Transports Canada émet un avertissement de sécurité pour certains hélicoptères Bell après un accident mortel à l’ouest d’Edmonton

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 24 Second

Une broche de rotor défectueuse soupçonnée d’être la cause d’un accident mortel d’hélicoptère à l’ouest d’Edmonton la semaine dernière a cloué au sol certains modèles d’hélicoptères Bell à travers l’Amérique du Nord.

Les goupilles de sangle de moyeu du rotor principal de certains hélicoptères Bell 212, 204B et 205 doivent être inspectées et remplacées, a déclaré Transports Canada. dans une consigne de navigabilité d’urgence publiée lundi.

L’avis avertit que les broches peuvent échouer, entraînant la séparation de la tête et de la pale du rotor de l’avion en plein vol.

« La défaillance d’une goupille de sangle de moyeu de rotor principal entraînera le détachement de la pale de rotor principal et une perte de contrôle de l’hélicoptère », indique la directive.

Les numéros de série sur les broches de la sangle du moyeu du rotor des hélicoptères Bell concernés doivent être comparés à une liste de la consigne de navigabilité avant qu’ils ne puissent voler à nouveau, a déclaré Transports Canada.

« Au cours d’une enquête sur un récent accident mortel d’hélicoptère Bell 212 au Canada, il a été découvert que l’une des broches de la sangle du moyeu du rotor principal hors-bord[s] … cisaillé pendant le vol, entraînant le détachement de la pale du rotor principal et de la tête du rotor principal. »

Un porte-parole du Bureau de la sécurité des transports du Canada a déclaré à CBC News que l’avis de Transports Canada avait été déclenché par l’enquête du BST sur l’écrasement mortel d’un Bell 212 le 28 juin près d’Evansburg, en Alberta.

Le pilote Heath Coleman, 48 ans, de Prince George, en Colombie-Britannique, est décédé alors qu’il luttait contre un incendie de forêt.

Coleman était seul lorsque l’hélicoptère qu’il pilotait s’est écrasé dans une zone rurale près du front de feu.

La pièce défaillante n’avait accumulé que 20 heures de service, indique l’avis de Transports Canada.

Une inspection d’un autre hélicoptère canadien Bell 212 a révélé qu’une goupille de courroie de moyeu de rotor principal portant la même goupille et le même numéro de série était « déformée » après seulement environ 29 heures de service, a indiqué Transports Canada.

La cause de l’échec n’a pas été déterminée, a déclaré Transports Canada.

Coleman volait en solo dans un hélicoptère Bell 212 semblable à celui-ci lorsqu’il est décédé dans un accident le 28 juin à l’ouest d’Edmonton. (Hélicoptères Yellowhead)

Bell Helicopters a émis un « avis de retrait de service » sur les pièces défectueuses lundi soir.

Dans l’avis, la société a déclaré avoir déterminé que certaines des goupilles de la sangle du moyeu du rotor principal  » pourraient ne pas avoir été fabriquées conformément aux exigences de conception technique  » et  » pourraient se cisailler en raison de la non-conformité « .

Bell exige que les dossiers soient vérifiés avant le prochain vol et que toute pièce défectueuse soit remplacée. La société a déclaré que le travail pourrait prendre 20 heures sur chaque avion.

Dans un communiqué, un porte-parole de Bell a déclaré que les responsables de l’entreprise ne pouvaient pas discuter des détails en raison de l’enquête en cours sur l’accident, mais ont présenté leurs condoléances à la famille Coleman.

« Quelque chose de catastrophique s’est produit »

Coleman était un employé de longue date de Yellowhead Helicopters.

Le PDG de la société, Jacob Forman, a déclaré que Coleman effectuait des courses d’équipage, sur le point de récupérer des pompiers dans un marécage près de l’incendie, au moment de l’accident.

Forman, qui était sur les lieux avec les enquêteurs du BST, a déclaré lundi à CBC News qu’il y avait des « preuves claires » dans l’épave qui excluaient une erreur du pilote et indiquaient une défaillance de l’équipement.

« Il semble certainement que quelque chose de catastrophique soit arrivé à un élément critique de l’avion et qu’il n’aurait eu aucune chance de s’en remettre », a-t-il déclaré. « Il n’a jamais eu l’occasion.

L’incendie de forêt de 175 hectares près d’Evansburg brûle depuis le 22 juin lorsqu’il a déclenché une évacuation temporaire des maisons voisines. Il est désormais classé comme sous contrôle.

#Transports #Canada #émet #avertissement #sécurité #pour #certains #hélicoptères #Bell #après #accident #mortel #louest #dEdmonton

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *