Un ex-flic autochtone a finalement payé 630 000 $ de salaire perdu en raison du SSPT après des années de pauvreté

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 53 Second

L’ancien policier de Toronto, Ralph Thistle, dit qu’il est enfin en mesure d’installer un puits et de l’eau courante dans la petite cabane près du mont. Forest, en Ontario, qu’il partage avec son chien d’assistance Rupert.

La bataille de plusieurs décennies de Thistle avec la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) de l’Ontario a pris fin la semaine dernière lorsqu’il a ouvert sa boîte aux lettres et a trouvé une série de chèques totalisant 630 000 $.

« J’ai ouvert la boîte et au-dessus des dépliants, je pouvais voir des enveloppes de la CSPAAT. Et puis je suis devenu engourdi », a-t-il déclaré à CBC News.

L’argent a coulé une semaine après que CBC News a commencé à chercher pourquoi la CSPAAT avait attendu plus de neuf mois pour payer à Thistle l’argent que son tribunal d’appel a déterminé qu’il lui était dû parce que sa carrière a été interrompue en 2007 en raison du trouble de stress post-traumatique qu’il a contracté au cours de sa 29 ans de carrière policière.

L’argent couvre la période entre 2007 – lorsque Thistle a brusquement démissionné de la force, quelques mois seulement avant d’être admissible à une pension – et lorsqu’il aurait pu prendre sa retraite l’année prochaine.

Le dilemme de Thistle l’a poussé dans la pauvreté et l’itinérance.

Maintenant qu’il a son argent, Thistle dit qu’il a foré un puits dans son mont. Forest, en Ontario, la propriété est la priorité absolue. (Greg Bruce/CBC)

Il a finalement emménagé dans sa cabane, sans eau courante, en 2015.

Thistle a déclaré qu’en raison de son TSPT, voir les contrôles était à la fois un soulagement mais aussi un écrasant.

« J’ai ramené les chèques à la maison, je les ai pris en photo dans les enveloppes et j’ai informé ma famille », a-t-il déclaré.

« J’ai dû ralentir mon processus de pensée et mes émotions. Je regarde les chèques avec incrédulité. »

Le directeur des affaires publiques de la CSPAAT affirme que lorsque le tribunal a accordé à Thistle 15 ans et demi de salaire perdu, il n’a pas fixé le montant exact qui lui était dû.

« Nous nous efforçons de fournir des services de rétablissement et de santé, ainsi que des paiements de prestations le plus rapidement possible », a déclaré Christine Arnott à CBC News dans un communiqué envoyé par courrier électronique. « Dans certains cas, cela peut prendre plus de temps qu’aucun d’entre nous ne le souhaiterait pour rassembler toutes les informations et tous les documents nécessaires au calcul des paiements pertinents, en particulier pour les réclamations remontant à plusieurs années. »

Miser sur la générosité

Thistle, un Métis de 64 ans, qui a été sénateur de la Nation métisse de l’Ontario, dit qu’il comptait sur la générosité de sa communauté autochtone, de sa famille et de ses amis.

Faire forer un puits et faire couler l’eau courante sera une priorité.

« J’ai déjà passé l’appel », a-t-il déclaré. « La pensée que cela arrive est un si grand soulagement. »

Le salaire perdu qu’il a récupéré l’aidera à bâtir une vie meilleure pour lui et ses deux enfants adultes, dit-il.

« Je suis engourdi mais j’ai aussi de la gratitude. Cet argent est une seconde chance pour moi et ma famille. »

Thistle dit que finalement recevoir ce qui lui était dû est doux-amer.

« L’argent est super, mais j’ai toujours le SSPT », a-t-il déclaré.

#exflic #autochtone #finalement #payé #salaire #perdu #raison #SSPT #après #des #années #pauvreté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *