Les Canadiens devraient se préparer à d’autres découvertes comme Kamloops, dit Murray Sinclair

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 37 Second

AVERTISSEMENT : cette histoire contient des détails que certains lecteurs peuvent trouver pénibles.

Les Canadiens devraient se préparer à la découverte de sites similaires à celui de l’ancien pensionnat de Kamloops, en Colombie-Britannique, où les restes d’environ 215 enfants ont été découverts, a déclaré mardi l’ancien sénateur Murray Sinclair dans un communiqué.

Sinclair, qui a présidé la Commission de vérité et réconciliation (CVR), a déclaré que la commission avait demandé au gouvernement fédéral de lui permettre de mener une enquête plus complète après avoir entendu des histoires de survivants des pensionnats qui « se sont révélées horribles ».

« Nous avons soumis une proposition, car elle ne relevait pas du mandat de la CVR, et cette demande a été rejetée », a-t-il déclaré dans un communiqué. « Nous avons fait en grande partie ce que nous pouvions, mais ce n’était pas du tout ce que nous avions besoin d’enquêter. Nous voyons maintenant des preuves du grand nombre d’enfants qui sont morts.

« Nous savons qu’il y a beaucoup de sites similaires à Kamloops qui vont voir le jour à l’avenir. Nous devons commencer à nous y préparer. »

La CVR a lancé 94 appels à l’action il y a six ans à la suite d’une longue enquête sur les pensionnats. Il a fait six recommandations concernant les enfants disparus et les lieux de sépulture.

La commission a appelé le gouvernement fédéral à travailler avec les églises, les communautés autochtones et les anciens élèves des pensionnats « pour établir et maintenir un registre en ligne des cimetières des pensionnats, y compris, dans la mesure du possible, des cartes de tracé indiquant l’emplacement des enfants décédés des pensionnats ».

Sinclair a déclaré qu’il avait été inondé d’appels de survivants des pensionnats depuis la découverte de la semaine dernière. « Des centaines d’appels, souvent juste pour pleurer. Je peux entendre non seulement la douleur et l’angoisse, mais aussi la colère que personne ne croyait aux histoires qu’ils avaient racontées », a-t-il déclaré.

« Je peux également entendre leur sentiment qu’ils ont perdu un peu d’espoir que peut-être ces enfants qui n’étaient pas revenus pourraient encore être retrouvés. Ils savent maintenant que cela pourrait ne pas arriver. »

Sinclair a déclaré qu’il est essentiel de continuer à enquêter pour obtenir une image plus complète de ce qui s’est passé dans les pensionnats à travers le pays.

« Nous devons nous assurer de mettre en place des programmes de guérison et des fondations qui aideront les survivants à rassembler et à partager leurs souvenirs et leurs histoires », a-t-il déclaré.


La déclaration complète de Sinclair peut être lue ci-dessous :

Je voulais profiter de l’occasion pour vous parler de la situation qui est venue aux yeux du public au sujet de la découverte de corps au pensionnat de Kamloops, en Colombie-Britannique, au Canada.

Lorsqu’on m’a demandé de présider la Commission de vérité et réconciliation, j’ai pensé que j’avais une assez bonne idée de ce à quoi m’attendre. Je pensais que découvrir ce qui se passait dans les écoles serait accompli en écoutant ce que les survivants nous racontaient et en enregistrant leurs histoires. J’ai entrepris cette partie du travail ouvertement et volontairement, avec ce que je pensais être une bonne compréhension de ce qu’ils allaient nous dire.

Mais les histoires des survivants se sont avérées horribles. L’une des histoires les plus courantes que nous avons entendues était celle de survivants qui parlaient des enfants décédés dans les écoles et dont ils avaient été témoins de la mort. Tout aussi souvent, nous avons entendu parler de la solitude et de la séparation d’avec leur famille – comment ils ont tant perdu.

Un aspect des pensionnats qui m’a vraiment choqué personnellement, ce sont les histoires que nous avons commencé à recueillir sur les enfants qui sont morts dans les écoles. Parmi les enfants qui sont morts, parfois délibérément, c’était aux mains d’autres qui étaient là, et en si grand nombre.

Les survivants ont parlé d’enfants qui ont soudainement disparu. Certains ont parlé d’enfants disparus dans des lieux de sépulture de masse. Certains survivants ont parlé de bébés nés de jeunes filles dans les pensionnats, de bébés qui avaient été engendrés par des prêtres, qui leur ont été enlevés et délibérément tués – parfois jetés dans des fours, nous a-t-on dit.

Nous ne nous attendions pas à ce que cela fasse partie du travail que nous faisions. Nous avons demandé au gouvernement de nous permettre de mener une enquête plus approfondie sur cette partie du travail de la CVR, d’explorer cela au nom des survivants et du public canadien. Nous avons soumis une proposition, car elle ne relevait pas du mandat de la CVR, et cette demande a été rejetée. Nous avons donc fait en grande partie ce que nous pouvions, mais ce n’était pas du tout ce dont nous avions besoin pour enquêter. Maintenant, nous voyons des preuves du grand nombre d’enfants qui sont morts.

Nous savons qu’il existe de nombreux sites similaires à Kamloops qui vont voir le jour à l’avenir. Nous devons commencer à nous y préparer.

Ceux qui sont des survivants et des survivants intergénérationnels doivent comprendre que cette information est importante pour tout le Canada afin de comprendre l’ampleur de la vérité de cette expérience.

Depuis que la révélation de ce qui s’est passé à Kamloops a été révélée, j’ai été inondée d’appels de Survivants. Des centaines d’appels, souvent juste pour pleurer. Je peux entendre non seulement la douleur et l’angoisse, mais aussi la colère que personne ne croyait aux histoires qu’ils avaient racontées. Je peux également entendre leur sentiment qu’ils ont perdu un peu d’espoir que peut-être ces enfants qui n’étaient pas revenus pourraient encore être retrouvés. Ils savent maintenant que cela n’arrivera peut-être pas.

Mon cœur va aux Survivants, aux enfants et aux familles des Survivants qui ne sont jamais revenus. Je sais que c’est une période difficile. Mais nous devons persévérer dans notre enquête pour savoir ce qui s’est passé dans ces écoles. Nous devons veiller à mettre en place des programmes de guérison et des fondations qui aideront les survivants à rassembler et à partager leurs souvenirs et leurs histoires.

Je prie pour vous tous et j’espère que vous pourrez trouver un moyen de continuer d’une manière bonne et saine.

S’il te plaît


Un soutien est offert à toute personne touchée par son expérience dans les pensionnats et à celles qui sont déclenchées par les derniers rapports.

Une ligne d’écoute téléphonique nationale pour les pensionnats indiens a été mise en place pour fournir un soutien aux anciens élèves et aux personnes touchées. Les gens peuvent accéder à des services d’aiguillage émotionnel et de crise en appelant la ligne de crise nationale 24 heures sur 24 : 1-866-925-4419.

#Les #Canadiens #devraient #préparer #dautres #découvertes #comme #Kamloops #dit #Murray #Sinclair

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *