Des centaines de patients aux soins intensifs transférés entre les hôpitaux de l’Ontario alors que les admissions au COVID-19 augmentent

Vues: 7
0 0
Temps de lecture:7 Minute, 25 Second

Pour le docteur Jamie Spiegelman, médecin de soins intensifs de Toronto, presque chaque journée de travail implique l’envoi d’une poignée de patients atteints de COVID-19 dans d’autres unités de soins intensifs.

Parfois, cela signifie transférer ces patients gravement malades vers d’autres sites de la région du Grand Toronto. À d’autres occasions, cela signifie les envoyer aussi loin que Hamilton ou London, en Ontario.

Et bien que les chiffres bruts semblent faibles, le clinicien de l’Hôpital Humber River a déclaré que ces transferts totalisaient un nombre «significatif» de patients – tout cela pour garantir que l’unité de 48 lits d’un hôpital situé dans l’une des zones les plus durement touchées de Toronto ne le fera pas. devenir submergé.

«Nous recevons probablement un à cinq patients par jour en moyenne avec COVID. C’est gérable, mais si cela dépasse cinq à dix patients, voire 15 patients et que nous admettons des patients à l’USI chaque jour, ce n’est évidemment pas un modèle durable », a expliqué Spiegelman, ajoutant que son unité fonctionnait presque à pleine capacité depuis des mois.

« Nous sommes tous préoccupés par le fait que nous n’avons pas assez de ressources si cela explose. »

Transferts en hausse

Les transferts de patients sont courants dans tout le réseau hospitalier de l’Ontario, mais les médecins de soins intensifs qui ont parlé à CBC News ont souligné que la pratique est récemment devenue plus courante pour éviter que les établissements hospitaliers ne soient débordés alors que les admissions ne cessent d’augmenter.

«Nous avons changé un numéro chaque jour, et donc ces chiffres s’additionnent très rapidement», a déclaré le Dr Andrew Baker, qui dirige le centre de commande COVID-19 des soins intensifs de l’Ontario.

C’est l’organisme qui répond aux besoins en temps réel de la capacité de soins intensifs du COVID-19, y compris l’orchestration des transferts de patients via des ambulances aériennes ou des équipes paramédicales locales.

Baker a déclaré à CBC News que son équipe avait compté environ 168 patients en soins intensifs COVID-19 qui ont été transférés entre divers sites hospitaliers entre début janvier et mi-mars – une moyenne d’un couple par jour – et que la semaine dernière seulement, ce taux a augmenté. .

Une infirmière s’occupe d’un patient soupçonné d’avoir le COVID-19 dans une unité de soins intensifs de la région de Toronto. (Evan Mitsui / CBC)

Les chiffres fournis par Ornge, le fournisseur d’ambulances aériennes à but non lucratif de l’Ontario, montrent qu’un nombre encore plus grand de patients, y compris ceux souffrant d’autres maladies et affections, ont été déplacés entre les sites de soins intensifs au cours des derniers mois – totalisant près de 600 depuis le début de décembre.

Ce mois-là, Ornge et les ambulanciers paramédicaux locaux ont transporté un total combiné de 43 patients entre les sites hospitaliers.

Le décompte est passé à 206 en janvier, 217 en février et jusqu’à présent en mars, au moins 124 patients ont été déplacés.

«Au cours des 36 dernières heures, nous avons transféré cinq patients de notre établissement et effectué notre première évacuation aérienne vers Kingston, ce que nous n’avions jamais fait auparavant», a déclaré le Dr Martin Betts, chef et directeur médical du Scarborough Health. Programme de soins intensifs du réseau.

« À bien des égards, c’est pour nous préparer à ce que nous pensons augmenter dans les semaines à venir, pour nous donner accès à des ventilateurs. »

Les patients sont presque exclusivement transférés dans le sud de l’Ontario, mais ce mois-ci, neuf personnes ont été envoyées au sud de Thunder Bay, un point chaud du COVID-19, selon les données d’Ornge.

«Dans le Nord de l’Ontario, il n’y a qu’environ 90 lits de soins intensifs», a expliqué Anthony Dale, chef de l’Association des hôpitaux de l’Ontario, lors d’une récente entrevue avec CBC News. « Et Winnipeg est fermée aux patients non manitobains. »



383 patients COVID-19 en USI

L’augmentation des transferts de patients se produit alors que des variantes de virus capables de causer des maladies plus graves circulent largement en Ontario et devraient contribuer à la troisième vague de cas de COVID-19 dans la province alors que les restrictions sont assouplies dans diverses régions.

Il y a également eu peu de répit pour les équipes de soins intensifs après que le nombre de patients luttant contre la maladie dans leurs unités a atteint un sommet de 420 en janvier, aux côtés de tous les autres patients admis pour d’autres conditions, selon les données obtenues par CBC News de Critical Care Services Ontario ( CCSO).

«Nous ne sommes probablement qu’à quelques jours d’éclipser ce fardeau des soins intensifs», a déclaré Betts.

Les chiffres ont à peine baissé avant de recommencer à augmenter pour atteindre le dernier décompte de 383 – contrairement à la longue accalmie estivale des admissions avant la deuxième vague.

«La plupart des unités de soins intensifs atteignent ou approchent de leur capacité», a déclaré le Dr Michael Warner, médecin de soins intensifs à l’hôpital Michael Garron. « Bien qu’il puisse y avoir des lits, il n’y a pas assez de personnel pour pourvoir les lits disponibles, y compris les lits d’appoint mis à disposition par le gouvernement. »

Les équipes paramédicales locales et les équipes d’ambulance aérienne d’Ornge aident toutes les deux à transférer les patients en soins intensifs dans la province. (Paul Borkwood / CBC)

Un autre défi, selon les cliniciens, est la durée de séjour des patients atteints de COVID-19.

« Les patients qui viennent et quittent l’USI restent pendant environ huit jours », a déclaré Baker. « Les patients qui viennent et malheureusement décèdent restent pendant environ deux semaines. »

Et beaucoup d’autres se retrouvent en soins intensifs pendant beaucoup plus longtemps, certains patients étant toujours à l’hôpital des semaines après la deuxième vague d’admissions à l’automne, et même des mois après la fin de la première vague en août dernier.

«Il y a trois patients dans les USI de l’Ontario atteints du COVID-19 qui sont toujours sous respirateur depuis la première vague», a déclaré Warner, citant les derniers chiffres du CCSO.

« Et la durée du séjour augmente, ce qui explique en partie pourquoi le nombre de cas dans les USI de l’Ontario avec COVID-19 augmente également. »

REGARDER | Les patients COVID-19 de 3e vague sont plus jeunes, plus malades:

Bon nombre des Canadiens les plus vulnérables au COVID-19 ont été vaccinés, mais la majorité des jeunes Canadiens ne sont toujours pas protégés et les hôpitaux en voient les conséquences. 2:05

La priorité est la «  sécurité  »

Les cliniciens disent que le transfert des patients est logique sur le plan logistique, en veillant à ce que les patients les plus malades de la province soient répartis pour profiter des lits vides et éviter de déborder de certaines zones.

C’est aussi une méthode pour s’assurer que les patients gravement malades peuvent accéder à des soins spécialisés qui ne sont disponibles que dans certains sites du centre-ville de Toronto.

«La stratégie derrière les transferts de patients est de s’assurer que l’hôpital dispose de suffisamment de ressources en soins intensifs pour toute personne qui vient à l’hôpital, pour quelque raison que ce soit», a noté Betts. Les hôpitaux de l’Ontario sont toujours aux prises avec un énorme arriéré de plusieurs mois de chirurgies et de rendez-vous non liés au COVID-19, a-t-il ajouté.

Mais cela signifie aussi que les personnes transférées – y compris certaines qui peuvent être proches de la mort – sont parfois soudainement à des heures de distance de leurs proches, ajoutant une autre complication pour les familles lors d’une pandémie déjà marquée par l’isolement social.

« Nous ressentons tous l’histoire de famille derrière chacun d’eux. Ce ne sont pas des chiffres pour nous », a déclaré Baker.

« Nous voyons les cas; je travaille à l’USI, nous travaillons tous dans l’USI. Nous en sommes donc très conscients. En même temps – notre priorité absolue est la sécurité. »

Les chiffres fournis par Ornge, le fournisseur d’ambulances aériennes à but non lucratif de l’Ontario, montrent que près de 600 patients au total en USI ont été transportés entre les sites depuis le début de décembre. (Yvon Thériault / Radio-Canada)

Pour Spiegelman, les transferts de patients font partie des stratégies qui permettent à son unité de soins intensifs de fonctionner, du moins pour le moment.

Ce qui est encore plus inquiétant que le nombre brut d’admissions et de transferts, a-t-il dit, c’est qui se présente en premier lieu: des patients plus jeunes et plus malades, plus fréquemment qu’au début de la pandémie.

«Lorsqu’un jeune de 30 ou 40 ans entre à l’USI et que je dois le mettre sous assistance respiratoire, c’est très différent d’un patient de 80 ans en maison de retraite qui a vécu toute sa vie», a déclaré Spiegelman.

« Je suis préoccupé par l’âge démographique que nous voyons tomber malade à ce stade – et il est très possible que les chiffres continuent d’augmenter. »

#Des #centaines #patients #aux #soins #intensifs #transférés #entre #les #hôpitaux #lOntario #alors #les #admissions #COVID19 #augmentent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *