Plus de Canadiens se tournent vers le cannabis pour faire face aux pressions pandémiques

Vues: 3
0 0
Temps de lecture:6 Minute, 22 Second

Kacie Fann avait trois enfants et un emploi à temps plein en tant qu’agent immobilier lorsque la pandémie a frappé l’année dernière. Comme tant d’autres, sa vie a basculé et elle s’est retrouvée sans savoir comment s’en sortir.

« Je ne savais pas comment j’allais le faire », a déclaré Fann. « J’ai commencé à avoir de graves crises d’angoisse parce que j’étais tellement submergé par les nouvelles et tout le reste. »

Fann s’est éloignée de la carrière qu’elle avait passé des années à construire, a appris par elle-même à négocier des actions pour générer des revenus et s’est concentrée sur l’aide à ses enfants, y compris un enfant de deux ans, à naviguer dans une école en ligne. Cependant, malgré ces changements radicaux de mode de vie destinés à aider à réduire les pressions quotidiennes, Fann dit que ses attaques n’ont pas diminué tant qu’elle n’a pas essayé quelque chose de complètement nouveau pour elle.

« Un de mes amis m’a parlé du CBD », a-t-elle dit, faisant référence au cannabidiol, un composé présent dans les plantes de cannabis. « Et je dirais dans la première semaine [of trying it], mes nerfs ont commencé à se calmer et j’ai pu simplement réfléchir et élaborer un plan sur la façon dont j’allais le faire, comment j’allais gérer. « 

Au début, elle s’inquiétait de la stigmatisation associée au cannabis, surtout en tant que mère de trois enfants, mais après avoir fait ses propres recherches, elle dit qu’elle se sentait à l’aise avec le choix. Fann ajoute que le cannabis a fait plus de différence sur son niveau de stress et son humeur que tout ce qu’elle a essayé, y compris l’exercice et la méditation.

«Cela m’a énormément aidé à me soulager de mon anxiété», a-t-elle déclaré.

Fann est loin d’être le seul parmi les Canadiens qui se tournent vers le cannabis sous une forme ou une autre pendant la pandémie. Selon un récent Enquête de Statistique Canada qui a examiné les changements dans les habitudes de consommation d’alcool, de drogues et de médicaments, 20 % des Canadiens déclarent maintenant consommer du cannabis, contre 14 % avant COVID-19.

Kacie Fann dit qu’elle a commencé à avoir de graves crises d’anxiété pendant la pandémie parce qu’elle était « tellement submergée par les nouvelles et tout le reste ». (Perlita Stroh / CBC)

Le rapport de Statistique Canada a également révélé que les principales raisons invoquées par les Canadiens pour consommer du cannabis sont l’augmentation du stress, l’ennui et la solitude.

Yad Singh est le propriétaire de Dolly’s Cannabis, un dispensaire dans le quartier Annex de Toronto. Il est diplômé en médecine nucléaire et s’est intéressé aux utilisations thérapeutiques du cannabis tout en cherchant des moyens de soulager certains des symptômes dont souffrait un membre de sa famille alors qu’il luttait contre un cancer en phase terminale.

Ces jours-ci, il dit que son dispensaire aide les gens à atténuer une partie du stress qu’ils subissent en raison des blocages pandémiques répétés.

« Vous savez, une bonne majorité de tous ceux qui viennent ici sont définitivement affectés par COVID et son impact sur leur humeur », a déclaré Singh.

« Donc, qu’ils fassent bonne figure à ce sujet, cela les impacte toujours et c’est toujours difficile à gérer. »

Yad Singh est le propriétaire de Dolly’s Cannabis, un dispensaire dans le quartier Annex de Toronto. Il a déclaré que les nouveaux clients lui disent souvent qu’ils essaient de faire face à la peur et à l’anxiété accrues entourant la pandémie. (Perlita Stroh / CBC)

Singh dit qu’il a vu récemment une augmentation marquée du nombre de personnes qui viennent pour la première fois – des personnes qui n’ont jamais essayé le cannabis auparavant.

« J’ai remarqué au cours des deux derniers mois que de nouveaux utilisateurs venaient de plus en plus dans notre magasin. Je dirais, de notre point de vue, peut-être une augmentation d’environ 5 à 10 % de ces types de clients », a déclaré Singh.

Il ajoute que les gens lui disent qu’ils essaient de faire face à la peur et à l’anxiété accrues entourant la pandémie, et ils viennent souvent au dispensaire après avoir essayé d’autres moyens de réguler leur humeur. Certains disent aussi qu’ils essaient d’éviter de se tourner vers d’autres substances, comme l’alcool.

«J’entends des gens dans une conversation informelle, ils me diront, ‘vous savez, vous ne pouvez pas boire de bière tout le temps, et j’ai besoin de quelque chose pour traverser cette période’ ‘, a déclaré Singh.

Le cannabidiol, utilisé pour produire de l’huile de CBD, est un composé présent dans la plante de cannabis. (Mike Segar/Reuters)

Des chercheurs du Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) de Toronto surveillent la hausse de la consommation de cannabis.

« La pandémie a certainement créé la tempête parfaite en termes d’utilisation », a déclaré le Dr Leslie Buckley, psychiatre en chef des toxicomanies à CAMH.

Les chercheurs de CAMH notent les risques potentiels pour la santé associés à une dépendance fréquente au cannabis. Les effets possibles à long terme comprennent une anxiété accrue, une dépression et même une psychose, en particulier chez les personnes ayant des antécédents familiaux de problèmes de santé mentale.

CAMH exhorte les jeunes et les femmes enceintes à éviter complètement de consommer du cannabis, et avertit les gens d’attendre au moins six heures pour conduire après en avoir consommé. Il avertit également tous les utilisateurs de faire preuve de modération.

« Une façon de réduire le risque est de diminuer la teneur en THC et de diminuer la quantité de cannabis consommée », a déclaré le Dr Buckley.

Malgré ces avertissements, Singh dit qu’il voit des gens tout au long du spectre de l’anxiété et de la dépression qui essaient le cannabis.

L’un des nouveaux clients de son dispensaire, Daniel Guedes de Andrade, est un stagiaire qui s’est rendu chez Dolly pour se soulager d’une anxiété intense après plusieurs visites aux urgences avec un rythme cardiaque qui l’a secoué.

« Quand c’était vraiment mauvais, j’avais un rythme cardiaque très rapide et j’avais l’impression d’une pression dans la poitrine et d’un essoufflement », a déclaré Guedes de Andrade. « Cette pandémie a certainement augmenté mon niveau d’anxiété. »

Daniel Guedes de Andrade a déclaré que le CBD l’avait aidé à se détendre et à se concentrer. (Perlita Stroh / CBC)

Guedes de Andrade est actuellement surveillé par un médecin pour écarter tout problème cardiaque, mais il dit que parfois l’anxiété était si intense qu’elle était débilitante. Il était incapable de se concentrer sur le travail ou de se calmer suffisamment pour profiter de quoi que ce soit, ajoute-t-il, mais depuis qu’il a commencé à vapoter du CBD, il dit que cela a changé.

« Cela m’a beaucoup aidé à gérer l’anxiété et à permettre la relaxation », a-t-il déclaré. « Cela fonctionne en quelques secondes et cela a été très utile. C’est comme si je pouvais être fonctionnel et excité de faire mon travail. »

Fann dit qu’elle prévoit de continuer à utiliser l’huile de CBD. Elle utilisait initialement l’huile une fois par jour, mais ajoute qu’elle en a maintenant besoin de moins pour faire face qu’elle n’en avait lorsqu’elle a commencé à l’utiliser.

« J’en suis à peu près à une goutte par semaine maintenant, parce que je suis arrivé à un endroit où j’ai pu gérer tout ce que j’ai dans mon assiette », a déclaré Fann.

Le Dr Buckley dit que CAMH prévoit de continuer à étudier les niveaux d’utilisation des personnes, pour voir si la consommation de cannabis diminue ou reste au même niveau après la pandémie.


Regardez les épisodes complets de The National sur Gemme de Radio-Canada, le service de diffusion en continu de la SRC.

#Canadiens #tournent #vers #cannabis #pour #faire #face #aux #pressions #pandémiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *