Voici ce qu’Ottawa a dit et fait au sujet de l’islamophobie et des attaques contre les Canadiens musulmans

Vues: 3
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 34 Second

Les dirigeants politiques du Canada condamnent une fois de plus l’islamophobie à la suite du délit de fuite meurtrier de dimanche soir à London, en Ontario. que la police a qualifié de crime haineux prémédité contre une famille musulmane.

Trois adultes et un adolescent ont été tués dans l’incident, au cours duquel une camionnette a monté un trottoir et a heurté les victimes. Un garçon de neuf ans a également été grièvement blessé mais a survécu.

Les victimes s’étendent sur trois générations d’une famille.

« À la communauté musulmane de Londres et aux musulmans de tout le pays, sachez que nous sommes à vos côtés », a déclaré le Premier ministre Justin Trudeau sur Twitter lundi après-midi.

« L’islamophobie n’a sa place dans aucune de nos communautés. »

D’autres dirigeants fédéraux ont présenté leurs condoléances aux musulmans canadiens avant de dénoncer les crimes haineux contre le groupe.

« Ce type de haine ignoble et extrême doit être condamné. Un acte terroriste islamophobe comme celui-ci n’a pas sa place au Canada », a déclaré la chef conservatrice Erin O’Toole, également sur Twitter.

« C’est un acte d’islamophobie et de terreur », a déclaré le chef du NPD Jagmeet Singh dans un communiqué.

Nathaniel Veltman, 20 ans, de Londres, fait face à quatre chefs de meurtre et un chef de tentative de meurtre en lien avec l’attaque présumée. La police a déclaré que des accusations de terrorisme contre Veltman étaient également envisagées.

Les parlementaires ont condamné l’islamophobie en 2017

La condamnation généralisée et l’identification de l’islamophobie comme facteur de motivation surviennent un peu plus de quatre ans après que la Chambre des communes a adopté une loi controversée visant à identifier et à éradiquer la haine contre les musulmans.

La motion d’initiative parlementaire, présentée par le député libéral de Mississauga-Erin Mills, Iqra Khalid, demandait au gouvernement fédéral de faire trois choses :

  • Condamner l’islamophobie et toutes les formes de racisme systémique et de discrimination religieuse.
  • Réprimer le climat public croissant de haine et de peur.
  • Obliger le comité du patrimoine des Communes à élaborer une approche pangouvernementale pour réduire ou éliminer le racisme systémique et la discrimination religieuse, y compris l’islamophobie.

La motion non contraignante a été entraînée dans un débat amer à Ottawa avant son approbation éventuelle. Ses critiques les plus acharnés ont déclaré que la proposition limiterait la liberté d’expression et distinguerait les musulmans d’un traitement spécial en vertu de la loi canadienne.

Le député libéral Iqra Khalid a présenté une motion anti-islamophobie en 2017. Un an plus tard, un comité gouvernemental a émis 30 recommandations, dont certaines abordaient l’islamophobie. (Patrick Doyle/Presse canadienne)

Un rapport du comité du patrimoine sur le racisme systémique, la discrimination religieuse et l’islamophobie a suivi en 2018.

Le rapport conclu avec 30 recommandations, y compris la création d’un plan d’action national coordonné, l’amélioration de la collecte de données sur les crimes haineux et l’élaboration de nouveaux programmes d’éducation et de formation.

« C’est un voyage », déclare le député qui a dirigé le rapport sur l’islamophobie

La députée libérale Hedy Fry, qui présidait le comité au moment de la rédaction du rapport, a déclaré que bon nombre des recommandations étaient en voie d’être mises en œuvre.

Hedy a souligné l’amélioration de la collecte de données et des campagnes d’éducation du public comme les recommandations les plus importantes. Elle a déclaré que ces efforts se poursuivent et prennent de l’ampleur.

« Vous n’allez pas arrêter les problèmes systémiques en cinq ans », a déclaré Hedy à CBC News dans une interview.

« C’est un voyage. Mais nous devons rassembler les morceaux pour commencer ce voyage et je pense que notre gouvernement a commencé à le faire. »

Le Canada a également lancé un stratégie nationale de lutte contre le racisme mise à jour en 2019, qui énumère l’islamophobie comme une forme de discrimination. Cependant, la stratégie ne comprend pas de mesures spécifiques de lutte contre l’islamophobie distinctes des autres formes de racisme ou de discrimination.



#Voici #quOttawa #dit #fait #sujet #lislamophobie #des #attaques #contre #les #Canadiens #musulmans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *