L’ACIA cible les importateurs de chiots dans au moins 6 raids en Ontario

Vues: 5
0 0
Temps de lecture:8 Minute, 13 Second

Au moins six importateurs de chiots au Canada ont été ciblés lors de raids ce mois-ci, attirant l’attention sur une entreprise opaque de plusieurs millions de dollars contre laquelle des groupes de bien-être et de vétérinaires ont mis en garde à plusieurs reprises.

Les raids ont ciblé des importateurs apportant au Canada des chiots d’Ukraine, de Pologne et d’autres pays d’Europe de l’Est qui les vendent en ligne entre 3 000 $ et 6 000 $ chacun.

Les groupes de protection des animaux et de vétérinaires affirment que les animaux importés sont souvent élevés dans de mauvaises conditions et arrivent dans le pays en mauvaise santé et, parfois, avec des carnets de vaccination falsifiés.

Lors de l’un des raids, des enquêteurs de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, qui réglemente l’importation d’animaux, sont arrivés dans une propriété rurale de la banlieue d’Ottawa de Clarence-Rockland à l’aube du 3 mars, ont frappé à la porte d’entrée et ont réveillé Yulia Laliberté.

Six agents de l’ACIA et des policiers provinciaux ont fouillé son domicile, exécutant un mandat de perquisition selon lequel les autorités avaient des motifs raisonnables de croire que Laliberté aurait pu fournir à un inspecteur de l’ACIA «des certificats de santé et d’origine de chenil falsifiés» pour trois chiots Maltipoo qu’elle importait d’Ukraine.

Laliberté a déclaré qu’elle amène entre quatre et 15 chiots aussi souvent que deux fois par mois et insiste sur le fait que ses chiens ont une certification appropriée et qu’elle n’a rien fait de mal.

Elle n’a pas été inculpée, mais le mandat allègue qu’elle a peut-être enfreint plusieurs sections de la Loi sur la santé des animaux. L’ACIA n’a fait aucun commentaire sur le raid.

« L’importation de chiots au Canada fait partie d’une enquête en cours », a déclaré l’agence dans un communiqué.

Laliberté dit que ses chiens ont la certification appropriée, mais certains vétérinaires et groupes de protection des animaux ont fait part de leurs inquiétudes quant au fait que l’importation de chiens au Canada n’est pas adéquatement réglementée. (Jean-François Benoit/CBC)

Laliberté a déclaré qu’elle était l’un des six importateurs ontariens attaqués par l’ACIA en mars, et une source proche du dossier l’a confirmé à CBC News.

Dans une interview accordée à CBC, Laliberté a déclaré qu’elle était un bouc émissaire sur lequel les autorités «tentent de mettre en gage toute la culpabilité».

«Ils m’ont essentiellement traité comme si j’avais fait quelque chose de mal», a-t-elle déclaré à propos de la façon dont les agents et les officiers ont exécuté le raid.

Laliberté dit qu’elle a importé 150 chiens au cours des deux dernières années et vend ses chiots pour environ 3 500 $ chacun.

Les vétérinaires font part de leurs préoccupations concernant les registres de vaccination

L’Association canadienne des médecins vétérinaires a exprimé sa préoccupation que certains chiens importés sont élevés dans des usines à chiots à l’étranger dans de mauvaises conditions.

Les défenseurs du bien-être animal ont également a sonné l’alarme sur le nombre de chiots mourant en route vers le Canada, avertissant que les chiens peuvent parfois être en transit pendant 24 heures ou plus avant que l’aéroport attend et que les vols de correspondance soient pris en compte.

Au moins 38 chiots sont morts dans une cargaison de 500 chiens lors d’un vol en provenance d’Ukraine en juin dernier, ce qui a déclenché une enquête de l’ACIA qui a conduit à une modification des règles fédérales qui limitait les importations en provenance d’Ukraine aux chiots de plus de huit mois.

REGARDER | L’ACIA enquête après la mort de 38 chiots dans l’expédition de 500 chiens en vol depuis l’Ukraine en juin dernier:

Les responsables de l’aéroport de Toronto enquêtent sur une découverte horrible sur un vol en provenance d’Ukraine. Plus de 500 chiens étaient à bord, mais des dizaines étaient morts. 2:02

Laliberté a déclaré qu’elle avait importé 40 chiots sur ce vol particulier, mais qu’aucun d’entre eux n’était mort.

L’IATA, qui représente les compagnies aériennes, déclare exhorter ses membres à suivre des pratiques de manipulation sûres lors du transport d’animaux. Par exemple, les transporteurs canadiens n’autorisent que deux caisses pour animaux par vol et refusent de voler avec des animaux en cage si les températures dépassent 29,5 C, bien que tous les importateurs de chiens n’utilisent pas de transporteurs canadiens, et certains transporteurs étrangers autorisent plus de caisses.

L’année dernière, une enquête en caméra cachée de plusieurs mois menée par les CBC Le National et Marketplace a découvert un certain nombre d’importateurs et de vendeurs peu scrupuleux opérant au Canada et a incité le public à examiner l’industrie.

Il a trouvé des vendeurs dissimulant que leurs chiots étaient importés et des dizaines de chiens importés avec des conditions médicales graves et parfois mortelles.

Les vétérinaires ont soulevé des questions au sujet de certains des chiens importés au Canada depuis l’Ukraine, signalant des préoccupations telles que les dossiers de vaccination qui ne peuvent pas être vérifiés ou qui ne portent pas le nom du vétérinaire comme requis ou suggèrent que le chien a été vacciné alors qu’il n’avait qu’un mois .

Marketplace a testé un chiot importé d’Ukraine que le vendeur a déclaré avoir été immunisé contre la rage, mais le test a confirmé que le chiot n’avait pas été vacciné ou que le vaccin avait été administré à un âge si jeune qu’il était inefficace.

REGARDER | Marketplace enquête par caméra cachée sur des importateurs et des vendeurs peu scrupuleux:

Les personnes qui cherchent à obtenir un chien d’une source réputée se tournent souvent vers la liste des chiots du Club Canin Canadien. Mais le National n’a appris que personne ne vérifie la liste et cela inclut des vendeurs qui ont importé des chiens provenant d’usines à chiots d’Europe de l’Est, dont certains sont malades et finissent par nécessiter un traitement médical approfondi. 6:10

‘Pression pour agir’

Le chercheur vétérinaire canadien Scott Weese, chef du contrôle des infections du Collège vétérinaire de l’Ontario, a également fait part de ses préoccupations concernant le manque de dépistage des maladies animales. Contrairement à l’Australie et au Royaume-Uni, les chiots qui arrivent au Canada ne sont pas tenus d’être mis en quarantaine après leur arrivée.

Il a déjà déclaré que le commerce des chiens importés à des fins commerciales n’était pas réglementé de manière adéquate par l’ACIA, les importateurs étant tenus de présenter à peine plus qu’une confirmation de vaccination.

« Je pense [the CFIA] montre une prise de conscience accrue », a-t-il déclaré dans une récente entrevue avec CBC.« Et je pense que certains incidents majeurs ces derniers temps ont soulevé davantage de préoccupations. Il y a peut-être plus de pression pour agir maintenant. « 

Weese a accueilli l’année dernière changement restreignant les importations en provenance d’Ukraine, mais dit maintenant, les exportateurs acheminent simplement des animaux à travers la Pologne, la Russie et la Moldavie pour contourner cette restriction.

Laliberté dit qu’elle s’approvisionne en bouledogues français et d’autres races auprès de sa belle-sœur en Ukraine, ainsi que d’autres éleveurs. À la lumière des récentes restrictions, a-t-elle déclaré, sa sœur a envoyé les chiens d’Ukraine en Pologne, où ils sont restés dans des chenils pendant deux mois afin qu’ils puissent être rebaptisés polonais et contourner les règles canadiennes. Laliberté dit qu’à son avis, il n’y a rien d’illégal à cela, et la réglementation canadienne ne semble pas l’interdire explicitement.

Elle dit qu’il y a de nombreux importateurs et vendeurs sans scrupules au Canada qui ne se soucient pas de la santé et du bien-être des animaux, mais qu’elle n’en fait pas partie.

L’ACIA n’aurait pas dû lui permettre de prendre possession des chiots importés si elle soupçonnait que les documents avaient été falsifiés, a-t-elle déclaré.

«Il y a beaucoup de mauvais importateurs», dit-elle. « Certaines personnes le font juste pour de l’argent. Je le fais parce que ma belle-sœur élève des chiens de qualité. »

Des chiots sont morts d’électrocution

Les agents et inspecteurs qui ont fouillé la propriété de Laliberté ont eu une grande latitude pour saisir « les dossiers, documents, certificats, communications électroniques, registres bancaires, registres de ventes, systèmes informatiques et appareils cellulaires … liés à l’importation de chiots », selon le mandat de perquisition. .

Elle avait déjà vendu 12 des 15 chiots qu’elle avait importés pour la dernière fois au moment du raid, mais trois sont restés avec elle. Elle dit que l’ACIA a mis ces trois chiens en quarantaine chez elle et lui a donné le choix de retirer les chiens du Canada ou de les remettre aux autorités.

Laliberté dit qu’elle a proposé de vacciner à nouveau les chiots, mais que les autorités n’étaient pas ouvertes à discuter des options qui impliquaient qu’elle garde les chiens.

Avant que les agents ne reviennent chercher les chiots, raconte Laliberté, ils ont mâché un câble électrique et ont été électrocutés. Deux étaient encore en vie quand elle les a trouvés, mais elle est décédée après avoir retardé les emmener chez le vétérinaire parce qu’elle ne savait pas si elle était autorisée à le faire en vertu de l’ordonnance de quarantaine de l’ACIA.

Elle a dit que l’ACIA voulait voir la preuve que les chiens n’avaient pas été déplacés ailleurs, mais que son père avait éliminé les animaux sans le savoir et que les enquêteurs la «chassent» maintenant. L’ACIA n’a pas commenté les allégations de Laliberté, citant l’enquête en cours.

Si Laliberté est accusée et reconnue coupable d’avoir enfreint la Loi sur la santé des animaux, elle pourrait encourir un maximum de deux ans de prison et une amende de 50 000 $ à 250 000 $.

REGARDER | L’ACIA enquête sur certains importateurs de chiots:

CBC News a appris que des responsables avaient déménagé dans certaines entreprises qui importent des chiots, les accusant de falsifier des documents. Mais un importateur dit avoir été injustement ciblé, entraînant la mort de trois chiots. 2:37

#LACIA #cible #les #importateurs #chiots #dans #moins #raids #Ontario

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *