Vous avez l’impression de toujours nettoyer pendant la pandémie, mais votre maison est toujours en désordre? Tu n’es pas seul

Vues: 9
0 0
Temps de lecture:6 Minute, 19 Second

Quelqu’un a-t-il des difficultés avec les travaux ménagers pendant le COVID-19? Plus de plats, bien sûr. Mais pourquoi la maison est-elle plus désordonnée? Ne devrait-il pas y avoir moins de linge alors que les armoires se réduisent aux pantalons de survêtement et aux leggings?

Lorsque la pandémie a été déclarée en mars 2020, nous avons tous soudainement commencé à passer beaucoup plus de temps chez nous. Mais nous ne sommes pas tous devenus des femmes au foyer parfaites.

Des familles, des entrepreneurs, des experts de l’industrie et des universitaires ont expliqué à CBC pourquoi le COVID-19 semble s’être traduit par plus de travail sur le front intérieur.

Mante Molepo est avocate et consultante en matière de lutte contre le racisme, ainsi qu’une épouse et une mère de deux enfants d’âge scolaire.

Mante Molepo dit que les travaux ménagers pendant le COVID-19 prennent parfois le pas sur toutes ses autres responsabilités. (Avec la permission de Mante Molepo / Twitter)

Pendant neuf mois pendant la pandémie, ses enfants ont suivi des cours en ligne et les quatre membres de sa famille sont restés à la maison toute la journée. Dans le même temps, Molepo commençait à lancer sa nouvelle activité de conseil.

«Au lieu d’avoir ce temps pour plier le linge, je dois terminer ce rapport client … et puis ça s’empile», dit-elle.

«Nous ne sommes généralement pas une famille en désordre, mais notre maison était définitivement en désordre», a déclaré Malepo, qui a utilisé la cuisine comme bureau et a utilisé un filtre de flou d’arrière-plan sur son application Zoom pour masquer le désarroi.

« J’espère faire beaucoup ce week-end et rattraper le … désordre chaud de ma maison. »

Coincé sur les lieux de la crasse

Ce sentiment de ne jamais avoir assez de temps pour gérer les tâches ménagères est familier à Anita Grace, chercheuse postdoctorale à l’Université Carleton.

Elle étudie l’équilibre travail-vie personnelle et comment les perceptions sur les tâches ménagères ont changé pendant le COVID-19. Et en tant que mère de deux enfants qui travaille, elle est un exemple vivant de ses recherches sur la façon dont les personnes ayant un emploi et les enfants font face à la pandémie.

Anita Grace est une chercheuse postdoctorale à l’Université Carleton qui étudie les perceptions des gens sur l’équilibre travail-vie personnelle pendant la pandémie. (Fourni par Anita Grace)

Beaucoup de ses participants à l’étude se plaignent des travaux ménagers. « Une personne a dit: » Comment y a-t-il autant de plats? Je n’arrête jamais de faire la vaisselle.  »  »

Selon Grace, les gens diraient qu’ils voulaient «quelqu’un pour nettoyer ma maison, quelqu’un pour faire ma vaisselle, quelqu’un pour ranger ma cuisine. Que la lessive est écrasante».

«Il y avait juste ce sentiment de corvées sans fin», dit-elle, et aucun moyen de s’éloigner de la scène de la crasse. « Vous ne pouvez pas vous échapper. Vous ne pouvez pas partir. C’est juste là sur votre visage.

« Parfois, voir ce panier à linge est juste … euh. »

Une partie du travail de Grace consiste à déterminer qui fait quoi à la maison, et elle suit 70 participants à l’étude depuis le début de la pandémie.

« Les hommes ont l’impression qu’ils font 50 pour cent des travaux ménagers, tandis que les femmes perçoivent qu’ils en font 70 pour cent. Je vous laisse donc interpréter cela. »

Cameron Banville, 22 ans, a identifié un besoin de nettoyage de bangs et a lancé son service de nettoyage de bangs mobiles quatre mois après le début de la pandémie. (Fourni par Cameron Banville)

Les entreprises éliminent le sale boulot

Pour certains entrepreneurs, tout ce désarroi inspiré par COVID est bon pour les affaires.

Cameron Banville a lancé The Bong Cleaners, son entreprise de nettoyage de bangs mobiles en juillet 2020.

« Les bangs des gens se sont salis pendant l’hiver », a-t-il dit. « Il est certainement temps pour le nettoyage de printemps. »

L’étudiant en gestion d’entreprise et en entrepreneuriat du Collège Algonquin, âgé de 22 ans, a lancé l’entreprise après avoir appris à nettoyer ses propres bangs.

« J’ai toujours trouvé très thérapeutique de les nettoyer. Cela est arrivé au point où mes amis ont compris et m’ont demandé de nettoyer leurs pièces pour eux. »

Il facture 15 $ par bang et s’adresse aux personnes qui aiment fumer, mais qui trouvent que le nettoyage de leur équipement est un travail «sale et méchant». Quand il transforme leurs bangs noircis en verre scintillant, « les gens disent: » Wow, c’est fou.  » « 

Banville a toujours aimé le nettoyage, de la décoration des voitures au nettoyage de la friteuse lorsqu’il était cuisinier à la chaîne. « C’est juste la satisfaction de voir l’avant et l’après. »

Nettoyage du service de ménage

Stephanie Applejohn, propriétaire du service de nettoyage professionnel Merry Maids Ottawa, dit que les affaires ont ralenti au début pendant la pandémie, mais qu’elles ont rebondi depuis.

Stephanie Applejohn, propriétaire de Merry Maids Ottawa, dit que les gens semblent fatigués d’être coincés à l’intérieur. (Fourni par Stephanie Applejohn)

«Les gens travaillaient à domicile», a-t-elle dit. « Ils avaient leurs enfants à la maison pour faire un apprentissage virtuel, et ils avaient besoin d’un peu plus de TLC que d’habitude. »

Certains de ses clients travaillaient plus d’heures à la maison qu’ils ne le faisaient lorsqu’ils étaient au bureau.

« Ils ne veulent plus regarder ces quatre murs », a déclaré Applejohn. « Ils veulent être dehors pour prendre l’air. C’est pourquoi ils nous appellent. »

Avant COVID-19, Applejohn a déclaré avoir environ 150 clients. L’entreprise nettoie actuellement environ 175 maisons.

Robin Milhausen, professeur de relations familiales à l’Université de Guelph, étudie comment 1000 hommes et femmes font face à l’équilibre travail-vie personnelle pendant le COVID-19, y compris le stress des tâches ménagères, tout en jonglant entre les emplois et les enfants.

«Les défis de la pandémie ne sont pas également répartis entre toutes les familles», a déclaré Milhausen, qui reconnaît également son propre privilège en tant que membre d’une famille biparentale à double revenu.

« Il y a de très gros défis pour les familles où elles ont perdu leur travail… ou qui ont souffert de maladie. »

Robin Milhausen, professeur de relations familiales à l’Université de Guelph, étudie la façon dont les gens font face aux tâches ménagères et à la garde d’enfants pendant la pandémie. (Fourni par Robin Milhausen / Université de Guelph)

Différents points de stress

Tout comme Grace, Milhausen a étudié la façon dont les gens perçoivent la répartition des tâches ménagères et des soins aux enfants depuis le début de la pandémie. Elle dit que les femmes font encore plus à la maison, pandémie ou non, mais il y a des pépites éclairantes dans les détails.

« Les hommes étaient plus susceptibles que les femmes de dire qu’ils faisaient plus », a déclaré Milhausen. « Mais les femmes étaient plus susceptibles de dire qu’elles faisaient beaucoup plus de travaux ménagers et beaucoup plus de soins aux enfants. »

Une autre révélation a été que les hommes qui ont déclaré qu’ils s’occupaient beaucoup plus des enfants et des travaux ménagers étaient plus susceptibles de signaler des niveaux élevés de stress.

« C’est un grand changement pour eux, et cela les a amenés à se sentir au plus haut niveau de stress », a déclaré Milhausen.

Fait intéressant, les femmes n’ont pas signalé autant de stress avec des services de garde supplémentaires pendant la pandémie. Mais elle a dit qu’ils avaient sué les travaux ménagers supplémentaires.

« Ce sont les tâches ménagères qui poussent les femmes dans la zone de danger du stress. »

#Vous #avez #limpression #toujours #nettoyer #pendant #pandémie #mais #votre #maison #est #toujours #désordre #nes #pas #seul

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *