Un homme noir dit que la police de Montréal l’a ciblé après qu’il s’est arrêté pour observer l’arrestation

Vues: 8
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 25 Second

Un jeune Noir accuse la police de Montréal de profilage racial après avoir affirmé avoir été violemment menotté après s’être arrêté pour observer l’arrestation potentielle d’un autre Noir samedi.

Alors qu’il se rendait à vélo chez un ami, dit Prodil Houanhou, il s’est instinctivement arrêté lorsqu’il a vu un homme noir se faire interroger par deux policiers en face de lui, près du boulevard De Maisonneuve et de la rue Montcalm.

« J’ai vu tellement de vidéos, vous savez », a déclaré Houanhou. « Je me suis juste arrêté pour voir comment ça se passe, pour voir s’il va être traité correctement. »

Houanhou dit que la raison pour laquelle il s’est arrêté pour observer ce qui se passait était qu’il avait vu un nombre croissant de vidéos circulant de la police de Montréal traitant des Noirs qu’ils détenaient brutalement.

L’été dernier, la police de Montréal a annoncé une nouvelle politique guidant les agents en matière de contrôles routiers après qu’une étude interne a révélé que la police de la ville était quatre à cinq fois plus probable pour arrêter les jeunes Noirs. Mais les défenseurs et même la Ville de Montréal ont déclaré que la force devrait aller plus loin en interdisant complètement la pratique.

Houanhou dit qu’un agent du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) l’a remarqué en train de le regarder et est sorti de sa voiture de patrouille et a demandé : « Qu’attendez-vous pour commencer à filmer?

Houanhou a déclaré qu’un autre officier s’était approché de lui et lui avait demandé s’il connaissait l’homme qui était arrêté. Il a dit que non.

Peu de temps après, Houanhou a déclaré que le même policier était revenu et lui avait dit qu’il manquait un réflecteur à la roue avant de son vélo et qu’il devrait fournir à la police son identification.

REGARDER | La police de Montréal a ciblé un homme noir qui s’est arrêté pour observer une autre arrestation

Prodil Houanhou dit qu’il a été menotté, verbalisé pour manque de réflecteur sur son vélo. 2:29

Une vidéo prise par un passant montre trois policiers tenant et fouillant Houanhou pendant plusieurs minutes, alors qu’il est cloué à un mur.

Houanhou a déclaré qu’il avait demandé pourquoi il avait besoin de s’identifier, à quel moment il a commencé à filmer l’interaction sur son téléphone.

« La prochaine chose que je sais, j’étais sur le mur », se souvient Houanhou.

Il dit que les policiers l’ont poussé contre un mur et l’ont menotté. « Ils ont pris mon téléphone, l’ont posé par terre. Il a quelques égratignures. J’ai aussi des bleus », a-t-il déclaré.

« J’avais peur parce qu’ils allaient si vite. Je ne m’y attendais pas du tout. »

Alors qu’il était menotté et tremblant, Houanhou dit qu’un des officiers a dit : « Arrêtez de trembler. Nous n’aimons pas les gens qui tremblent.

« C’est excessif, c’est abusif et c’est très dérangeant »

Houanhou a déclaré que la police avait fouillé ses poches, son sac à dos et son portefeuille, et avait ramené sa carte d’identité dans leur voiture. Avant que les policiers ne le relâchent, Houanhou a déclaré qu’on lui avait dit qu’il recevrait une contravention par la poste pour ne pas avoir de réflecteur sur la roue avant de son vélo.

« Je me suis senti victime d’intimidation, en gros, comme à peu près à l’école », a déclaré Houanhou à propos de l’interaction. « La seule différence est que je ne pouvais pas me défendre. Je n’avais que mes yeux pour pleurer. »

Houanhou a déclaré que plusieurs personnes qui ont été témoins de l’incident lui ont demandé s’il allait bien, une personne l’invitant à déjeuner et une autre lui proposant de lui acheter un café.

Le SPVM a refusé de commenter la situation, mais ils ont dit qu’ils étaient au courant de la vidéo et qu’ils enquêtaient.

Fo Niemi, directeur exécutif du Centre de recherche-action sur les relations raciales, a déclaré que le recours à la force dans cette affaire était « vraiment injustifié ». (SRC)

Fo Niemi, directeur exécutif du Centre de recherche-action sur les relations raciales, affirme qu’il s’agissait clairement d’un cas de profilage racial.

« C’est excessif, c’est abusif et c’est très dérangeant », a déclaré Niemi à propos de l’interaction.

« La question est de savoir si Prodil n’était pas un Noir s’il serait intercepté et traité comme ça », a-t-il déclaré. « Trois policiers le claquent contre un mur – par-dessus quoi ? Par-dessus un réflecteur manquant sur son vélo ? »

Niemi a déclaré que le recours à la force dans cette affaire est « vraiment injustifié » et il encourage Houanhou à porter plainte contre le SPVM.

« Il y a un lien très fort avec l’affaire », a déclaré Niemi. « S’il ne s’agit pas d’abus et de force excessive, nous ne savons pas ce que c’est. »

Houanhou a déclaré qu’il prévoyait de déposer un rapport contre le SPVM au sujet de l’incident, qui, selon lui, l’a laissé « dévasté ».

« Je pense [this happened] parce que je suis noir », a déclaré Houanhou. « Nous devons en parler. »

Pour plus d’histoires sur les expériences des Canadiens noirs – du racisme anti-noir aux histoires de réussite au sein de la communauté noire – consultez Être noir au Canada, un projet de CBC dont les Canadiens noirs peuvent être fiers. Vous pouvez lire plus d’histoires ici.

(SRC)

#homme #noir #dit #police #Montréal #ciblé #après #quil #sest #arrêté #pour #observer #larrestation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *