Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, arrêté par la GRC au Manitoba

Vues: 2
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 8 Second

Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a été arrêté après avoir comparu à un rassemblement peu fréquenté contre les restrictions COVID-19 dans un village du sud du Manitoba vendredi après-midi.

Laïssa Pamou de Radio-Canada, qui couvrait l’événement, a déclaré que le rassemblement à St-Pierre-Jolys, situé à environ 57 kilomètres au sud de Winnipeg, n’avait vu qu’une quinzaine de personnes. À la fin de l’événement, Bernier est monté dans un véhicule pour se rendre à un rassemblement dans la ville voisine de Saint-Malo, une autre petite communauté rurale.

C’est à ce moment-là qu’il a été sorti du véhicule par des gendarmes qui l’ont menotté et l’ont placé sur le siège arrière d’un véhicule de la GRC.

Bernier a parlé à Radio-Canada peu de temps avant son arrestation et a déclaré qu’il avait reçu une contravention pour avoir enfreint les ordres de santé publique lors d’un rassemblement dans la ville voisine de Niverville plus tôt vendredi. Il n’a pas dit combien il avait été condamné à une amende – juste qu’il prévoyait de le combattre.

REGARDER | Maxime Bernier arrêté pour avoir enfreint les ordonnances de santé publique du Manitoba :

Le chef du Parti populaire du Canada, Maxime Bernier, a été menotté et placé à l’arrière d’un véhicule de la GRC après avoir assisté à un rassemblement contre les restrictions liées à la COVID-19 à St-Pierre-Jolys, au Manitoba, vendredi après-midi. 0:25

Un porte-parole de la GRC a confirmé que Bernier avait reçu une contravention plus tôt dans la journée.

« Il est du devoir de la GRC d’appliquer les lois du Manitoba, et celles-ci incluent les ordonnances de santé publique. M. Bernier était au courant des ordonnances de santé et a déjà reçu une contravention. La poursuite de l’infraction de violation des ordonnances de santé publique en vigueur dans Le Manitoba a entraîné son arrestation », a déclaré Tara Seel dans un courriel.

Bernier était en tournée dans le sud du Manitoba

Bernier a été accusé en vertu de la Loi sur la santé publique de s’être rassemblé dans un lieu public extérieur et de ne pas s’être isolé une fois arrivé au Manitoba, et il comparaîtra devant un magistrat, a déclaré Seel.

CBC News a demandé au ministère de la Justice du Manitoba plus de détails sur la contravention et l’arrestation de Bernier, y compris combien il pourrait encourir d’amendes ou de peine de prison, combien de temps il pourrait être détenu pour empêcher la poursuite de l’infraction et quand il comparaîtra devant un magistrat.

Ils n’ont pas immédiatement répondu à la demande.

Bernier avait annoncé une tournée dans le sud du Manitoba ce week-end qui devait inclure plusieurs arrêts lors de rassemblements anti-confinement malgré les restrictions pandémiques interdisant les grands événements et obligeant les gens à s’isoler lorsqu’ils entrent dans la province s’ils ne sont pas complètement vaccinés.

Les apparitions de Bernier à Niverville et à St-Pierre-Jolys étaient les deux premiers rallyes inscrits sur un itinéraire posté sur Facebook qui était censé le voir s’arrêter dans les villes rurales de Morden et Winkler plus tard vendredi.

Il devait également se produire dans les communautés de La Salle et de Lorette, ainsi qu’à Winnipeg samedi, puis dans les villes de Steinbach et Selkirk dimanche, selon l’itinéraire.

Un porte-parole provincial a précédemment déclaré à CBC News que la province était au courant des rassemblements prévus par Bernier et qu’elle mènerait une surveillance pour recueillir des vidéos et d’autres preuves.

Lors d’une conférence de presse jeudi matin, le premier ministre Brian Pallister a déclaré que Bernier serait « léger dans le portefeuille » s’il prévoyait de violer les ordonnances de santé publique du Manitoba.

#chef #Parti #populaire #Canada #Maxime #Bernier #arrêté #par #GRC #Manitoba

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *