Les autorités américaines ont révoqué des milliers de cartes NEXUS canadiennes

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 57 Second

Les autorités américaines ont révoqué les cartes de voyageur de confiance NEXUS de milliers de Canadiens au cours des cinq dernières années – plus de trois fois le nombre révoqué par les autorités canadiennes, a appris CBC News.

Et les experts disent que si la carte NEXUS d’un Canadien est révoquée par des fonctionnaires américains, il est difficile de faire appel de la décision ou de la faire annuler.

« Très, très peu ont réussi et au cours de la dernière année et demie, cela a été presque impossible », a déclaré l’avocate torontoise Cyndee Todgham Cherniak.

Le programme de voyageur de confiance NEXUS, géré conjointement par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et le Service des douanes et de la protection des frontières (CBP) des États-Unis, permet aux titulaires de carte de passer rapidement les douanes et les aéroports. Alors que beaucoup utilisent les cartes pour les voyages transfrontaliers, certains détenteurs de cartes l’utilisent principalement pour réduire les temps d’attente lors d’un voyage au Canada.

L’ASFC a indiqué qu’il y avait 1,7 million de détenteurs de cartes NEXUS en mai 2021. Selon le CBP, 77 % des détenteurs de cartes NEXUS sont canadiens, 21 % sont américains et 2 % appartiennent à la catégorie « autres ».

Mais alors que les Américains représentent un pourcentage plus faible des membres, les chiffres obtenus par CBC News montrent que les fonctionnaires américains sont responsables de 77 pour cent des révocations de cartes NEXUS.

Les responsables canadiens et américains ont révoqué 15 807 cartes NEXUS entre le 1er janvier 2016 et le 25 mai 2021. L’ASFC dit avoir révoqué 3 591 cartes – 22% des révocations – tandis que les responsables américains du CBP ont révoqué 12 216 cartes.

La porte-parole du CBP, Rhonda Lawson, a déclaré que le service ne pouvait pas dire combien de cartes révoquées par l’agence américaine étaient détenues par des Canadiens et combien appartenaient à des Américains.

Mais dans l’ensemble, a-t-elle dit, 70 % des cartes révoquées par l’ASFC ou le CBP étaient détenues par des Canadiens, 26 % des cartes révoquées étaient détenues par des Américains et 4 % de celles dont les cartes avaient été révoquées appartenaient à la catégorie de « autre ».

L’avocate torontoise Cyndee Todgham Cherniak a déclaré que le gouvernement canadien devrait demander aux Américains d’améliorer leur processus d’appel pour les personnes dont les cartes NEXUS sont révoquées. (SRC)

Lawson a déclaré que ceux dont les cartes sont révoquées ou dont les demandes sont refusées par les autorités américaines peuvent faire appel auprès de l’ombudsman du CBP.

Todgham Cherniak a déclaré que ce n’était pas aussi facile qu’il y paraît.

« Il n’y a pas de processus solide et transparent pour faire appel d’une confiscation ou d’une annulation de carte NEXUS par les autorités américaines. »

Todgham Cherniak a gagné une cause récente devant la Cour fédérale du Canada dans laquelle un juge a conclu qu’un homme d’affaires montréalais n’aurait pas dû perdre sa carte NEXUS en raison d’une infraction mineure. Le juge a également décidé qu’il incombait aux représentants du gouvernement d’expliquer pourquoi une infraction mineure leur avait fait perdre confiance en lui.

Bien qu’il existe un processus pour les Canadiens ou les Américains dont les cartes NEXUS sont révoquées par l’ASFC, il est même difficile de joindre l’ombudsman du CBP, a-t-elle déclaré.

« L’année dernière, nous avons eu une situation pour un certain nombre de Canadiens où nous avons envoyé une copie papier des soumissions à l’ancienne adresse de l’ombudsman du CBP américain », a-t-elle déclaré. « Ils ont tous été renvoyés parce qu’ils avaient déménagé.

« Nous avons donc décroché le téléphone et appelé les douanes et la protection des frontières américaines. Personne au sein de la douane et de la protection des frontières ne savait où ils avaient déménagé. Ils ne connaissaient pas la nouvelle personne à qui écrire, ni comment entrer en contact avec qui que ce soit.

L’avocate à la retraite Ruth Hornstein a tenté de faire appel à l’ombudsman lorsque sa carte NEXUS nouvellement renouvelée a été révoquée à l’aéroport Trudeau de Montréal en 2018 parce qu’un ami voyageant avec elle avait une pomme et un avocat dans son sac à main – une violation des règles agricoles américaines.

« Ils ont dit : ‘Je suis désolée, vous ne pouvez pas récupérer votre carte NEXUS, elle a été révoquée à vie' », a-t-elle déclaré.

Tolérance zéro

Robert Leo, un avocat de New York qui a représenté des Canadiens dont les cartes NEXUS ont été révoquées par les autorités américaines, a déclaré que les Américains avaient adopté une politique de tolérance zéro il y a longtemps.

« Tout ce qui sort de l’ordinaire à la frontière, ils enlèvent la carte NEXUS », a-t-il déclaré.

Il n’est pas facile de faire appel de la décision de révoquer une carte, a-t-il déclaré.

« Il n’y a pas de réglementation aux États-Unis, contrairement au Canada », a déclaré Leo, ajoutant que le CBP avait rejeté l’idée d’adopter une réglementation. « Il n’y a pas d’autre procédure que maintenant vous pouvez demander le réexamen d’une décision douanière en ligne. »

Leo, qui estime que son entreprise remporte environ 30% des appels qu’elle dépose, a déclaré que ceux qui souhaitent déposer un appel devraient d’abord utiliser la loi sur la liberté de l’information pour obtenir des copies de leurs dossiers. Un bilan de passage aux États-Unis sans violations avant ou après l’incident peut également aider, a-t-il déclaré.

« La seule chose que quelqu’un doit prouver, c’est qu’il était un voyageur de confiance avant, c’est un voyageur de confiance maintenant et c’était une aberration », a déclaré Leo.

Todgham Cherniak a déclaré qu’elle aimerait que le gouvernement canadien s’implique et exhorte le gouvernement américain à améliorer son processus d’appel.

« Ce que nous devons vraiment faire, c’est que le gouvernement canadien contacte le gouvernement américain en disant: » Ce n’est pas juste «  », a-t-elle déclaré.

Elizabeth Thompson peut être jointe à elizabeth.thompson@cbc.ca

#Les #autorités #américaines #ont #révoqué #des #milliers #cartes #NEXUS #canadiennes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *