Un employé d’Amazon décrit l’application laxiste des précautions COVID-19 dans un entrepôt d’Ottawa

Vues: 3
0 0
Temps de lecture:6 Minute, 36 Second

Un employé d’Amazon dit que travailler dans l’entrepôt d’Ottawa du géant de la distribution pendant la pandémie a été une expérience éprouvante pour les nerfs, citant des exemples de mesures de sécurité qui auraient été ignorées et des dizaines de travailleurs qui ont été testés positifs pour COVID-19.

L’employé, qui a été testé positif pour le virus à la fin de 2020, est l’une des 500 personnes qui travaillent au centre de distribution d’Amazon dans l’est rural d’Ottawa. CBC News a accepté de protéger l’identité de la source parce qu’ils craignent de perdre leur emploi pour avoir parlé aux médias.

Alors qu’Amazon a déclaré à CBC News qu’il avait une politique stricte de tolérance zéro pour toute personne enfreignant les procédures COVID-19 et travaillait en étroite collaboration avec Santé publique Ottawa, l’employé a déclaré que la demande à l’entrepôt avait augmenté depuis le début de la pandémie, exerçant davantage de pression sur les travailleurs pour éviter la sécurité. protocoles — notamment en ce qui concerne la distanciation physique.

La peur de contracter le COVID était bien réelle. J’en avais peur et j’avais peur de le donner à mon partenaire.– Employé au centre de distribution d’Amazon à l’est d’Ottawa

« Vous savez, en travaillant plus ensemble, vous devez soulever des choses plus lourdes ensemble… Tout le monde ne porte pas correctement un masque », a déclaré le travailleur, qui a montré des photos de CBC prises depuis l’intérieur de l’entrepôt.

Sur une photo, le masque d’un employé repose sous sa bouche. Dans un autre, deux employés sont assis l’un contre l’autre.

Les employés d’Amazon ne sont pas représentés par un syndicat. Le travailleur a déclaré que beaucoup avaient trop peur de parler à la direction d’apporter des changements de peur de perdre leur emploi.

« Depuis que tout a commencé, ça a été un peu angoissant pour moi », ont-ils déclaré.

Un employé d’Amazon à l’entrepôt d’Ottawa a déclaré que les conditions de travail avaient été précaires pendant la pandémie, des dizaines de travailleurs ayant été testés positifs au COVID-19. CBC News a accepté de protéger l’identité de la source parce qu’ils craignent de perdre leur emploi. 1:06

À Brampton, en Ontario, trois centres de distribution Amazon ont été temporairement partiellement fermés afin de contrôler les épidémies de COVID-19.

Les trois fermetures ont été ordonnées en vertu de l’article 22 de la Loi sur la protection et la promotion de la santé de l’Ontario. Le bureau de santé publique de Peel a déclaré qu’il fermerait les lieux de travail qui ont cinq cas ou plus sur deux semaines, affirmant que les fermetures sont conçues pour protéger les employés, leurs familles et la communauté au sens large.

L’entrepôt d’Ottawa n’a pas été fermé.

Une douzaine d’alertes COVID-19 d’employés en janvier

Amazon envoie une alerte texte aux employés lorsqu’une personne de l’entrepôt est testée positive au COVID-19. CBC a reçu 35 alertes textuelles – certaines signalant plusieurs cas dans l’entrepôt d’Ottawa – envoyées entre avril 2020 et mars 2021.

Une douzaine d’alertes ont été envoyées rien qu’en janvier, lors de ce qui a été considéré comme la troisième vague de la province. Plusieurs alertes concernaient plus d’un seul cas.

Un exemple de texte envoyé aux employés de l’entrepôt d’Amazon à Ottawa, les alertant de nouveaux cas confirmés de COVID-19. Des dizaines ont été envoyées aux salariés depuis avril 2020. (Soumis par un employé d’Amazon)

Santé publique Ottawa (SPO) a refusé de confirmer les 35 cas. Il n’identifie pas publiquement les entreprises où des épidémies se produisent. Selon le tableau de bord COVID-19 de l’autorité sanitaire, il y a eu au moins neuf épidémies dans des entrepôts à travers la ville, avec 54 cas positifs au total en janvier.

SPO a déclaré à CBC que les cas positifs ne correspondent pas toujours à ce qu’il définit comme une épidémie, ils ne seront donc pas toujours répertoriés sur son tableau de bord.

SPO a déclaré que « tous les lieux de travail à ce jour se sont conformés à la PCI [Infection Prevention and Control] recommandations et fermé volontairement si nécessaire sans recours à la justice. »

Les détails des prétendues conditions de travail dangereuses ne sont pas surprenants pour Gagandeep Kaur, organisateur du Warehouse Workers Centre, qui défend les employés d’Amazon.

Kaur a déclaré que les emplois dans les entrepôts ont tendance à être mal payés et manquent de sécurité d’emploi, et que les personnes qui y travaillent viennent souvent de communautés d’immigrants où, selon elle, de bons emplois sont difficiles à trouver. Elle a déclaré que même avant la pandémie, ces lieux de travail avaient des problèmes de sécurité.

La pandémie a poussé la demande de produits en ligne, ce qui a poussé les travailleurs à produire davantage, a-t-elle déclaré.

Amazon s’est concentré sur la «  communication transparente  »

Amazon ne dirait pas combien des 500 employés du centre est d’Ottawa ont été testés positifs depuis mars 2020, affirmant dans une déclaration à CBC que « les chiffres des cas spécifiques au site manquent de contexte ».

La société a déclaré qu’elle se concentre plutôt sur « une communication transparente avec les autorités sanitaires locales et … avec les employés chaque fois qu’il y a un nouveau cas ».

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il n’avait pas fermé cet entrepôt après que les employés aient été testés positifs, Amazon a déclaré qu’il travaillait en étroite collaboration avec OPH lorsque de nouveaux cas se présentaient, mais que « nous n’avons pas eu de raison – ou avons été invités à – envisager toute autre action que de continuer à investir et à maintenir nos procédures de sécurité. »

Gagandeep Kaur, qui défend les employés d’Amazon, appelle les agences de santé publique et les gouvernements à faire pression sur l’entreprise pour protéger ses employés de la transmission du COVID-19 dans ses entrepôts. 0:52

Politique de tolérance zéro

L’agence de santé publique a déclaré que les décisions de fermer un lieu de travail dépendent de plusieurs facteurs, notamment le niveau de risque pour le public, la nature du travail ou de l’entreprise et le respect des enquêtes de recherche de cas et de contacts.

Dans sa déclaration à CBC, un porte-parole d’Amazon a déclaré que «rien n’est plus important» que la santé et la sécurité des employés, et l’entreprise fait tout ce qu’elle peut pour les soutenir.

Bien qu’Amazon n’ait pas précisé quelles mesures étaient en place dans le centre-est d’Ottawa, le porte-parole a déclaré que l’entreprise avait investi 11,5 milliards de dollars dans le monde dans des mesures de sécurité, notamment « des masques, un contrôle de la température, des écrans en plexiglas, des produits de désinfection, des équipes de nettoyage supplémentaires et même un programme d’essais sur site. »

L’entreprise a une politique stricte de tolérance zéro pour toute personne enfreignant les procédures COVID-19, qui sont appliquées à chaque quart de travail, indique le communiqué.

« J’en avais peur »

Ce n’était pas l’expérience de l’employé avec qui CBC a parlé, cependant. L’employé a déclaré à un moment donné qu’il avait pris un congé parce qu’il « ne se sentait pas assez en sécurité pour travailler à cet endroit ». Mais ils ont été testés positifs pour COVID-19 après leur retour au travail et ont déclaré qu’ils pensaient avoir contacté le virus au travail.

« La peur de contracter COVID était très réelle. J’en étais terrifiée et j’étais terrifiée de le donner à mon partenaire », ont-ils déclaré. « Ensuite, nous avons fini par attraper COVID de toute façon. »

Kaur a déclaré que si Amazon ne choisissait pas de fermer ses entrepôts après des épidémies positives, OPH devait suivre l’exemple de Peel et intervenir.

« Ce sont les travailleurs qui nous ont soutenus tout au long de cette crise, risquant leur vie chaque jour pour répondre aux besoins du reste de la société », a déclaré Kaur. « Je pense qu’en tant que société, nous leur devons, et le gouvernement doit faire quelque chose. »

#employé #dAmazon #décrit #lapplication #laxiste #des #précautions #COVID19 #dans #entrepôt #dOttawa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *