Ottawa soumet de nouveaux objectifs de gaz à effet de serre à l’ONU et prévoit de modifier le « référence » de la tarification du carbone

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 35 Second

Le gouvernement fédéral a officiellement soumis ce matin la nouvelle cible d’émissions de gaz à effet de serre du Canada aux Nations Unies, engageant officiellement le pays à réduire ses émissions de 40 à 45 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030.

Pendant ce temps, le ministre de l’Environnement Jonathan Wilkinson a écrit à ses homologues provinciaux pour leur dire qu’il prévoyait de modifier le repère fédéral de tarification du carbone afin d’éliminer certaines des divergences et des exemptions qui sont apparues lorsque les provinces ont mis en œuvre leurs propres politiques au cours des dernières années.

« Comme nous en avons discuté, et comme nos responsables respectifs en ont discuté au cours des derniers mois, le Canada s’est engagé à mettre à jour son approche de la tarification du carbone pour la rendre plus juste et rigoureuse », a déclaré Wilkinson dans la lettre envoyée aux ministres provinciaux aujourd’hui.

Dans une interview, Wilkinson a déclaré que le gouvernement fédéral est prêt à travailler « en collaboration » avec les provinces, mais il ne s’attend pas à ce que le soutien aux changements soit unanime.

Le ministre de l’Environnement et du Changement climatique Jonathan Wilkinson s’adresse aux médias lors de la retraite du cabinet libéral à l’hôtel Fairmont de Winnipeg le 19 janvier 2020. (Mike Sudoma/Presse canadienne)

La soumission du Canada à l’ONU — officiellement connue sous le nom de contribution déterminée à l’échelle nationale (CDN) — confirme un objectif qui a été annoncé pour la première fois en avril lorsque des représentants canadiens ont participé à un sommet international sur le climat convoqué par les États-Unis.

Selon la NDC, cet objectif signifierait une réduction des émissions totales du Canada entre 401 et 438 mégatonnes d’ici 2030. En 2018, dernière année pour laquelle des informations sont disponibles, le Canada a généré 729 Mt d’émissions.

Le gouvernement libéral affirme que lorsque les politiques actuelles et récemment annoncées sont prises en compte, les émissions sont en passe de chuter à 468 Mt d’ici 2030, soit une baisse de 36 % par rapport aux niveaux de 2005.

Six mois pour élaborer un plan

Aux termes de la Loi sur la responsabilité en matière d’émissions nettes récemment promulguée, Wilkinson dispose de six mois pour présenter un plan pour atteindre le nouvel objectif.

En attendant, Wilkinson cherche à apporter des modifications au repère fédéral de tarification du carbone, qui établit les normes minimales que les provinces doivent respecter lorsqu’elles mettent en œuvre leur propre redevance sur les carburants pour les consommateurs ou un système industriel pour les grands émetteurs.

UNE récent rapport de l’Institute for Climate Choices, commandée par le gouvernement fédéral, a déclaré que les choix de conception et les exemptions au niveau provincial ont conduit à différences de couverture et de prix à travers le pays.

Dans l’intérêt de rendre les réductions d’émissions efficaces et équitables, ont déclaré les auteurs du rapport, les ministres fédéral, provinciaux et territoriaux devraient « travailler à l’élaboration d’une norme commune de couverture des émissions pour la tarification du carbone » – et des « remises au point de vente » sur le carburant devrait être éliminé.

Niveler le terrain

« Si vous regardez le prix de la pollution, elle représente environ un tiers du [total] réductions que nous avons identifiées, mais il ne le fait que si, en fait, les systèmes sont structurés de telle manière qu’ils entraînent des réductions progressives et qu’ils sont relativement similaires dans les provinces et les territoires », a déclaré Wilkinson à CBC News.

La nouvelle référence entrerait en vigueur pour 2023.

Dans sa lettre, Wilkinson a déclaré que les politiques provinciales devront couvrir la même proportion d’émissions qui seraient couvertes par le filet de sécurité fédéral et que les mesures visant à prévenir les « fuites de carbone » – les entreprises délocalisant la production dans des pays avec des normes d’émissions plus faibles – seront limitées aux secteurs qui l’exigent.

Les gouvernements ne seront pas autorisés à « affaiblir le signal des prix » avec des rabais ou des réductions d’autres taxes sur l’essence, a écrit Wilkinson. Dans deux provinces — Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard — les taxes carbone sur les carburants ont été partiellement compensées par des baisses correspondantes de la taxe provinciale sur l’essence.

De nouvelles exigences s’appliqueraient également à l’achat de crédits carbone, a déclaré Wilkinson dans sa lettre.

#Ottawa #soumet #nouveaux #objectifs #gaz #effet #serre #lONU #prévoit #modifier #référence #tarification #carbone

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *