsque l’accès aux vaccins était rare.

« L’Alberta et la Saskatchewan ont les taux de vaccination les plus bas du pays. Et nous savons que la variante delta est devenue dominante à Calgary », a déclaré Fabreau.

« Les Pays-Bas, ou le Royaume-Uni, ou Israël, qui avaient tous [reopened] et avait un message similaire … puis avait des courbes de cas en forme de U qui montraient des cas en flèche dans leur population plus jeune et ont ensuite dû réimposer des restrictions. »

D’autres pays indiquent des raisons de prudence

Les cas de COVID-19 étaient à leur plus bas niveau aux Pays-Bas lors de la réouverture du pays en juin, et les taux de vaccination étaient comparables à ceux de l’Alberta. Début juillet, les infections ont bondi de 500 % en une semaine ; la plupart des cas concernaient des jeunes et étaient la variante delta hautement transmissible.

Une salle de concert a vu plus d’un participant sur 20, soit 1 000 personnes, être testé positif après un concert en plein air, selon moyenne locale. Le concert, tout comme la tente de concert du Stampede à Nashville North, exigeait que les visiteurs présentent une preuve de vaccination ou un test négatif pour entrer.

Une carte montre le pourcentage de la population par province qui a reçu au moins une dose d’un vaccin COVID-19 au 10 juillet 2021. (Gouvernement du Canada)

Fabreau a déclaré que ses plus grandes préoccupations concernaient la santé mentale et le bien-être de ses collègues du secteur de la santé.

« Si nous devions voir une quatrième vague, je – je ne peux pas imaginer l’impact négatif que cela va avoir sur notre peuple et notre système de santé. Et, vous savez, franchement, je ne sais tout simplement pas à quel point plus nous pouvons prendre », a-t-il déclaré.

C’est formidable de célébrer des victoires, a déclaré Caulfield, tout comme le succès global du Canada dans ses efforts de vaccination par rapport à de nombreuses régions du monde.

« Mais je pense que le message devrait laisser ouverte la possibilité qu’il y ait beaucoup d’incertitude », a-t-il déclaré.

« Ce que j’aimerais voir, c’est un couplage de ces messages positifs avec ce que nous devons faire à l’avenir. Alors, ‘Est-ce que ce n’est pas fantastique là où nous en sommes en ce moment, Alberta? Améliorons encore les choses et assurons-nous tous se faire vacciner.' »



#Des #experts #santé #publique #préoccupés #par #laffirmation #premier #ministre #lAlberta #selon #laquelle #pandémie #est #terminée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *