La veuve du président haïtien tuée dit que son mari est ciblé pour des raisons politiques

Vues: 3
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 7 Second

La veuve du président haïtien assassiné Jovenel Moïse a accusé samedi des ennemis obscurs d’avoir organisé son assassinat pour arrêter le changement démocratique, alors que la lutte pour le pouvoir s’intensifiait dans la nation des Caraïbes.

Haïti est sous le choc depuis que Moïse a été abattu tôt mercredi chez lui à Port-au-Prince.

Les autorités haïtiennes ont déclaré que des assassins étrangers formés, comprenant 26 Colombiens et deux Haïtiens américains, avaient commis l’assassinat. Les médias colombiens ont suggéré que les Colombiens pourraient avoir été embauchés pour assurer la sécurité du président.

Martine Moïse, qui a été blessée dans l’attaque, a déclaré que son mari était visé pour des raisons politiques.

« Vous savez contre qui le président se battait », a-t-elle déclaré dans un enregistrement publié sur Twitter, sans nommer personne.

« Ils ont envoyé des mercenaires pour tuer le président chez lui avec des membres de sa famille à cause des routes, de l’eau, de l’électricité et du référendum, ainsi que des élections de fin d’année pour qu’il n’y ait pas de transition dans le pays. »

Le défunt président, qui a parlé des forces obscures en jeu derrière des années de troubles – des politiciens rivaux et des oligarques en colère contre ses tentatives de nettoyer les contrats et la politique du gouvernement – ​​avait proposé un référendum pour modifier la constitution d’Haïti.

Le référendum, prévu pour le 26 septembre, parallèlement aux élections présidentielles et législatives, pourrait abolir le poste de Premier ministre, remodeler le pouvoir législatif et renforcer la présidence.

Le drapeau haïtien flotte en berne au Palais présidentiel de Port-au-Prince, Haïti, samedi, trois jours après l’assassinat de Moïse à son domicile. (Fernando Llano/The Associated Press)

Le meurtre de Moïse a assombri ces plans et conduit au désarroi politique au sein du gouvernement haïtien, qui a lancé un appel aux troupes des États-Unis et les Nations Unies.

Les États-Unis ont déclaré qu’ils n’avaient pas l’intention de fournir une assistance militaire à Haïti, tandis que la demande à l’ONU nécessiterait l’autorisation de son Conseil de sécurité.

Tard vendredi, l’homme que Moïse a nommé Premier ministre juste avant l’assassinat a revendiqué le droit de diriger Haïti.

Mais les revendications concurrentes de rivaux politiques ont alimenté l’incertitude alors que le gouvernement s’efforce de maintenir l’ordre et de fournir des réponses au public sur le meurtre.

Un vendeur de journaux vend des journaux locaux qui couvrent l’assassinat du président haïtien assassiné, à Port-au-Prince samedi. (Ricardo Arduengo/Reuters)

Ariel Henry, un neurochirurgien qui a été nommé Premier ministre par l’ancien président lundi, a déclaré à Reuters qu’il était désormais la plus haute autorité d’Haïti, et non le Premier ministre par intérim Claude Joseph, et qu’il formait un gouvernement.

« Après l’assassinat du président, je suis devenu la plus haute autorité légale et régulière parce qu’il y avait un décret me nommant », a-t-il déclaré vendredi lors d’un entretien téléphonique.

Henry a déclaré que son gouvernement créerait un nouveau conseil électoral – étant donné que le précédent était considéré comme trop partisan – qui déterminerait les nouvelles dates des élections.

« Je ne sais pas à quelle date ils seront, tout ce que je sais, c’est que nous ne pouvons pas prendre trop de temps pour faire ces élections. Nous devons les faire dès que possible », a-t-il déclaré.

Mais Henry n’a pas encore prêté serment et Joseph – qui a été nommé Premier ministre par intérim en avril – est resté sur place, fer de lance de la réponse à l’assassinat, appelant les États-Unis à le soutenir et déclarant un état d’urgence de 15 jours.

La lutte pour le pouvoir a créé une confusion quant à savoir qui est le leader légitime.

#veuve #président #haïtien #tuée #dit #son #mari #est #ciblé #pour #des #raisons #politiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *