Un autre soldat de haut rang a été retiré du projet de déploiement du vaccin

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 43 Second

Un membre senior des Forces armées canadiennes a été discrètement démis de ses fonctions dans le déploiement du vaccin au Canada le mois dernier en réponse à une plainte selon laquelle il avait utilisé un langage raciste en milieu de travail, a appris CBC News.

Brig.-Gén. Simon Bernard a quitté son poste à l’Agence de la santé publique du Canada le 17 mai — trois jours seulement après que le major-général. Dany Fortin a quitté son poste à la tête de la logistique des vaccins au Canada.

Des sources ont déclaré à CBC News que Bernard est accusé d’avoir utilisé le mot N sur un lieu de travail en 2020, avant son détachement à l’agence de santé publique. La plainte a été déposée récemment, alors que Bernard était le numéro deux de Fortin dans la planification des vaccins et de la logistique. Bernard a été nommé à ce poste en novembre.

Dans un communiqué de presse, le ministère de la Défense nationale (MDN) a confirmé que Bernard faisait l’objet d’une « plainte concernant la langue » et que les forces armées « s’efforcent de déterminer les faits et les prochaines étapes ».

« Afin de préserver l’intégrité de l’effort, nous ne divulguerons pas la nature de la plainte », a déclaré Daniel Le Bouthillier, chef des relations avec les médias du MDN.

CBC News a contacté Bernard par courriel; Le Bouthillier a déclaré que Bernard ne ferait aucun commentaire pour le moment.

L’agence de santé publique et les ministères ont renvoyé toutes les questions au MDN.

Le départ de Bernard du projet de déploiement du vaccin est intervenu à la demande des responsables de la santé publique. Cela faisait partie d’une série d’événements provoqués par le retrait de Fortin du projet de vaccin en raison d’une allégation d’inconduite sexuelle.

L’ancien avocat de Fortin, le Cdr. Marc Létourneau a déclaré que son client nie cette allégation.

major-général. Dany Fortin répond à une question sur les vaccins COVID lors d’une conférence de presse le 14 janvier 2021 à Ottawa. (Adrian Wyld/Presse canadienne)

Le départ de Fortin a été annoncé dans une déclaration laconique de trois lignes publiée tard dans la journée du 14 mai. Son retrait signifiait que le projet de vaccin avait perdu un soldat expérimenté et un communicateur puissant au moment même où le déploiement atteignait un point critique.

Il a laissé le gouvernement à la recherche d’un remplaçant adéquat. En tant que numéro deux de Fortin, Bernard était un candidat de choix.

Mais dans les jours qui ont suivi le départ de Fortin, les représentants du gouvernement ont appris que Bernard lui-même faisait l’objet d’une enquête et il a été démis de ses fonctions.

Au lieu de cela, le brigadier-général. Krista Brodie a été nommée successeur de Fortin le 17 mai. Le même jour, les responsables de la santé publique — ayant appris la nature de l’allégation contre Bernard — ont mis fin à son détachement à l’ASPC et l’ont renvoyé dans les Forces armées canadiennes.

« Une décision a été prise de le renvoyer dans les FAC plus tôt », a déclaré Le Bouthillier dans un communiqué de presse. « Il est depuis en congé annuel et, à son retour, sera affecté à un poste qui reste à déterminer. »

#autre #soldat #haut #rang #été #retiré #projet #déploiement #vaccin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *