La province finance l’Institut de justice afro-néo-écossais de 4,8 millions de dollars

Vues: 3
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 26 Second

La province dépense 4,8 millions de dollars pour aider à créer un African Nova Scotian Justice Institute qui soutiendra les Afro-Néo-Écossais en contact avec la loi et luttera contre le racisme et la surreprésentation des Noirs dans le système judiciaire.

L’institut sera l’un des premiers du genre au Canada atlantique et sera dirigé par le Coalition de la Décennie afro-néo-écossaise pour les personnes d’ascendance africaine.

Michelle Williams, membre de la coalition et également professeure de droit à l’Université Dalhousie, a déclaré que les Noirs de la Nouvelle-Écosse étaient historiquement opprimés par l’esclavage et la ségrégation, et que cet héritage se poursuit aujourd’hui par le racisme, les crimes haineux et les violations des droits de la personne.

Les « vérités inconfortables » doivent être examinées

Williams a déclaré qu’elle espérait que l’institut comblerait le fossé entre la loi et la justice, et qu’elle appréciait le soutien du gouvernement.

« Mais ne vous y trompez pas: ce ne sera pas facile », a-t-elle déclaré lors d’une annonce concernant l’institut au Black Cultural Center de Cherry Brook, en Nouvelle-Écosse, lundi matin.

Michelle Williams, professeure de droit à l’Université Dalhousie et membre de la Coalition de la Décennie afro-néo-écossaise pour les personnes d’ascendance africaine, s’exprime lors de l’annonce lundi, affirmant qu’elle espère que l’institut comblera le fossé entre le droit et la justice. (SRC)

« Des siècles de racisme structurel et de suprématie blanche ont construit cette province. Les vérités inconfortables devront être examinées, les anciennes façons de faire les choses perturbées et les voix des Afro-Néo-Écossais entendues et respectées.

L’institut proposera les programmes suivants :

  • Race, évaluations culturelles et services de traitement.
  • Collecte de données et responsabilité policière.
  • Soutien des tribunaux afro-néo-écossais.
  • Défense juridique en justice communautaire.
  • Alternative à la libération sous caution, soutien à l’incarcération et programme de réintégration pour les Afro-Néo-Écossais.
  • Justice alternative et services aux victimes.
  • Éducation juridique publique et développement de la jeunesse.
  • Droits de l’homme et responsabilité de la police.

Début des services dans un an

« Nous reconnaissons que notre système de justice, des services de police aux services correctionnels en passant par nos tribunaux, a été structuré au profit de certains Néo-Écossais mais pas de tous », a déclaré le premier ministre Iain Rankin aux personnes réunies pour l’annonce.

« Ce système a souvent fait échouer les membres de la communauté noire, et cela ne peut pas être notre avenir. »

L’institut sera doté d’un effectif complet et commencera à offrir des programmes et des services d’ici un an.

Tony Ince, le ministre des Affaires afro-néo-écossaises, a déclaré que l’institut était en gestation depuis longtemps.

« Chaque Afro-Néo-Écossais ici a dû faire face à la réalité qu’ils peuvent ne pas être traités de manière égale aux yeux de la loi », a-t-il déclaré à l’assemblée.

Tony Ince, le ministre des Affaires afro-néo-écossaises, s’adresse aux journalistes après l’annonce de lundi. Il a déclaré que l’institut aiderait à réaliser le rêve de savoir que « la couleur de votre peau ne devrait pas déterminer la façon dont vous avez été traité aux yeux de la loi ». (SRC)

« L’impact que cela a eu sur nous a été traumatisant et c’est notre réalité vécue. Mais nous n’avons jamais reculé devant l’adversité.

« Avec l’annonce d’aujourd’hui de l’African Nova Scotian Justice Institute, nous donnons vie à un rêve qui a été trop long à réaliser… le rêve de savoir que dans cette province, la couleur de votre peau ne devrait pas déterminer comment vous « ont été traités aux yeux de la loi. »

Les Afro-Néo-Écossais représentent environ 2,4 pour cent de la population de la province, mais 10 pour cent des admissions en détention après condamnation et 11 pour cent des admissions en détention provisoire dans les établissements correctionnels provinciaux, selon la province.

Pour plus d’histoires sur les expériences des Canadiens noirs – du racisme anti-noir aux histoires de réussite au sein de la communauté noire – consultez Être noir au Canada, un projet de CBC dont les Canadiens noirs peuvent être fiers. Vous pouvez lire plus d’histoires ici.

#province #finance #lInstitut #justice #afronéoécossais #millions #dollars

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *