Les dernières nouvelles sur l’épidémie de coronavirus du 9 juin

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:10 Minute, 27 Second

Des policiers portant des casques, des boucliers et des matraques sur le thème du coronavirus Covid-19 se tiennent en formation alors qu’ils participent à une campagne de sensibilisation contre la pandémie à un carrefour à Hyderabad, en Inde, mercredi. (Noah Seelam/AFP/Getty Images)

Les Canadiens entièrement vaccinés pourront bientôt sauter le séjour en quarantaine à l’hôtel

Le gouvernement fédéral affirme que les Canadiens entièrement vaccinés et les résidents permanents qui traversent la frontière vers le Canada ne seront plus tenus de séjourner dans un hôtel pendant une partie de leur période de quarantaine commençant début juillet.

La ministre de la Santé Patty Hajdu a déclaré mercredi que le gouvernement espère assouplir certaines restrictions par étapes. Elle a déclaré que ces Canadiens et résidents permanents entièrement vaccinés devront toujours passer un test COVID-19 à leur arrivée et avoir un plan d’isolement jusqu’à ce que leur test revienne négatif.

«Nous surveillerons attentivement ici au Canada et dans le monde à mesure que les cas changent et que les taux de vaccination augmentent», a-t-elle déclaré.

Cet assouplissement des règles s’applique uniquement aux citoyens canadiens qui ont obtenu les deux doses d’un vaccin COVID-19 approuvé par Santé Canada. Il ne s’applique pas aux touristes.

Des sources non nommées par CBC car elles ne sont pas autorisées à parler publiquement de la question ont déclaré que plus de détails sur la levée des restrictions pour l’ensemble de la population sont toujours en attente.

Le 22 février, le gouvernement fédéral a commencé à obliger tous les voyageurs aériens revenant de voyages non essentiels à l’étranger à s’isoler dans des installations mandatées par le gouvernement fédéral jusqu’à 72 heures en attendant les résultats des tests de réaction en chaîne par polymérase – communément appelés tests PCR – pour COVID -19.

Les personnes arrivant aux frontières terrestres sont tenues de passer des tests COVID-19 lorsqu’elles entrent dans le pays et à nouveau pendant leur période d’isolement de 14 jours.

Le groupe consultatif d’experts sur le dépistage et le dépistage de la COVID-19 du gouvernement fédéral a récemment plusieurs critiques pour les efforts d’atténuation des déplacements dans un rapport, citant des incohérences dans le traitement des voyageurs terrestres et aériens et le fait que les Canadiens pouvaient choisir de ne pas séjourner à l’hôtel moyennant un certain prix.

Le rapport du panel conseille au gouvernement fédéral d’élaborer une sorte de certificat de preuve de vaccination « dès que possible ».

Le gouvernement fédéral quelques jours après que le rapport a annoncé que les passagers aériens internationaux qui refusent de passer les tests COVID-19 requis ou qui refusent de s’enregistrer dans un hôtel de quarantaine pourrait être frappé d’une amende de 5 000 $ pour chaque infraction, contre 3 000 $.

De Le National

L’industrie touristique du Canada, durement touchée, cherche à savoir quand la frontière canado-américaine rouvrira. Mais pendant qu’ils sont impatients de partir, ils ont besoin de suffisamment de temps pour se préparer. 2:00

EN LETTRE

Au moins 7 millions de doses de Moderna arriveront avant la fin juin, selon le gouvernement fédéral

Moderna expédiera sept millions de doses de vaccin supplémentaires au Canada ce mois-ci, mettant ainsi fin à des semaines d’incertitude quant au moment où la société basée au Massachusetts livrerait la commande promise depuis longtemps.

Moderna a déjà livré 6,1 millions de doses au Canada, mais a régulièrement réduit les livraisons ou les a repoussées à des dates ultérieures depuis le début de l’année, obligeant les responsables provinciaux et régionaux à être agiles dans l’administration de leurs campagnes de vaccination. À partir de la semaine prochaine, la ministre des Services publics et des Achats, Anita Anand, a déclaré mercredi que les livraisons commenceraient à se stabiliser.

« Pour être clair, c’est le nombre minimum de doses que nous prévoyons recevoir dans ce délai », a déclaré Anand à propos des sept millions.

Moderna a affecté jusqu’à présent toute la production américaine de ses doses au marché américain, les lots précédents du Canada provenant de ses installations européennes.

Mais les États-Unis sont maintenant inondés de coups de feu et la demande de doses y est en baisse. Ainsi, pour la première fois, Moderna expédiera son produit au Canada à partir d’usines basées aux États-Unis.

« Moderna continuera à travailler dur pour aider à protéger les Canadiens contre le COVID et ses variantes », a déclaré un porte-parole dans un communiqué.

Il y a deux jours, la société a déclaré avoir demandé une autorisation d’utilisation d’urgence pour son vaccin chez les adolescents après des données d’essai positives. S’il était approuvé par Santé Canada, Moderna rejoindrait Pfizer-BioNTech en tant que vaccins jugés appropriés pour une utilisation chez les Canadiens dès l’âge de 12 ans.

Pendant ce temps, Anand a déclaré qu’entre les expéditions prévues de vaccins Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca-Oxford, un total de 55,8 millions de doses de vaccin devrait être livré au Canada d’ici la fin juillet.

Lire plus de détails sur le briefing fédéral sur la santé publique

Le Manitoba remettra près de 2 millions de dollars en prix aux personnes qui se font vacciner

Le gouvernement conservateur du Manitoba s’associe à l’agence de loterie provinciale pour encourager davantage de vaccinations, à hauteur de 1,9 million de dollars en argent et en bourses.

Les prix seront attribués en deux tirages – un pour les personnes qui reçoivent leur première dose avant le 2 août et un autre pour celles qui reçoivent leur deuxième avant le 6 septembre. Toute personne de 12 ans et plus qui reçoit un vaccin sera automatiquement éligible pour gagner.

« Nous avons besoin que les Manitobains se fassent vacciner. Plus tôt nous nous faisons vacciner, plus tôt nous récupérons nos vies. Cette loterie donne aux Manitobains une raison d’aller plus vite pour retrousser leurs manches, non pas une mais deux fois », a déclaré le premier ministre Brian Pallister alors qu’il faisait l’annonce aux côtés du président et chef de la direction de Manitoba Liquor & Lotteries, Manny Atwal.

Alors que les 12 et 17 ans peuvent gagner l’une des 20 bourses, les plus de 18 ans seront éligibles à l’un des sept prix en espèces de 100 000 $. Les prix en espèces seront attribués de manière à ce que les gagnants ne soient pas concentrés dans une ou deux régions.

Le développement intervient juste après que la province a annoncé la semaine dernière qu’elle fournirait jusqu’à 1 million de dollars pour des subventions allant jusqu’à 20 000 $ que les groupes peuvent utiliser pour atteindre les personnes hésitant à se faire vacciner contre la COVID-19.

Il s’agit également de la première vaste initiative de loterie liée à la vaccination au Canada, après des programmes similaires en Ohio et en Californie, entre autres États américains.

Le taux de vaccination du Manitoba pour les premières doses chez les personnes admissibles de 12 ans et plus était de 66,7 % en date de mardi.

Ce nombre est considérablement plus bas dans certaines régions de la province, en particulier dans les districts de santé du sud du Manitoba de Stanley (14,9 %), Winkler (28,2 %) et Hanover (33 %).

En savoir plus sur le plan

La majorité des habitants de la Saskatchewan. les hôpitaux atteints de COVID-19 en mai n’étaient pas vaccinés ou ont été récemment vaccinés

Sur les 5 296 cas de COVID-19 signalés en Saskatchewan en mai, 91,9% concernaient des personnes non vaccinées ou dont les doses de vaccin n’avaient pas encore été complètement activées, les responsables provinciaux ont déclaré mardi.

En décomposant davantage les chiffres, il a été signalé que 155 des 191 hospitalisations n’avaient pas été vaccinées ou avaient reçu leur première dose moins de trois semaines avant l’admission. Les services de cartes intensifs comprenaient 40 personnes qui n’avaient pas été vaccinées, six qui avaient reçu leur premier vaccin au cours des trois semaines précédentes et aucune qui n’était complètement vaccinée.

Les données correspondent à l’expérience du spécialiste des soins intensifs de la Saskatchewan, le Dr Hassan Masri.

« C’est très profond – nous ne voyons personne atterrir à l’hôpital ici en Saskatchewan avec ces vaccins », a déclaré Masri à CBC News.

Mais il a également déclaré que cela souligne que les gens ne peuvent pas éviter les masques et la distance simplement parce qu’ils ont récemment reçu une première dose.

« Il est important de savoir que le vaccin n’est pas un changement instantané », a déclaré Masri. « Si une personne est exposée au COVID-19 au cours de ces deux à trois semaines, elle pourrait très bien atterrir à l’hôpital ou, si les choses empirent, elle pourrait atterrir aux soins intensifs. »

Bien que le lien entre la vaccination et la santé relative semble clair, il ne semble pas qu’une loterie de vaccination soit en vue de si tôt en Saskatchewan. Le NPD a demandé à la province de lancer une loterie de 25 000 $ pour les résidents entièrement vaccinés.

« Nous n’envisageons aucun programme incitatif pour le moment », a déclaré Paul Merriman lors de la conférence de presse COVID-19 de la Saskatchewan mardi.

Mardi, 68% des résidents de la Saskatchewan âgés de 18 ans et plus avaient reçu une première dose de vaccin COVID-19 – deux points de pourcentage de moins que le seuil pour la province de fixer une date pour la troisième phase de réouverture, qui verrait le plus les restrictions de santé publique restantes sont levées.

En savoir plus sur la pandémie en Saskatchewan

Restez informé avec les dernières données COVID-19.

ET ENFIN…

Les restaurants paient, ne font pas la fine bouche quand il s’agit de préparer les réouvertures

Le propriétaire du restaurant de Vancouver, Paul Grunberg, a déclaré que tout son personnel était revenu après le premier verrouillage. Mais après le récent arrêt du disjoncteur, seule la moitié est revenue. (Ben Nelms/CBC)

En mai, il y avait encore 364 000 personnes de moins à travailler dans le secteur de l’hébergement et de la restauration par rapport à février 2020, selon l’enquête sur la population active de Statistique Canada.

Alors que les restrictions commencent à se lever dans certaines parties du pays, les restaurants dépoussièrent leurs terrasses ou rouvrent leurs salles à manger et rappellent le personnel – mais tous les employés ne reviennent pas.

Lorsque le restaurant italien de Toronto Oretta ouvrira sa terrasse vendredi, il y aura encore des lacunes dans son personnel – la direction aidera donc à servir les clients.

« Je pensais honnêtement que nous allions être submergés par les candidatures », a déclaré le directeur du bar Oretta, Alessandro Aureli.

Au lieu de cela, a-t-il déclaré, « cela a été une lutte pour trouver de nouvelles embauches ». Aureli a déclaré que certaines personnes réévaluaient leur carrière et leur mode de vie, tandis que d’autres s’inquiétaient pour leur santé et leur sécurité alors que la pandémie se poursuit.

Lora Pankova, directrice générale du Cibo Wine Bar au centre-ville de Toronto, a déclaré que lors d’un récent salon de l’emploi, les personnes interrogées positivement ont été informées sur place qu’elles avaient décroché un emploi, un changement par rapport à la sélectivité pré-pandémique du restaurant.

En plus des Canadiens qui pourraient jurer de ne pas travailler dans un restaurant pendant une pandémie, le bassin de travailleurs d’étudiants internationaux a également diminué, a déclaré Emad Yacoub, président de Glowbal Group, qui exploite neuf restaurants dans la région de Vancouver.

Yacoub a déclaré qu’il utilisait des chasseurs de têtes pour élargir sa recherche de personnel.

« Cette année va coûter près de 150 000 $ [in] frais de recrutement, pour recruter des gens de l’extérieur de la province », a-t-il déclaré.

Paul Grunberg, propriétaire et exploitant de plusieurs restaurants dans la région de Vancouver, dont Caffe la Tana, Osteria, Savio Volpe et Pepino’s Spaghetti House, a dû licencier 60 employés en mars. Environ la moitié choisissent de ne pas revenir.

Alors que certains candidats qui souhaitent travailler dans des restaurants pourraient avoir leur choix d’employeurs, les clients en ressentiront probablement les effets.

« Si vous payiez 40 dollars pour ce steak avant COVID, ce même steak coûtera 45 $ », a déclaré Grunberg.

En savoir plus sur la situation

En savoir plus sur COVID-19

Pour une couverture complète de la façon dont votre province ou territoire réagit à la COVID-19, visitez votre site local de CBC News.

Pour recevoir cette newsletter quotidiennement par e-mail, abonne toi ici.

Voir le réponses aux questions COVID-19 posées par les téléspectateurs et les lecteurs de CBC.

Vous cherchez toujours plus d’informations sur la pandémie? Contactez-nous au covid@cbc.ca si vous avez des questions.

#Les #dernières #nouvelles #sur #lépidémie #coronavirus #juin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *