Une Québécoise décédée 2 jours après s’être allongée sur le sol de l’hôpital de Gatineau en attente de traitement

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 42 Second

Une gatinoise est décédée après avoir passé plusieurs heures à souffrir, allongée sur le sol du service d’urgence de l’hôpital de Hull, laissant sa famille bouleversée et exigeant des changements.

Anne Pommainville s’est rendue à l’hôpital de Gatineau, au Québec, dans la soirée du 27 juin, mais n’a pas pu s’asseoir sur une chaise de la salle d’attente en raison de douleurs à l’estomac extrêmes.

Le personnel de l’hôpital a déclaré à Pommainville et à son mari, Jacques Richard, que sa seule option était de créer un lit de fortune sur le sol à l’aide de couvertures.

Je me souviendrai de cette nuit toute ma vie. Je ne l’oublierai jamais.– Jacques Richard, époux d’Anne Pommainville

« Elle ne méritait pas ça », a déclaré Richard en entrevue à Radio-Canada.

« Je me souviendrai de cette nuit toute ma vie. Je ne l’oublierai jamais. »

Après qu’elle ait attendu des heures par terre, Richard a décidé d’emmener Pommainville pour attendre dans la voiture. Il a ensuite fait des allers-retours entre le stationnement et le service des urgences pour s’assurer d’avoir entendu son nom appelé pour consulter un médecin.

Finalement, elle a consulté un médecin et a ensuite été transférée à l’hôpital de Gatineau pour une intervention chirurgicale.

Cependant, sa famille a déclaré qu’elle ne savait pas qu’elle avait été transférée avant le 29 juin – près de 48 heures plus tard – lorsque le personnel de l’hôpital a appelé Richard pour lui dire que le cœur de sa femme s’était arrêté et que le personnel ne pouvait pas la réanimer.

« Des conditions ridicules »

Véronique Richard a déclaré que sa famille ne blâme pas les employés de l’hôpital pour la façon dont sa tante a été traitée, mais plutôt la poursuite pénurie de personnel dans les hôpitaux de Gatineau.

« De voir que nous avons des gens allongés par terre dans une salle d’attente dans une douleur intense parce qu’il n’y a pas de civière, parce qu’il n’y a pas de place, parce qu’ils sont débordés », a-t-elle déclaré.

« Le but n’est pas de jeter des pierres sur les employés, les infirmières, les préposés, les agents administratifs, les médecins. … Ils travaillent dans des conditions ridicules. »

Le défenseur des patients, Paul Brunet, a déclaré que Pommainville n’était pas traité avec dignité.

« Je suis porte-parole depuis près de 25 ans. J’ai rarement vu ça dans un hôpital de l’Ouest, au Canada, au Québec, qu’on n’ait pas réussi à trouver une seule civière et un seul lit », a-t-il déclaré. Brunet.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) dit avoir lancé une enquête interne sur les circonstances entourant le traitement d’Anne Pommainville à l’Hôpital de Hull. (Michel Aspirot/Radio-Canada)

Le service de santé lance une enquête

L’unité de santé locale, Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), a déclaré avoir ouvert une enquête interne.

« Nos pensées vont d’abord à la famille et aux proches de cette dame », a écrit le bureau de santé local dans un communiqué qui s’est dit « préoccupé par cette situation ».

« Nous faisons tout notre possible pour comprendre ce qui s’est passé et pour éviter que ce genre de situation ne se reproduise. »

#Une #Québécoise #décédée #jours #après #sêtre #allongée #sur #sol #lhôpital #Gatineau #attente #traitement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *