Le G20 s’apprête à se mettre d’accord sur un taux mondial « historique » d’imposition des sociétés, selon le ministre français des Finances

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 47 Second

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a déclaré qu’il souhaitait voir un accord mondial historique sur la fiscalité des entreprises mis en œuvre d’ici 2023.

« Nous attendons depuis trop longtemps pour adopter ce système de taxation internationale », a déclaré Le Maire à CBC News Network. Pouvoir et politique.

« Il est maintenant temps de décider d’adopter ce nouveau système et de le mettre en œuvre, disons, entre un ou deux ans, [but] pas beaucoup plus. »

Le Maire a déclaré qu’il s’attend à ce que les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales de 20 des plus grandes économies du monde approuvent le plan fiscal lors de la réunion ministérielle du G20 de cette semaine à Venise.

« On pourrait avoir au niveau du G20, dans quelques heures, un accord entre 20 [of the] pays les plus importants du monde », a-t-il déclaré.

S’il était pleinement mis en œuvre, le plan réorganiserait le système fiscal mondial et rendrait plus difficile pour les grandes entreprises multinationales de délocaliser leurs activités dans des juridictions à faible taux d’imposition.

« Pour la première fois, nous mettons un terme à la course vers le bas », a déclaré Le Maire.

« Je suis profondément convaincu que ce nivellement par le bas de la fiscalité est clairement une impasse car il ne fournit pas le financement public nécessaire aux services publics. »

Il a déclaré que l’accord fiscal ciblerait les géants de la technologie, qui, selon Le Maire, ont tendance à éviter une imposition équitable de leurs bénéfices dans les pays où ils n’ont pas de présence physique.

« Un point de départ »

La semaine dernière, le Canada et 130 autres pays ont soutenu le plan de l’Organisation de coopération et de développement économiques visant à fixer un taux d’imposition mondial de 15 pour cent sur les sociétés.

Le Maire a déclaré qu’il souhaitait que le taux soit le plus élevé possible et considère le taux de 15 pour cent comme une référence pour les négociations lors du sommet du G20 de cette semaine.

Il a noté que les États-Unis avaient souhaité un taux de 21% au début des négociations, mais ont finalement soutenu le chiffre de 15% initialement convenu lors du sommet du G7 le mois dernier au Royaume-Uni.

« Soyons clairs. Pour le gouvernement français, 15 % est le point de départ et non la fin de l’histoire », a-t-il déclaré. Pouvoir et politique.

Le ministre irlandais des Finances, Paschal Donohoe, a déclaré qu’il n’y avait pas de consensus sur un taux mondial. Les faibles taux d’imposition de l’Irlande ont attiré de nombreux grands géants technologiques multinationaux.

La vice-première ministre Chrystia Freeland a déclaré qu’elle participerait aux réunions ministérielles du G20 à Venise. Son bureau a déclaré que la délégation canadienne suivra tous les protocoles de santé pendant sa visite et à son retour au Canada.

Avec des fichiers de David Cochrane et de l’Associated Press.



#G20 #sapprête #mettre #daccord #sur #taux #mondial #historique #dimposition #des #sociétés #selon #ministre #français #des #Finances

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *