Le Québec verse de l’argent dans les soins de santé et retarde l’équilibre budgétaire

Vues: 7
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 55 Second

La fin de la pandémie étant encore incertaine, le Québec a annoncé jeudi qu’il repoussait son échéancier pour équilibrer le budget et concentrer les dépenses à court terme sur le soutien du système de santé et de l’économie.

Un jour où la province a enregistré sa plus forte augmentation d’infections depuis la mi-février, le ministre des Finances Eric Girard a déposé ce qu’il a appelé un «budget pandémique» qui prévoit un déficit de 12,3 milliards de dollars pour l’exercice 2021-2022.

Girard avait d’abord insisté pour que le Québec élimine son énorme déficit d’ici cinq ans, comme l’exige la Loi sur l’équilibre budgétaire. Mais jeudi, il a déclaré qu’il chercherait à suspendre temporairement la loi pour donner au gouvernement sept ans pour sortir du rouge.

« Chaque chose en son temps. Nous devons d’abord vaincre la pandémie », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Québec, notant que la province dépensera 4,2 milliards de dollars supplémentaires cette année pour des mesures liées au COVID-19.

Cette somme s’ajoute aux près de 12 milliards de dollars que le Québec a dépensés jusqu’à présent pour faire face à la pandémie, qui a fait 10 630 morts dans la province, le plus grand nombre de morts au pays.

« L’année écoulée a été extrêmement éprouvante », a déclaré Girard dans son discours à l’Assemblée nationale. « Derrière les chiffres, il y a des gens qui ont perdu la vie. »

Les soins de santé reçoivent l’essentiel de l’argent neuf

Le plan de dépenses publié jeudi détaille 5,2 milliards de dollars de nouvelles mesures de dépenses pour cette année, dont 2,9 milliards de dollars iront au système de santé.

Les priorités de dépenses du gouvernement pour les soins de santé semblent être influencées par les scènes désastreuses de ce printemps dans les foyers de soins de longue durée, où des milliers de Québécois âgés ont contracté le COVID-19 et beaucoup sont morts dans des conditions inhumaines causées par un manque de personnel.

Plus de 300 millions de dollars sont consacrés à des initiatives visant à améliorer les conditions de vie des Québécois âgés.

Cela comprend l’augmentation du crédit d’impôt pour les services de maintien à domicile, une vague promesse d’augmenter l’offre de ces services et un soutien financier aux résidences privées pour aînés.

«Pour le gouvernement, il est essentiel que les aînés et les personnes handicapées préservent leur autonomie et restent chez eux le plus longtemps possible», a déclaré Girard dans son discours.

Mais la majeure partie de l’augmentation de 5,8% du financement des soins de santé servira à payer les salaires des travailleurs de la santé et à leur acheter de l’équipement de protection, ainsi que des services de première ligne pour le public.

Cette dernière somme comprend 350 millions de dollars à dépenser cette année pour vacciner les Québécois contre le COVID-19.

Générer plus d’emplois

Une fois la pandémie terminée, Girard a déclaré que la priorité du gouvernement se déplacera vers le retour de l’économie au plein emploi.

Il y a 1,5 milliard de dollars d’initiatives dans le budget visant à reprendre une partie de la croissance économique que la province a perdue au cours de la dernière année.

Une grande partie de cet argent vise à accroître le potentiel économique des régions périphériques du Québec.

L’ambitieux projet, appuyé par le gouvernement fédéral, visant à offrir Internet haute vitesse à tous les habitants de la province coûtera un peu moins de 600 millions de dollars cette année.

Des sommes importantes ont également été réservées pour encourager les immigrants à travailler à l’extérieur de Montréal et 283 millions de dollars pour le développement économique régional.

La plus grande ville de la province, Montréal, ne reçoit qu’une référence passagère dans le budget.

Une modeste somme de 25 millions de dollars a été allouée pour revitaliser les centres-villes de la province.

Le porte-parole de l’opposition libérale en matière de finances publiques, André Fortin, a critiqué le budget pour son incapacité à encourager les entreprises à adopter des pratiques plus respectueuses de l’environnement.

«C’est le budget le moins vert que nous ayons vu depuis longtemps au Québec», a déclaré Fortin.

En plus de retrouver la croissance économique perdue, le budget consacre également des sommes importantes pour aider les élèves à se remettre de l’année scolaire tumultueuse.

Les dépenses consacrées à l’enseignement supérieur augmenteront de plus de 8%. Le gouvernement financera un gel d’un an des intérêts sur les prêts étudiants et versera des paiements uniques de 100 $ par semestre aux étudiants des collèges et universités.

Aux niveaux primaire et secondaire, le gouvernement réserve 205 millions de dollars pour l’aide au tutorat et les services scolaires.

Les inégalités persistent

En dehors des trois principales priorités de dépenses du gouvernement – santé, économie et éducation – il n’y a que des sommes modestes pour lutter contre les inégalités sociales, dont beaucoup se sont aggravées pendant la pandémie.

Le gouvernement s’est engagé à terminer 5 000 nouveaux logements sociaux qui avaient déjà été promis.

L’arriéré, cependant, est de 12 000 unités, selon Chantal Desfossé, qui dirige un regroupement d’organismes de logement social au Québec.

Desfossé a déclaré que le gouvernement devait construire 5 000 unités par an pour répondre à la demande. Le budget ne promet que 500 nouvelles unités.

Les partis d’opposition ont également été consternés par les sommes supplémentaires investies dans la protection des femmes, qui totaliseront environ 10 millions de dollars cette année, en plus de ce qui avait été annoncé précédemment.

Après une série de meurtres récents et une augmentation des cas signalés de violence domestique, ils ont fait valoir que les mesures prises ne permettaient pas d’assurer la sécurité des femmes.

«S’ils peuvent dépenser 1 milliard de dollars en connexions Internet, je suis à peu près sûr qu’ils peuvent dépenser davantage pour protéger les femmes», a déclaré Manon Massé, chef parlementaire de Québec Solidaire.

#Québec #verse #largent #dans #les #soins #santé #retarde #léquilibre #budgétaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *