Les dernières nouvelles de l’épidémie de coronavirus du 2 juin

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:11 Minute, 18 Second

  • Traqueur de coronavirus : Suivez le rythme des cas de COVID-19, vaccinations au Canada.
  • Après avoir sollicité des conseils, le gouvernement de l’Ontario décide de ne pas laisser les élèves retourner dans les écoles.
  • Ottawa verse plus d’argent mais dit à l’alliance vaccinale pour les pays en développement que le Canada n’a pas encore de doses qu’il peut épargner.
  • Israël signale des cas sporadiques de myocardite chez de jeunes adultes après avoir reçu la 2e dose de Pfizer.
  • Lire la suite: Le Manitoba, le point névralgique actuel du Canada, étend la sensibilisation à la vaccination; un correspondant du Outlaw Ocean Project, pour CBC News, a passé une semaine sur un bateau de croisière que l’Italie utilise pour mettre en quarantaine les migrants qui ont été secourus en Méditerranée. Voici ce rapport sur les conditions.

Les membres de l’équipe olympique australienne de softball sont devenus la première équipe nationale étrangère à atterrir au Japon pour un entraînement pré-olympique, arrivant mardi à l’aéroport international de Narita à Narita. Les Jeux olympiques d’été de Tokyo devraient commencer le 23 juillet. (Issei Kato / The Associated Press)

Terre-Neuve-et-Labrador prête à accueillir les Canadiens vaccinés cet été

Les voyages d’agrément en provenance du Canada seront autorisés à Terre-Neuve-et-Labrador « dès le 1er juillet » tant que le nombre de cas de COVID-19 et les hospitalisations resteront faibles, et « environ » 75 pour cent des résidents âgés de 12 ans et plus ont reçu au moins un dose de vaccin, la province a déclaré mercredi.

Le premier ministre de Terre-Neuve, Andrew Furey, a déclaré que le plan autoriserait les réunions tant attendues des membres de la famille, mais il a également noté que le plan n’est pas figé et « repose fortement sur les personnes qui se font vacciner, ici à la maison et celles qui viennent dans notre province ».

Les voyageurs canadiens entièrement vaccinés n’auront aucune exigence de test ou d’isolement, a déclaré la province. Les voyageurs partiellement vaccinés doivent présenter un résultat de test COVID-19 négatif avant le départ ou s’auto-isoler à leur arrivée jusqu’à ce qu’ils reçoivent un résultat de test négatif. Les voyageurs canadiens non vaccinés doivent s’isoler pendant 14 jours.

Jusqu’à nouvel ordre, le port du masque dans les espaces publics intérieurs est toujours en vigueur jusqu’au 15 septembre.

« C’est le jour que beaucoup de gens attendaient. Le plan de réouverture est une étape majeure sur la voie de la vie avec COVID-19. Après 15 longs mois, c’est le signal le plus fort à ce jour que le pire est peut-être derrière nous », Le médecin hygiéniste en chef, le Dr Janice Fitzgerald, a déclaré.

Alors que le nombre de cas provinciaux est plus élevé qu’à la même période l’an dernier, le ministre de la Santé, John Haggie, a déclaré que les vaccins « changeraient la donne » en 2021.

« C’est la vraie différence, avec 62% de notre population ayant déjà eu une injection », a-t-il déclaré.

Alors qu’un redémarrage coordonné de la bulle atlantique a été retardé à deux reprises ce printemps en raison d’épidémies de COVID-19, les trois provinces maritimes ont publié des plans de réouverture au cours de la semaine dernière, avec des objectifs différents, également dépendants de l’épidémiologie et des taux de vaccination.

Le Nouveau-Brunswick prévoit ouvrir ses frontières avec Terre-Neuve-et-Labrador, l’Île-du-Prince-Édouard et certaines parties du Québec lundi. Le 1er juillet, il prévoit d’inclure la Nouvelle-Écosse et le reste du Canada, si ces voyageurs ont reçu une dose de vaccin.

L’Île-du-Prince-Édouard envisage d’ouvrir ses frontières le 27 juin aux autres provinces de l’Atlantique et au reste du Canada le 8 août, sans qu’aucune quarantaine ne soit requise pour les voyageurs entièrement vaccinés

La Nouvelle-Écosse a publié la semaine dernière un plan de réouverture en trois étapes, la phase finale permettant les voyages en provenance d’autres provinces, les responsables ayant déclaré mercredi qu’ils étaient conscients de l’annonce de Terre-Neuve mais pas encore tout à fait au même stade.

Furey a déclaré qu’il n’y avait pas de consensus parmi les provinces de l’Atlantique sur ce à quoi ressemblerait une nouvelle bulle régionale, mais a déclaré que les plans de réouverture de chaque juridiction s’élevaient essentiellement à un.

De Le National

Un médecin de la Nouvelle-Écosse a aidé à créer une innovation COVID-19 qui aide les infirmières et sauve des vies en facilitant la mise en position couchée des patients pour améliorer la respiration. 4:45

EN LETTRE

L’Ontario ne rouvrira pas les écoles pour l’apprentissage en personne ce printemps, annonce Doug Ford

La grande majorité des élèves du primaire et du secondaire en Ontario apprennent à distance depuis le 19 avril en raison de la flambée des taux de COVID-19 au milieu de la troisième vague de la pandémie, et malgré la baisse des taux de cas, ils resteront à la maison pour le reste de l’année scolaire.

Le premier ministre Doug Ford et son gouvernement examinaient les réponses à une lettre envoyée la semaine dernière qui sollicitait des conseils sur la réouverture des écoles d’un éventail de groupes d’experts, notamment des responsables de la santé publique et des syndicats d’enseignants, mais a finalement décidé que la prudence était la bonne approche.

L’exception concerne les élèves de l’enseignement spécial qui ne peuvent pas être accueillis par le biais de l’apprentissage à distance.

Ford a déclaré mercredi que la province se concentrait sur un retour « sûr et normal » à l’école en septembre.

« Nous utiliserons ce temps pour faire vacciner nos enseignants et nos élèves », a déclaré le Premier ministre, mais aucun détail n’a été fourni sur la question de savoir si la province fera quelque chose différemment à l’automne, comme augmenter les tests rapides pour surveiller les cas.

Dr Barry Pakes de la Dalla Lana School of Public Health de l’Université de Toronto a déclaré à CBC News Network c’était « sans équivoque une mauvaise décision » pour presque toute la province, affirmant qu’il était plus sûr maintenant en juin en raison des taux de vaccination que l’automne dernier, lorsque les enfants y ont assisté en personne pendant plusieurs semaines.

La chef du NPD, Andrea Howarth, a décrit l’Ontario comme une valeur aberrante au Canada en termes de fermetures d’écoles, et accuse le gouvernement de ne pas s’attaquer aux efforts d’atténuation potentiels tels que « des classes plus petites, une meilleure ventilation et des tests ».

L’Ontario a signalé son troisième jour consécutif de nombre de cas inférieur à 1 000, avec une moyenne mobile sur sept jours de 978 cas, le plus bas depuis le 4 novembre 2020.

En savoir plus sur la décision

Le Canada double sa contribution en dollars à l’alliance COVAX, mais fait partie des pays qui ne partagent pas encore les doses

Déclarant que le Canada n’a pas actuellement d’approvisionnement en vaccins excédentaire, la ministre du Développement international, Karina Gould, a déclaré mercredi lors d’un sommet virtuel COVAX que le Canada ferait un don supplémentaire de 220 millions de dollars – correspondant exactement à un engagement précédent – ​​pour aider l’alliance mondiale à acheter plus de vaccins à livrer au 92 pays à revenu faible et intermédiaire qui dépendent de l’installation pour vacciner leurs citoyens.

« Pour le moment, nous sommes toujours très concentrés sur notre calendrier national, mais je peux vous assurer que lorsque nous aurons des doses excédentaires, nous ferons cette annonce. »

Le porte-parole du NPD en matière de santé, Don Davies, a qualifié la contribution en espèces uniquement de « grossière déception », tandis que la chef du Parti vert Annamie Paul a déclaré que les libéraux créent une « fausse sécurité » en se concentrant uniquement sur l’administration de doses aux Canadiens au début, compte tenu des variantes qui se sont développées. partout dans le monde lorsque le nombre de cas est élevé.

Les pays riches ont récupéré plus de 80 % des près de deux milliards de doses de vaccins COVID-19 désormais administrées dans le monde, et selon le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, seulement 0,4 % de l’approvisionnement en vaccins a été administré à faible -pays à revenu, une situation qu’il a qualifiée d' »éthique, épidémiologiquement et économiquement inacceptable ».

Au total, le Canada faisait partie des dizaines de pays qui ont promis 2,4 milliards de dollars supplémentaires au total au plan de partage des vaccins COVAX mercredi. Le Canada n’était pas un cas aberrant en décidant de verser de l’argent pour aider à produire et à administrer plus de vaccins, bien que des pays comme la Belgique, le Danemark, la Suède et l’Espagne se soient engagés à faire des dons de doses allant de deux à 15 millions chacun.

Les États-Unis ont l’intention de faire don de 80 millions de doses d’ici la fin de ce mois, mais n’ont pas encore dit si elles passeraient par COVAX ou directement vers d’autres pays.

En savoir plus sur le sommet de l’alliance

Israël voit un lien probable entre le vaccin Pfizer-BioNTech et les cas de myocardite

Le ministère israélien de la Santé a déclaré mardi avoir découvert que le petit nombre de cas d’inflammation cardiaque observés principalement chez les jeunes hommes ayant reçu le vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech en Israël était probablement lié à leur vaccination.

En Israël, 275 cas de myocardite ont été signalés entre décembre 2020 et mai 2021 parmi plus de cinq millions de personnes vaccinées, a indiqué le ministère en divulguant les résultats d’une étude qu’il a commandée pour examiner la question.

La plupart des patients qui ont souffert d’une inflammation cardiaque n’ont pas passé plus de quatre jours à l’hôpital et 95% des cas ont été classés comme bénins, selon l’étude, qui, selon le ministère, a été menée par trois équipes d’experts.

L’étude a révélé « qu’il existe un lien probable entre la réception de la deuxième dose [of Pfizer] vaccin et l’apparition d’une myocardite chez les hommes de 16 à 30 ans », avec un lien plus démontrable chez les 16 à 19 ans.

L’ASPC et Santé Canada ont déclaré à CBC News dans un courriel qu’ils étaient au courant des rapports israéliens, mais qu’à ce stade, « le Canada ne connaît pas de taux plus élevés [of myocarditis] que ce que l’on attendrait dans la population générale [outside of a vaccine context]. »

Pfizer a déclaré dans un communiqué qu’il était au courant des observations israéliennes de myocardite, notant qu’aucun lien de causalité avec son vaccin n’a été établi et que le taux de myocardite n’est pas plus élevé que ce qui serait normalement attendu dans la population générale.

Israël ira probablement de l’avant avec la vaccination des personnes âgées de 12 à 15 ans avec le produit de Pfizer.

« Le comité a donné son feu vert pour vacciner les 12-15 ans, et cela sera possible dès la semaine prochaine », a déclaré à Radio 103 FM Nachman Ash, le coordinateur israélien de la riposte à la pandémie. « L’efficacité du vaccin l’emporte sur le risque. »

En savoir plus sur la situation

Restez informé avec les dernières données COVID-19.

ET ENFIN…

Un établissement pour adultes de Toronto accueillera une clinique de vaccination

Aucun rendez-vous, pièce d’identité, carte de santé, justificatif de domicile ou code postal ne sera nécessaire à la clinique de vaccination COVID-19 du Zanzibar Tavern à Toronto vendredi. (Grant Linton/CBC)

Le Toronto Sex Workers Action Project de Maggie, qui se présente comme une organisation dirigée pour et par les travailleuses du sexe, organise vendredi une clinique de vaccination « à faible barrière » à la taverne de Zanzibar.

Zanzibar, pour les inconnus, est un club de strip-tease de longue date à Toronto.

Habituellement, le chapiteau de Zanzibar fait de la publicité pour des danseurs exotiques, mais cette semaine, il fait signe : « Get Vaxxed With Maggie’s Toronto! »

Maggie’s travaille avec Unity Health Toronto, un réseau de soins de santé catholique, et Sherbourne Health, une agence de santé urbaine du centre-ville de Toronto, pour héberger la clinique qui administrera les injections Pfizer-BioNTech.

Ellie Ade Kur, membre du conseil d’administration de Maggie’s, a déclaré qu’elle était « excitée » que toute personne ayant besoin de se faire vacciner dans un environnement sans surveillance puisse le faire, y compris les travailleuses du sexe et les danseuses exotiques.

Natalie et Allen Cooper, les propriétaires de Zanzibar, sont également heureux de contribuer à l’effort.

« Beaucoup de gens dans cette industrie ont été injustement blâmés pour avoir propagé la maladie pendant longtemps et nous voulions juste qu’il soit très clair que nous sommes très attachés à l’arrêt de la propagation du COVID », a déclaré Natalie Cooper.

L’année dernière, des épidémies dans les clubs de strip-tease de la région de Toronto ont suscité une controverse au début de la pandémie, et elles ont été fermées par ordonnance provinciale depuis.

Les personnes qui accèdent à la clinique devront fournir un nom de leur choix et une date de naissance sur un formulaire de consentement. Après avoir reçu le vaccin, ils recevront un certificat papier. Il peut être emmené dans n’importe quelle autre clinique pour une deuxième dose lorsque de telles doses deviennent disponibles.

En savoir plus sur la clinique unique

En savoir plus sur COVID-19

Pour une couverture complète de la façon dont votre province ou territoire réagit à la COVID-19, visitez votre site local de CBC News.

Pour recevoir cette newsletter quotidiennement par e-mail, abonne toi ici.

Voir le réponses aux questions COVID-19 posées par les téléspectateurs et les lecteurs de CBC.

Vous cherchez toujours plus d’informations sur la pandémie? Contactez-nous au covid@cbc.ca si vous avez des questions.



#Les #dernières #nouvelles #lépidémie #coronavirus #juin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *