L’ancien ombudsman qualifie le témoignage de Sajjan de «  faible  » et de «  bizarre  »

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 12 Second

L’ancien ombudsman militaire du Canada a déclaré que l’affirmation du ministre de la Défense Harjit Sajjan selon laquelle il voulait éviter de politiser une enquête potentielle sur l’inconduite sexuelle du haut commandant militaire du pays est à la fois «bizarre» et «faible».

Dans sa première interview télévisée depuis qu’il a livré un témoignage explosif au comité de la défense de la Chambre des communes plus tôt ce mois-ci, Gary Walbourne a répondu à certaines des déclarations ultérieures de Sajjan sur la façon dont il avait traité une plainte de faute informelle impliquant Vance que Walbourne lui avait présentée en 2018.

Walbourne a déclaré à CBC News Network Pouvoir et politique qu’il n’a aucune confiance dans la volonté du gouvernement fédéral de réformer le système de surveillance de l’armée.

Il y a trois ans, Walbourne a présenté à Sajjan une plainte anonyme d’inconduite contre le chef d’état-major de la défense de l’époque, le général Jonathan Vance. Le ministre a refusé d’examiner les preuves et a par la suite appelé le Bureau du Conseil privé, qui a compétence sur les nominations par le gouverneur en conseil, pour enquêter.

Sajjan, dans un témoignage séparé devant le comité de la défense, a défendu ses actions, affirmant qu’il ne voulait pas politiser l’enquête potentielle. Il s’en est tenu à cette ligne lors de son témoignage devant le Comité de la condition féminine de la Chambre des communes.

« À mon avis, c’est un peu faible », a déclaré Walbourne à l’animateur Vassy Kapelos. «C’était une préoccupation soulevée par un membre des Forces armées canadiennes. Elle était venue me voir pour avoir confiance et assurance. Je lui avais donné cela, à mon niveau, et je suis allée voir le ministre à la recherche de la même chose. Alors, vous savez , Je trouve cette réponse un peu bizarre. « 

Regarder: le ministre de la Défense défend le traitement des allégations d’inconduite contre les commandants militaires

Le ministre de la Défense Harjit Sajjan insiste sur le fait qu’il n’aurait pas pu être impliqué dans l’examen d’une plainte de 2018 contre le général Jonathan Vance, car cela constituerait une ingérence politique. «À mon avis, Vassy, ​​c’est un peu faible», a déclaré l’ancien ombudsman militaire Gary Walbourne. « Il aurait pu au moins me parler des preuves que je détenais. » 9 h 05

Dans son témoignage aujourd’hui, Sajjan a déclaré qu’il avait dit à Walbourne de se rendre à la police militaire ou au grand prévôt pour faire part de ses préoccupations. L’ancien ombudsman s’est opposé aujourd’hui à cette version des événements.

« Il aurait pu au moins me parler des preuves que je détenais », a déclaré Walbourne à Kapelos. « Mais au lieu de cela, il s’est éloigné de la table, a dit non. Et contrairement à ce qu’il a dit, il ne m’a jamais donné aucun conseil et il ne m’a plus jamais parlé. »

Sajjan a insisté à plusieurs reprises sur le fait qu’il n’était pas la personne à qui l’ombudsman aurait dû demander conseil.

« Entraîner un élu – un homme politique – dans la séquence d’une enquête aurait été erroné et dangereux », a déclaré Sajjan aux députés du comité de la défense au début du mois.

« Politiser toute enquête menace un résultat juste pour ceux qui se manifestent. Compte tenu de sa position et de son expérience, M. Walbourne aurait dû le savoir. »

L’ancien ombudsman a déclaré qu’il ne croyait pas que le gouvernement fédéral était disposé à prendre les mesures nécessaires pour que le processus de traitement des plaintes soit vraiment indépendant.

«Si nous ne faisons pas les choses correctement, je ne veux pas revenir dans six mois et avoir à nouveau cette conversation avec vous. Je préfère ne pas faire ça», a-t-il dit à Kapelos.

Vous pouvez regarder des épisodes complets de Power & Politics sur CBC Gem, le service de streaming de CBC.

#Lancien #ombudsman #qualifie #témoignage #Sajjan #faible #bizarre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *