Voici ce que le Québec peut apprendre des autres régions dotées de systèmes de passeport vaccinal

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 57 Second

Le Québec pourrait bientôt mettre en place un système de passeport vaccinal qui éloignerait les personnes qui ne sont pas complètement vaccinées des bars, des gymnases et des festivals, mais il y a beaucoup de questions sur la façon dont il serait mis en œuvre et appliqué – et si c’est même nécessaire.

Le ministre de la Santé Christian Dubé a annoncé jeudi que les passeports vaccinaux ne seraient utilisés que si la province devait être touchée par une quatrième vague de cas de COVID-19.

Le système est conçu comme une alternative aux restrictions de verrouillage généralisées. Plutôt que de fermer certaines parties de l’économie, les passeports vaccinaux limiteraient plutôt les endroits où les personnes qui ne sont pas complètement vaccinées peuvent aller.

Au-delà de cela, les détails sont rares, et des préoccupations éthiques sont soulevées. L’examen d’autres juridictions qui utilisent des systèmes similaires pourrait donner aux Québécois une idée de ce à quoi s’attendre et de l’utilité des passeports.

Au Manitoba, les autorités ont délivré une carte de preuve de vaccination aux résidents qui sont entièrement vaccinés, ce qui permet aux gens d’éviter la quarantaine à leur retour de voyage au Canada et leur donne plus de droits de visite dans les hôpitaux et les foyers de soins de longue durée.

« Vous pouvez l’obtenir sous forme de carte en plastique avec un code-barres dessus », a déclaré Arthur Schafer, directeur fondateur du Centre for Professional and Applied Ethics de l’Université du Manitoba à Winnipeg.

« C’est donc important car cela signifie que les personnes qui ne possèdent pas de smartphone ou qui n’ont pas de connexion Internet et ne peuvent pas se connecter peuvent néanmoins avoir la preuve qu’elles ont été vaccinées. »

Le Manitoba a rencontré des problèmes dans son déploiement, les étudiants internationaux n’ayant pas accès aux cartes et sa commission des droits de la personne inondée d’appels concernant des préoccupations éthiques. (John Woods/La Presse Canadienne)

Mais le Manitoba a rencontré quelques écueils dans son déploiement, avec étudiants internationaux incapables d’accéder aux cartes et sa commission des droits de l’homme a été inondée d’appels de personnes exprimant des préoccupations éthiques.

Le chien de garde des droits de la personne au Québec, la Ligue des droits et libertés, s’inquiète également de l’impact du système sur les droits et libertés des Québécois. Dans un communiqué vendredi, il a appelé à une consultation publique à laquelle participeraient l’Assemblée nationale et la société civile.

Pendant ce temps, la Chambre de commerce de Montréal demande au gouvernement d’autoriser l’utilisation des certificats de vaccination au Québec dès que possible, en s’inspirant d’Israël et du Danemark.

« On pense notamment aux restaurants, bars et institutions culturelles, qui ne peuvent toujours pas fonctionner à pleine capacité », a indiqué vendredi Michel Leblanc, président-directeur général de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, dans un communiqué.

Il a noté que les deux pays ont mis en œuvre l’utilisation de leurs laissez-passer lorsque le pourcentage de leur population avec deux doses était nettement inférieur au taux actuel du Québec, qui était de 42% vendredi.

L’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu détient un « laissez-passer vert » pour les citoyens vaccinés contre le COVID-19. Avec des règles similaires à ce qui a été proposé au Québec, le système a été retiré après une augmentation des vaccinations et un faible nombre de cas de COVID-19. (Presse associée/Avigail Uzi)

Israël, qui a été le premier pays à entrer et à sortir du jeu du passeport vaccinal, a délivré un « laissez-passer vert » en février, avec des règles similaires à ce que propose le Québec.

Des endroits comme les restaurants, les hôtels, les gymnases et les théâtres étaient interdits aux non détenteurs de laissez-passer, mais grâce à une augmentation significative des vaccinations en quelques mois, l’État de plus de neuf millions d’habitants a retiré son laissez-passer vert le 1er juin. initialement prévu pour rester en place pendant six mois.

Le système israélien semblait avoir fonctionné, selon Jovana Stojanovic du département de santé de l’Université Concordia à Montréal, mais elle a exhorté le Québec et d’autres juridictions à « ne pas considérer cela comme un [example] en isolement. »

Stojanovic a déclaré que beaucoup dépend de la réaction de ceux qui hésitent à vacciner, citant une certaine réaction au Royaume-Uni sur des plans de laissez-passer de vaccin similaires plus tôt cette année.

Mais étant donné la façon dont les taux de vaccination augmentent, il est probable que le système fonctionnera bien au Québec, s’il est même nécessaire, a-t-elle déclaré.

Déterminez l’application, dit le médecin

Pour les experts comme pour les entreprises, le Québec doit savoir clairement qui appliquera les règles afin que le système fonctionne bien.

New York, par exemple, a été le premier État américain à lancer un système numérique de preuve de vaccination ou de test négatif appelé Excelsior Pass. Mais alors que les grands événements payants, tels que les concerts au Madison Square Garden, nécessitent une preuve de vaccination, la plupart des entreprises durement touchées désireuses de revenir à la normale ne le demandent pas.

Kim Lavoie, chair of behavioural medicine at Université du Québec à Montréal, fears similar situations, telling Radio-Canada’s Tout un matin vendredi qu’elle voit « de gros problèmes entre les gens qui veulent accéder aux lieux et les propriétaires qui doivent les refuser ». Elle a exigé que le Québec fournisse de meilleures directives sur qui appliquera la politique sur les vaccins.

Déjà, certaines organisations et entreprises au Canada et aux États-Unis ont mis en œuvre leurs propres, y compris certaines campus universitaires et collégiaux.

Pour Schafer du Manitoba, l’ajout d’alternatives à la vaccination — comme le Stampede de Calgary, qui permet aux gens de subir un test rapide ou de fournir une preuve de vaccination — est une façon d’esquiver certaines plaintes en matière de droits de la personne pendant que le Québec raffermit ce qu’il entend faire en septembre.

#Voici #Québec #peut #apprendre #des #autres #régions #dotées #systèmes #passeport #vaccinal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *