L’arrestation par erreur d’un adolescent noir est un cas de profilage racial, selon une famille

Vues: 7
0 0
Temps de lecture:5 Minute, 13 Second

Une famille de Toronto fait pression sur la police pour obtenir des réponses après qu’une arrestation ratée a laissé un jeune de 17 ans «traumatisé» dans ce qu’il croit être un cas de profilage racial.

Dave Bosveld dit que son filleul conduisait près du chemin Don Mills et de l’avenue Finch le 31 mars lorsque d’autres véhicules ont commencé à percuter sa voiture et à l’enfermer.

La fin de la rencontre – y compris la fissure audible de ce que Bosveld dit être une grenade flashbang – a été capturée sur une vidéo qui a depuis été diffusée sur les médias sociaux. Il montre une personne allongée face contre terre sur le sol.

Bosveld dit que son filleul, qui n’est pas nommé par CBC News car il est mineur, a été traîné hors de la voiture et menotté par des agents d’infiltration de la police régionale de Peel et du service de police de Toronto. Il a été emmené à l’hôpital, où Bosveld dit avoir été soigné pour « des égratignures, des bosses et des ecchymoses sur tout le corps ».

Sauf que l’adolescent n’était pas celui que la police pensait arrêter.

Kwami Garwood, 21 ans, est recherché pour meurtre au premier degré par la police de Toronto et pour enlèvement par la police de Peel. (Police régionale de Peel)

La police de Peel a déclaré à CBC que les agents pensaient appréhender Kwami Garwood, 21 ans, qui est recherché pour meurtre au premier degré par la police de Toronto et pour enlèvement par la police de Peel.

Au lieu de cela, ils ont arrêté l’adolescent. Et Bosveld dit que sa famille est sous le choc.

« Ils souffrent énormément en ce moment. Ils ne peuvent pas imaginer comment cela a pu arriver à leur fils et ils veulent la justice et ils veulent des comptes », a-t-il dit.

La police a relâché l’adolescent, mais pas avant de l’accuser d’avoir enfreint une condition du tribunal de ne pas conduire. La condition découlait du fait que l’adolescent conduisait sans permis lorsqu’il était plus jeune.

« Cela n’a aucun rapport avec l’incident », a déclaré Bosveld à propos de l’accusation, « et cela montre vraiment à quel point ces policiers sont déconnectés de leur comportement. »

Const. Danny Marttini, un porte-parole de la police de Peel, a qualifié l’incident de «regrettable».

Elle a dit à CBC que les agents avaient reçu des informations selon lesquelles Garwood se trouvait dans la région. Marttini a déclaré que la police estimait que l’information était « crédible et voulait agir » parce qu’il est connu pour être armé et dangereux.

« Nous ne voulons jamais arrêter la mauvaise personne », a déclaré Marttini. « Nous ne pouvons agir qu’avec les informations qui nous sont données. » Elle a dit que les policiers «agissaient de bonne foi».

REGARDER | Lauren Pelley de CBC rapporte qu’un adolescent noir a été arrêté par erreur:

Un adolescent de 17 ans conduisait dans le nord de Toronto le 31 mars lorsque des véhicules ont commencé à percuter sa voiture, l’ont enfermé dans une boîte et il a finalement été menotté et arrêté. Comme le rapporte Lauren Pelley, l’adolescent n’était pas celui que la police pensait arrêter. 2:42

Mais même cela est inquiétant, a déclaré Bosveld.

« Si leur suspect a fait les choses qu’ils prétendent avoir faites, nous devrions tous être très préoccupés par le fait que ce soit le meilleur travail policier qu’ils pourraient faire – arrêter un enfant noir de 17 ans qui ne ressemble en rien au suspect réel. . « 

Dans un communiqué publié lundi, la police de Peel a déclaré qu’elle regrettait l’erreur « et la détresse que cela a causé à ce jeune homme et à sa famille ».

« Bien que nos agents agissent de bonne foi sur la base d’informations crédibles, cela ne nie pas qu’il s’agissait d’une expérience traumatisante », a déclaré la police. « Un examen interne est en cours pour examiner les événements ayant conduit à cet incident. »

Famille «  écrasée  »

Bosveld est délibéré lorsqu’il se réfère à son filleul en tant que jeune, enfant, enfant ou garçon.

« Nos enfants, les enfants noirs, n’ont pas le droit d’enfance », a-t-il dit.

Bosveld décrit son filleul comme «un gars qui aime s’amuser». Le lycéen passait une soirée pyjama avec le fils de Bosveld, jouait au basket-ball avec ses amis et a été qualifié de «gros ours en peluche».

La famille est « écrasée en ce moment », a-t-il dit, mais « c’est une famille tellement forte, alors ils vont traverser ça et ils vont vouloir tenir les gens responsables de ce qui s’est passé ici. »

Il a dit qu’il y avait un certain soulagement, au moins, que l’adolescent ait survécu et que « nous ne faisons pas d’autopsie sur un enfant de 17 ans ».

«  Couches et couches de traumatisme  »

C’est une réalité à laquelle Bosveld pense maintenant, en particulier lorsque Derek Chauvin, un policier blanc accusé de la mort de George Floyd, un homme noir, est jugé.

La mort de Floyd à Minneapolis en mai dernier a déclenché l’indignation mondiale après qu’une vidéo montre Chauvin pressant son genou sur le cou de Floyd pendant près de neuf minutes.

« Vous avez des couches et des couches de traumatisme et en voyant des corps noirs blessés par cette institution, la police, et maintenant c’est ici à votre porte », a déclaré Bosveld.

La police de Peel a une chance, a-t-il dit, de montrer qu’elle est sincèrement déterminée à faire le bien par les Noirs.

L’automne dernier, la force – qui a récemment été condamnée à payer 35000 $ à la famille d’une jeune fille noire de six ans que les agents menottaient à l’école – a signé un protocole d’accord avec la Commission ontarienne des droits de la personne conçue pour éradiquer le racisme systémique au sein de la force.

La famille du jeune homme de 17 ans a lancé une campagne de financement participatif pour aider à engager un avocat afin de chercher des réponses.

Leur quête est l’occasion pour la police de Peel de montrer qu’elle prend le racisme au sérieux, a déclaré Bosveld, et d’expliquer comment elle envisage de «rendre cette famille entière».

Const. Marttini a déclaré que la police avait été en contact avec la famille, bien qu’elle ait refusé de fournir des détails.

#Larrestation #par #erreur #dun #adolescent #noir #est #cas #profilage #racial #selon #une #famille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *