L’unité des Rangers n’a pas réussi à traiter les membres extrémistes, selon le rapport d’enquête de l’armée

Vues: 7
0 0
Temps de lecture:7 Minute, 51 Second

Selon un rapport d’enquête militaire obtenu par CBC News, une unité de la réserve militaire canadienne en difficulté n’a pas réagi rapidement au comportement haineux de deux de ses membres qui s’associaient à des organisations extrémistes d’extrême droite.

Il a également conclu que le 4e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (4CRPG) n’avait pas été proactif dans ses relations avec les membres de l’unité associés à des organisations extrémistes.

CBC News a obtenu un résumé de deux pages des conclusions et de la méthodologie de l’enquête de l’armée, préparé pour le chef d’état-major de la Défense, le sous-ministre de la Défense et le ministre de la Défense Harjit Sajjan. CBC News a vérifié indépendamment le rapport comme étant authentique.

Le rapport indique que la présence de sympathisants d’extrême droite dans le groupe des Rangers basé à l’ouest était modeste; l’enquête a conclu qu’elle ne pouvait identifier que deux membres de l’unité qui avaient été associés à des organisations extrémistes.

Les noms de ces deux membres ont été masqués dans la version du reportage visionnée par CBC News.

Le rapport de synthèse est daté du 27 novembre 2020

L’enquête a été lancée l’année dernière après que CBC News eut révélé qu’Eric Myggland, membre du 4CRPG, avait ouvertement affiché en ligne son soutien à deux groupes d’extrême droite – les soldats d’Odin et le mouvement de la milice de survie à trois pour cent.

Des membres du mouvement Three Percent faisaient partie des personnes arrêtées à la suite de l’attaque de janvier contre le bâtiment du Capitole à Washington DC.

Les messages de Myggland incluaient un qui qualifiait le premier ministre Justin Trudeau de «bâtard traître» et d’autres qui exprimaient leur soutien aux droits des armes à feu et critiquaient vivement la législation du gouvernement libéral sur les armes à feu.

L’ex-femme de Myggland était également membre du 4CRPG. Elle a reconnu dans un échange de courriels avec CBC News l’année dernière qu’elle avait brièvement soutenu son ex-mari dans son association avec les deux groupes, mais qu’elle les avait quittés après avoir vu des activités racistes.

Le résumé de l’enquête de l’armée ne fait aucune référence au Master Cpl. Corey Hurren, le membre du 4CRPG qui a été condamné récemment à six ans de prison après avoir écrasé son camion aux portes de Rideau Hall en juillet avec des armes à feu chargées et plusieurs cartouches de munitions.

Selon un exposé conjoint des faits lu au tribunal, Hurren voulait arrêter le premier ministre Justin Trudeau pour les restrictions du gouvernement fédéral sur le COVID-19 et son interdiction des armes à feu de type assaut.

Hurren, qui a servi au Manitoba, était connu pour avoir souscrit aux théories du complot basées sur QAnon.

Corey Hurren, qui a enfoncé son camion dans les portes de Rideau Hall l’été dernier, était également membre du 4CRPG. (Corey Hurren / LinkedIn)

À la mi-décembre, Sajjan a annoncé la création d’un comité consultatif de quatre membres pour enquêter sur les incidents de haine ou de racisme dans l’armée canadienne et pour examiner «la discrimination systémique, les préjugés inconscients (et) la suprématie blanche».

« La vérité inconfortable est que le racisme et la discrimination existent dans ce pays et le ministère de la Défense nationale (MDN) et les Forces armées canadiennes (FAC) reconnaissent qu’ils ne sont pas exemptés », a déclaré Sajjan dans un communiqué.

Quelques jours après avoir reçu le rapport, le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan, a mis sur pied un comité consultatif sur les comportements haineux dans l’armée canadienne. (Sean Kilpatrick / La Presse canadienne)

Il a évoqué le groupe consultatif anti-racisme récemment réuni, affirmant qu’il aidera les militaires à décider « ce qui peut être fait de plus pour éliminer ces opinions » des rangs.

Bien qu’il n’ait pas abordé spécifiquement les conclusions du rapport, Sajjan a déclaré que les Forces armées « avaient déjà pris un certain nombre de mesures pour assurer un engagement et une surveillance accrus des Rangers canadiens afin de s’assurer que tous comprennent leurs obligations en matière de respect des valeurs des Forces armées canadiennes. . « 

Le rapport de synthèse obtenu par CBC critique la manière dont le 4CRPG a géré la menace de l’extrémisme d’extrême droite dans ses rangs et fait plusieurs recommandations.

Patrouilles «  vulnérables  »

«Le 4CRPG doit lancer les UDI (enquêtes disciplinaires de l’unité) lorsque des allégations d’incidents de conduite haineuse sont portées à leur attention», ont écrit les auteurs du rapport, soulignant que la direction de l’unité n’a pas rapidement traité les deux cas identifiés par l’enquête.

Le rapport a également appelé à une meilleure formation.

«Une formation officielle doit être fournie au personnel du 4CRPG et aux Rangers canadiens en ce qui concerne les politiques et directives sur la conduite haineuse et doit être une priorité pour les patrouilles identifiées comme vulnérables», indique le rapport. « Des mesures de contrôle doivent être mises en place pour s’assurer que tous les Rangers canadiens comprennent leurs obligations en ce qui concerne les politiques et directives sur les comportements haineux. »

Le rapport ne définit pas ce qui pourrait rendre une patrouille «vulnérable».

Bien que l’unité ait informé ses membres de la politique sur la conduite haineuse des Forces armées canadiennes dans un courriel en juillet 2020, elle doit aller plus loin et élaborer «un ensemble de vignettes socialement et culturellement pertinentes pour compléter la trousse de formation existante sur la conduite haineuse de l’Armée, « dit le rapport.

Pas de système «  pratique  » pour la vérification des armes

Les critiques du rapport sur le leadership du 4CRPG sont plus vives.

Le rapport a révélé que l’unité n’avait dispensé aucune formation officielle sur le Code de valeurs et d’éthique de l’armée et n’avait pas de programme officiel de promotion de la diversité et de l’inclusion. Il a conclu qu’il n’y avait pas de système en place pour la vérification «pratique / visuelle» des armes par les commandants de patrouille et a déclaré que les commandants de patrouille étaient incapables de trouver des procédures opérationnelles standard.

Les administrateurs de l’unité «manquent cruellement de procédures et de processus à jour» et l’adhésion est «à un niveau extrêmement bas dans les deux BC Coy [company] RI [Recorded Information] le personnel et les trois COY OR [Company Operational Regions]. « 

L’enquête a révélé un cas de 4CRPG ordonnant «des mesures administratives / disciplinaires liées à un incident éthique». Le rapport ne révèle pas la nature de l ‘«incident éthique» et ne formule aucune recommandation s’y rapportant.

En janvier, l’armée a annoncé que le lieutenant-colonel. Russ Meades, qui avait dirigé le 4CRPG pendant plusieurs années, serait remplacé en juin.

Myggland a reçu l’ordre d’être libéré par l’armée, mais à la fin du mois de mars, son statut de libération restait incertain.

Bien que contacté à plusieurs reprises par CBC News, Myggland a refusé de répondre aux questions. Il a déclaré dans un courriel l’automne dernier qu’il pensait que la couverture médiatique de son cas avait été biaisée.

Myggland a parlé à sa publication locale, The Rocky Mountain Goat. Dans cet entretien, il a insisté sur le fait qu’il n’avait rien fait de mal, qu’il n’était pas raciste, qu’il avait quitté les deux organisations après avoir tenté en vain de les changer et qu’on ne lui attribuait pas le mérite de ses années de service communautaire.

Un porte-parole du ministère de la Défense nationale a déclaré que les comportements haineux érodaient la cohésion de l’unité et l’esprit de corps, et diminuaient la position des militaires dans la société canadienne.

« Tous les aspects de l’enquête sommaire sur les allégations de conduite haineuse au sein du 4CRPG sont terminés », a déclaré Dan LeBouthillier dans un communiqué de presse.

« Les conclusions ont été acceptées par l’Armée canadienne et les Forces armées canadiennes, tandis que l’Armée canadienne est en train de planifier et de mettre en œuvre les recommandations du rapport d’enquête sommaire. »

Barbara Perry, directrice du Centre sur la haine, les préjugés et l’extrémisme de l’Université Ontario Tech, se demande pourquoi le rapport sommaire n’indique pas que l’enquête a examiné les comptes de médias sociaux des Rangers 4CRPG. (CBC)

Barbara Perry, directrice du Centre sur la haine, les préjugés et l’extrémisme de l’Université Ontario Tech, a déclaré qu’elle se demandait pourquoi le rapport d’enquête sommaire parle de mener des entrevues, mais ne fait aucune référence à la consultation des comptes de médias sociaux des membres du 4CRPG.

«S’ils ne regardaient pas les médias sociaux, je serais choquée», a-t-elle déclaré. «Et je dirais que ce n’est pas une enquête approfondie, étant donné que c’est là que vit le mouvement … en ligne.

« Vous devez avoir une idée de l’endroit où les gens s’engagent, où vos membres s’engagent avec ces groupes. Cela aurait été un point de départ pour moi. »

Perry, dont le groupe a été embauché par le MDN pour travailler sur les comportements haineux et l’extrémisme de droite dans les Forces armées canadiennes, s’est dit également surprise de la conclusion de l’enquête selon laquelle seuls deux membres du 4CRPG s’étaient associés à des organisations extrémistes.

« J’entends de manière informelle d’autres sources dire qu’il y avait beaucoup de personnes engagées, que ce soit formellement engagé avec des groupes ou sympathique ou engagé en ligne », a-t-elle déclaré. « Parfois, ce sont des consommateurs passifs plutôt que des contributeurs. »

Elizabeth Thompson peut être jointe à elizabeth.thompson@cbc.ca

Murray Brewster peut être atteint à murray.brewster@cbc.ca

#Lunité #des #Rangers #pas #réussi #traiter #les #membres #extrémistes #selon #rapport #denquête #larmée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *