Les dernières nouvelles sur l’épidémie de coronavirus du 13 juillet

Vues: 5
0 0
Temps de lecture:10 Minute, 6 Second

Mardi, des Parisiens font la queue sous la pluie pour se faire vacciner contre le COVID-19 dans un centre de vaccination de l’Hôtel de Ville. Plus de 900 000 Français ont pris rendez-vous pour un vaccin contre le COVID-19 après une annonce du président Emmanuel Macron selon laquelle des attestations seront requises pour les déplacements longue distance, les espaces publics intérieurs et les restaurants et cafés. (Kiran Ridley/Getty Images)

Trudeau dit qu’il laissera les passeports vaccinaux nationaux aux provinces

Le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré que le gouvernement fédéral travaillerait avec les provinces pour s’assurer qu’il existe une « preuve de vaccination acceptée à l’échelle internationale » pour les voyages internationaux, mais il laissera les options nationales aux gouvernements provinciaux.

Lors d’une conférence de presse mardi, on a demandé à Trudeau si le gouvernement fédéral devrait jouer un rôle pour aider à normaliser les programmes provinciaux, mais il a déclaré que son gouvernement se concentre sur un passeport vaccinal international.

« Différentes provinces feront des choses différentes, là où le gouvernement fédéral a un rôle à jouer et là où nous cherchons, c’est en termes de certification des vaccins pour les voyages internationaux », a déclaré Trudeau.

Les commentaires de Trudeau surviennent alors que certaines provinces, comme le Québec et Manitoba, ont annoncé des plans pour un passeport vaccinal interne. Autres provinces, comme l’Alberta et Saskatchewan, ont dit qu’ils n’auraient pas de telles exigences.

On a demandé à Trudeau si le gouvernement avait reçu l’assurance que les Canadiens seraient autorisés à voyager s’ils recevaient des injections de deux vaccins différents, même si d’autres pays n’avaient pas approuvé le mélange de doses.

« Nous allons travailler avec la communauté internationale pour nous assurer que les personnes entièrement vaccinées d’une manière que les Canadiens reconnaissent comme sûres et efficaces soient également reconnues dans le monde entier », a-t-il déclaré.

Trudeau a également déclaré que plusieurs Canadiens vivant à l’étranger ont reçu des vaccins non encore approuvés au Canada. Il a déclaré que le gouvernement examine quels vaccins l’Organisation mondiale de la santé a certifiés pour déterminer ceux qui pourraient prétendre à un passeport vaccinal.

De Le National

L’Organisation mondiale de la santé affirme que l’administration des premières doses d’un vaccin COVID-19 à tout le monde doit être une priorité plus élevée que l’administration de vaccins de rappel aux habitants de certains pays riches. 2:01

EN LETTRE

Le Collège Seneca veut que les étudiants du campus aient reçu un vaccin approuvé par Santé Canada, même les étudiants internationaux

Le Collège Seneca va au-delà de nombreux autres établissements postsecondaires au Canada dans l’espoir de se protéger contre la COVID-19.

À compter du 7 septembre, l’école, qui a des campus à Toronto, dans la région de York et à Peterborough, fera de la vaccination une condition pour les étudiants et les employés venant sur le campus à la session d’automne pour « enseigner, apprendre et travailler en personne ».

« Nous pensons simplement que si nous voulons vraiment protéger la santé et la sécurité de toute notre communauté, alors c’est la bonne chose et la chose logique à faire », a déclaré le président David Agnew à la radio de CBC. Matin du métro mardi.

Les étudiants et le personnel seront invités à télécharger leur certificat de vaccination sur une application Seneca pour prouver qu’ils ont été immunisés et attester que leurs documents sont authentiques. Des aménagements seront faits pour ceux qui ne peuvent se faire vacciner pour des raisons légitimes.

Les étudiants internationaux qui ont peut-être reçu des vaccins non approuvés par Santé Canada à l’étranger devront avoir une marque de vaccin approuvée pour être sur le campus, a ajouté Agnew, mais il a souligné que l’école propose à nouveau des options d’apprentissage hybride et en ligne cet automne.

Agnew a déclaré qu’il croyait que Seneca est la première école au Canada à mettre en œuvre la mesure, mais que diverses institutions universitaires font de même aux États-Unis. Certaines écoles comme l’Université de Toronto et l’Université Western à London, en Ontario, exigent que ceux qui vivent sur le campus résidences à vacciner.

« Nous sommes en assez bonne compagnie en Amérique du Nord, dans des endroits comme Harvard, MIT [Massachusetts Institute of Technology], Yale, Princeton, l’ensemble des systèmes publics de New York et de Californie exigent des vaccinations pour venir sur le campus. »

Écoutez le président de Seneca expliquer la position sur CBC Matin du métro

La France et l’Allemagne s’engagent sur l’obligation de vaccination pour les personnels de santé

Le président français Emmanuel Macron, lundi, dans une allocution télévisée, a ordonné à tous les agents de santé français de se faire vacciner contre le COVID-19 avant le 15 septembre.

La plupart des gouvernements européens ont hésité à rendre obligatoires les vaccinations. Mais après que des dizaines de milliers de personnes infectées par le virus soient décédées dans des maisons de retraite françaises, Macron a déclaré que la vaccination est essentielle pour tous les travailleurs des établissements de santé ou des maisons de retraite, ainsi que pour tous les travailleurs ou bénévoles qui s’occupent de personnes âgées ou malades à domicile.

Ceux qui ne se feront pas vacciner avant le 15 septembre seront passibles de sanctions ou d’amendes potentielles, a-t-il déclaré.

La Grèce a annoncé lundi que les travailleurs de la santé seraient suspendus s’ils refusaient de se faire vacciner. L’Italie a rendu la vaccination contre le coronavirus obligatoire pour les travailleurs de la santé et les pharmaciens, et ceux qui se retirent risquent la suspension de leur emploi ou une baisse de salaire.

La chancelière Angela Merkel a déclaré mardi que l’Allemagne n’envisageait pas de rendre obligatoires les vaccinations pour des segments de la population.

Macron a également mandaté des laissez-passer spéciaux COVID-19 pour toute personne souhaitant se rendre dans un restaurant, un centre commercial ou un hôpital ou monter dans un train ou un avion. Pour obtenir un laissez-passer, les personnes doivent avoir la preuve qu’elles sont complètement vaccinées, qu’elles ont récemment récupéré du virus ou qu’elles ont subi un nouveau test de dépistage du virus négatif.

La variante delta fait à nouveau remonter les infections virales en France, au moment même où le pays a lancé la saison des vacances d’été après une réouverture tant attendue. Environ 40 % de la population française est complètement vaccinée.

Le nombre de personnes dans les hôpitaux et les unités de soins intensifs français diminue depuis des semaines, mais les médecins craignent qu’il n’augmente également lorsque l’augmentation des infections à variante delta frappe les populations vulnérables.

En savoir plus sur les positions européennes

Le vaccin J&J peut présenter un «petit risque possible» de syndrome neurologique rare, selon des responsables américains

Le vaccin COVID-19 de Johnson & Johnson fabriqué en collaboration avec Janssen peut présenter un « petit risque possible » de réaction neurologique rare mais potentiellement dangereuse, ont déclaré lundi des responsables de la santé américains.

Les Centers for Disease Control and Prevention ont déclaré dans un communiqué avoir reçu des informations faisant état de 100 personnes ayant reçu une injection de Janssen de J&J développant le syndrome de Guillain-Barré, un trouble du système immunitaire qui peut provoquer une faiblesse musculaire et parfois une paralysie.

Ce nombre représente une infime fraction des près de 13 millions d’Américains qui ont reçu le vaccin à dose unique. La plupart des cas d’effet secondaire ont été signalés chez des hommes – de nombreux 50 ans et plus – et généralement environ deux semaines après la vaccination.

« Les chances que cela se produise sont très faibles », indique le communiqué. La société a également déclaré que le nombre de cas signalés de Guillain-Barré après utilisation du vaccin dépassait d’un « petit degré » le nombre de cas normalement attendus dans la population.

Les vaccins offrent historiquement une large protection avec peu de risques, mais s’accompagnent d’effets secondaires occasionnels, tout comme d’autres médicaments et thérapies médicales. Les trois vaccins COVID-19 utilisés aux États-Unis – qui incluent les vaccins Moderna et Pfizer-BioNTech – ont chacun été testés sur des dizaines de milliers de personnes, mais même des études aussi énormes ne peuvent exclure des effets secondaires extrêmement rares.

Le CDC a déclaré qu’il demanderait à son groupe d’experts externes en vaccins d’examiner la question lors d’une prochaine réunion.

Bien que la proposition unique du vaccin soit très prometteuse, elle a déjà été associée à de rares cas de problèmes de coagulation sanguine potentiellement graves, ainsi qu’à un incident de fabrication qui a forcé l’entreprise à jeter des millions de ses doses.

Les problèmes aident probablement à expliquer en partie pourquoi le vaccin Janssen de J&J n’a jamais été utilisé au Canada, malgré l’autorisation de Santé Canada avec conditions en mars. Il ne semble pas que la situation change, étant donné la progression constante de la campagne de vaccination au Canada et l’approvisionnement stable des vaccins Moderna et Pfizer-BioNTech.

En savoir plus sur la situation

Restez informé avec les dernières données COVID-19.

ET ENFIN…

Porter Airlines a des plans « audacieux » lorsque le transport aérien s’intensifie

L’intérieur d’un E195-E2 est montré. Porter a envisagé le CSeries fabriqué par Bombardier, qui appartient maintenant à Airbus, mais a plutôt opté pour le jet d’Embraer. (Arnd Wiegmann / Reuters)

Le PDG de Porter Airlines a déclaré que l’immobilisation des voyages par la pandémie a jeté les bases du plan de croissance substantiel que la société adoptera à mi-chemin en 2022 alors qu’elle entre dans une phase de reprise.

Porter a annoncé son intention de lancer un service d’avions à réaction vers des destinations au Canada, aux États-Unis et dans les Caraïbes avec une commande allant jusqu’à 80 appareils avec un prix catalogue de 5,8 milliards de dollars américains.

La compagnie aérienne régionale affirme avoir signé un accord pour devenir le client de lancement nord-américain du biréacteur Embraer E195-E2 et prévoit d’offrir des vols depuis l’aéroport international Pearson de Toronto, ainsi qu’Ottawa, Montréal et Halifax. Le nouvel avion n’opérera pas à partir de l’aéroport Billy Bishop de Toronto sur le front de mer de la ville, où Porter offre actuellement un service sur des avions à turbopropulseurs.

« De toute évidence, les 16 derniers mois ont été une période difficile pour l’industrie, mais la sortie de crise est souvent la meilleure opportunité pour établir une croissance future », a déclaré le président et chef de la direction Michael Deluce dans une entrevue avec La Presse canadienne.

Une liste complète des destinations sera annoncée en temps voulu, mais Deluce a déclaré qu’il voyait des opportunités de desservir le sud des États-Unis, ainsi que les Caraïbes et le Mexique. La compagnie aérienne prévoit de reprendre ses vols vers New York, Boston, Chicago et Washington, DC, le 17 septembre.

L’analyste des compagnies aériennes Robert Kokonis, président de la société d’experts-conseils en compagnies aériennes AirTrav Inc., a qualifié cette décision de « décision audacieuse » qui suscitera sûrement une forte réaction des deux plus grandes compagnies aériennes du Canada, Air Canada et WestJet.

« C’est une action de marché très, très audacieuse et décisive qu’ils prennent – ​​et encore une fois, parce que ce transporteur a été ancré plus que tout autre transporteur au Canada pendant la pandémie, je ne pouvais pas souhaiter cela à un groupe de personnes souffrant plus longtemps et employés, dirigeants et actionnaires que ce groupe aussi », a déclaré Kokonis.

Mais Kokonis a déclaré que même avec les plans des Caraïbes, il ne croit pas que Porter essaiera de devenir Sunwing, Transat ou Air Canada Rouge en attirant principalement la clientèle de loisirs. Au lieu de cela, il s’attend à ce qu’il continue de répondre aux voyageurs d’affaires.

En savoir plus sur les plans

En savoir plus sur COVID-19

Pour une couverture complète de la façon dont votre province ou territoire réagit à la COVID-19, visitez votre site local de CBC News.

Pour recevoir cette newsletter quotidiennement par e-mail, abonne toi ici.

Voir le réponses aux questions COVID-19 posées par les téléspectateurs et les lecteurs de CBC.

Vous cherchez toujours plus d’informations sur la pandémie? Contactez-nous au covid@cbc.ca si vous avez des questions.

#Les #dernières #nouvelles #sur #lépidémie #coronavirus #juillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *