Pourquoi certains Québécois catholiques tournent le dos à l’Église à cause des pensionnats

Vues: 3
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 57 Second

AVERTISSEMENT : cette histoire contient des détails que certains lecteurs peuvent trouver pénibles.

Le jour de la fête du Canada, alors que des milliers de Montréalais se rassemblaient pour dénoncer l’héritage des pensionnats indiens au pays, Danielle Poirier protestait à sa manière.

Elle soumettait son apostasie, renonçant formellement à sa foi catholique romaine.

« Je voulais poser un acte, de faire quelque chose de concret et d’officiel qui disait : « Je suis vraiment déçue » », a-t-elle déclaré. « Pour moi, faire cela avec l’Église et exiger l’apostasie était la chose qui semblait la plus pertinente. »

Comme de nombreux Québécois, Poirier a grandi immergé dans le catholicisme. Mais comme d’autres dans le monde, elle s’est éloignée de l’Église ces dernières années. L’apostasie a lieu quand quelqu’un qui a été baptisé dans l’Église publiquement et rejette complètement sa foi.

Les récentes découvertes de lieux de sépulture non marqués à proximité d’anciens pensionnats à travers le pays et l’absence d’excuses subséquentes de la part du pape et de l’Église catholique en tant qu’institution ont été le point de basculement qui a provoqué sa rupture officielle.

Danielle Poirier with her friends, Marie-Adèle Grégoire and Kanessa André. (Soumis par Danielle Poirier)

« Pour moi, c’était quelque chose de dire que c’est officiel, ‘marchez-le' », a-t-elle déclaré à CBC Montréal. Aube.

Leur nombre n’est peut-être pas énorme, mais d’autres Québécois font de même.

L’Église ne compile pas de chiffres à l’échelle de la province, mais dans un communiqué, le diocèse catholique de Québec a déclaré avoir constaté une augmentation du nombre de demandes d’apostasie.

«Habituellement, nous en recevons entre trois et cinq par mois. En juin, nous en avons reçu 16, dont six mentionnaient explicitement la question des pensionnats», a déclaré Valérie Roberge-Dion, directrice des communications du diocèse, dans un communiqué.

Mais Roberge a également souligné que près d’un million de catholiques font toujours partie du diocèse, « malgré la crise actuelle ».

Kim Verrault dit que son apostasie est sa façon de soutenir les peuples autochtones. (Soumis par Kim Verreault)

Kim Verreault, une résidente de Granby, à l’est de Montréal, est une autre Québécoise en train de soumettre son apostasie après avoir grandi catholique.

« Je voulais montrer mon soutien aux Premières Nations », a-t-elle déclaré. « Je voulais donc envoyer un message fort et dire : ‘Eh bien, j’ai fini.’ Je ne veux plus que mon nom soit attaché à la religion catholique. »

Pour Verreault, dont la mère était une ancienne religieuse, c’est l’absence d’excuses du pape François qui l’a poussée à prendre une position officielle.

Début juin, le pape a abordé la question des pensionnats depuis son balcon donnant sur la place Saint-Pierre au Vatican. Bien qu’il ait exprimé sa tristesse pour les découvertes, il ne s’est pas excusé.

« C’est avec tristesse que je suis les nouvelles du Canada concernant la découverte choquante des restes de 215 enfants, élèves du pensionnat indien de Kamloops, dans la province de la Colombie-Britannique », a-t-il déclaré.

« Je me joins aux évêques canadiens et à toute l’Église catholique au Canada pour exprimer ma proximité avec le peuple canadien, qui a été traumatisé par cette nouvelle choquante. »

Plus tard dans le mois, la Conférence des évêques catholiques du Canada a annoncé qu’une délégation de Premières Nations, de Métis et d’Inuits rencontrerait le pape plus tard cette année, entre le 17 et le 20 décembre.

Alors que le Pape et l’Église catholique doivent encore s’excuser, L’archevêque de Montréal Christian Lépine a présenté des excuses aux communautés autochtones pour le rôle que l’Église a joué dans le système des pensionnats au Québec.

« Nos valeurs les plus fondamentales sont minées lorsque l’intégrité des familles et le respect dû à chaque être humain sont si ouvertement bafoués », a déclaré Lépine. « Dans ce cas, l’Église était dramatiquement en décalage avec Jésus-Christ. »

Pour Poirier et Verreault, cependant, des excuses du pape sont nécessaires.

« Pourquoi attendre si longtemps et rencontrer les Premières Nations fin décembre ? demanda Verreault. « Il [an apology] devrait être automatique. »

REGARDER | Apostasies en faveur des Premières Nations :

Aube Montréal10:40Apostasies en appui aux Premières Nations

Les catholiques du Québec renoncent à leur religion après la découverte de centaines de tombes anonymes dans les pensionnats. Nous avons parlé avec deux personnes qui sont en train d’apostasier. 10:40


Un soutien est disponible pour toute personne touchée par son expérience dans les pensionnats et pour celles qui sont déclenchées par les derniers rapports.

Une ligne d’écoute téléphonique nationale pour les pensionnats indiens a été mise en place pour fournir un soutien aux anciens élèves et aux personnes touchées. Les gens peuvent accéder à des services d’aiguillage émotionnel et de crise en appelant la ligne de crise nationale 24 heures sur 24 : 1-866-925-4419.

#Pourquoi #certains #Québécois #catholiques #tournent #dos #lÉglise #des #pensionnats

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *