Un oiseau a été blâmé dans l’écrasement mortel d’un avion Snowbird

Vues: 8
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 51 Second

Un impact d’oiseau, causant une panne de compresseur de moteur, a été officiellement déclaré comme la cause de l’accident mortel de l’an dernier d’un avion de démonstration Snowbird militaire canadien à Kamloops, en Colombie-Britannique

La Direction de la sécurité des vols de l’Aviation royale canadienne a publié lundi son rapport final sur l’accident, qui a eu lieu le 17 mai, et a tué le capitaine Jenn Casey, l’officier des affaires publiques de l’équipe de voltige.

L’enquête a révélé qu’un seul petit oiseau avait été aspiré dans le moteur de l’avion – Snowbird 11 – après le décollage.

Cela a entraîné un décrochage du compresseur et une perte de poussée pendant que l’avion tentait de monter.

Le rapport final indique que Jenn Casey, un officier des affaires publiques des Snowbirds, est décédée après avoir été éjectée de l’avion « à basse altitude et dans des conditions qui étaient en dehors des paramètres de fonctionnement sûrs du siège éjectable ». (Soumis par l’Aviation royale canadienne)

En cas de perte de puissance, le pilote, le capitaine Richard MacDougall, a tenté de faire demi-tour vers l’aéroport et pendant la manœuvre « l’avion est entré dans un décrochage aérodynamique et le pilote a donné l’ordre d’abandonner l’avion », a déclaré l’armée dans un communiqué.

« La perte de puissance du Snowbird 11 n’aurait pas pu se produire à un pire moment – basse altitude, faible vitesse, proximité d’un autre avion et à proximité d’une zone bâtie », a déclaré le colonel John Alexander, directeur de la sécurité des vols de l’armée de l’air. .

Formation d’urgence nécessaire

Le tragique accident « renforce l’importance d’une formation continue et spécifique à la situation pour minimiser le temps de réaction en cas d’urgence et l’importance d’une décision rapide d’éjection », a-t-il ajouté.

Dans un rapport préliminaire publié en juin de l’année dernière, les enquêteurs ont déclaré que des séquences vidéo de l’accident montraient qu’un oiseau était très proche de la prise d’air du côté droit du monomoteur de l’avion pendant le décollage. Il est possible que l’oiseau ait heurté la prise d’air, suggère le rapport.

De telles grèves ne sont pas rares. On s’attend à ce que les planificateurs de vols prennent régulièrement des précautions contre les impacts d’oiseaux, en particulier pendant la saison de migration.

Une vidéo de l’accident prise par un témoin oculaire montre que, alors que le jet montait, un petit oiseau est apparu de manière inattendue devant le jet et a été aspiré dans la prise d’air du moteur droit.

L’avion a viré et a effectué un piqué raide avant de toucher le sol dans un quartier résidentiel.

Le rapport final indiquait que MacDougall et Casey, originaires de la Nouvelle-Écosse, avaient été éjectés de l’avion «à basse altitude et dans des conditions qui étaient en dehors des paramètres de fonctionnement sécuritaire du siège éjectable».

Le rapport a révélé que le parachute du capitaine Richard MacDougall n’avait pas assez de temps pour fonctionner. Il s’est remis de l’accident. (Soumis par l’Aviation royale canadienne)

Aucun d’eux n’a eu le temps de faire fonctionner ses parachutes.

Le jet a été détruit lors de l’impact.

MacDougall a été blessé et s’est rétabli.

Le rapport sur la sécurité des vols recommande une formation supplémentaire pour les équipages du CT-114 afin de mieux les préparer à une panne moteur après un décollage dans un environnement à basse altitude.

Il recommande également des modifications de la procédure d’éjection.

#oiseau #été #blâmé #dans #lécrasement #mortel #dun #avion #Snowbird

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *