La Chine approuve des changements radicaux aux lois électorales de Hong Kong

Vues: 11
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 58 Second

La Chine a fortement réduit le nombre de sièges élus au suffrage direct à la législature de Hong Kong dans un revers pour le mouvement démocratique déjà assiégé de la région.

Les changements ont été annoncés mardi après une réunion de deux jours de la plus haute législature chinoise.

Dans la nouvelle composition, la législature sera élargie à 90 sièges, et seulement 20 seront élus par le public. Actuellement, la moitié des 70 sièges de la législature – 35 sièges – sont élus au suffrage direct.

Cette décision fait partie d’un effort en deux phases visant à régner dans la protestation et l’opposition politiques à Hong Kong, qui fait partie de la Chine mais qui a eu un système politique plus libéral en tant qu’ancienne colonie britannique. La Chine a imposé une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong l’année dernière et poursuit cette année avec une refonte du processus électoral.

La répression fait suite à des mois de manifestations en faveur de la démocratie en 2019 qui ont amené des centaines de milliers de personnes dans la rue et sont devenues violentes alors que le gouvernement résistait aux demandes des manifestants.

Des membres du personnel pro-Chine recueillent la signature d’un résident sur un stand pour soutenir une proposition de projet de modification des règles électorales pour Hong Kong dans une rue du centre-ville de Hong Kong le 12 mars. (Kin Cheung / The Associated Press)

La plus haute législature de Chine, le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, a amendé la constitution de Hong Kong pour ouvrir la voie aux changements. Le gouvernement de Hong Kong est désormais chargé de réviser ses lois électorales et de tenir des élections.

Dans l’actuelle législature de 70 membres, les électeurs élisent la moitié des membres et l’autre moitié sont choisis par des circonscriptions représentant diverses professions et groupes d’intérêts. De nombreuses circonscriptions se penchent en faveur de Pékin, assurant à cette aile une majorité à la législature.

L’opposition affirme que les changements les empêcheront de rester au pouvoir

Le nouvel organe sera composé de 20 membres élus, 30 choisis par les circonscriptions et 40 par une commission électorale, qui a également et continuera de choisir le chef de la ville,

Le comité, qui passera de 1 200 à 1 500 membres, est dominé par des partisans du gouvernement central à Pékin.

Un comité distinct sera également créé pour examiner les qualifications des candidats à un poste à Hong Kong afin de s’assurer que la ville est gouvernée par des «patriotes», dans la langue du gouvernement central.

Le président chinois Xi Jinping applaudit lors de la séance de clôture de l’Assemblée populaire nationale à Pékin le 11 mars. (Sam McNeil / The Associated Press)

L’opposition politique à Hong Kong – qui a plaidé pour plus de démocratie, pas moins – voit les changements comme faisant partie d’un effort plus large pour les empêcher de quitter leurs fonctions.

Cela se résume en partie à la définition des patriotes. L’opposition a tenté de bloquer la législation en obstruant un comité législatif clé pendant des mois et en perturbant les procédures législatives.

Pékin, qui donne la priorité à la stabilité politique, considère ces actions comme interférant indûment avec le gouvernement de Hong Kong et veut garder ces acteurs hors du gouvernement.

Le Congrès national populaire au complet a approuvé une proposition à la mi-mars qui autorisait le Comité permanent à modifier la Loi fondamentale, la constitution qui régit Hong Kong depuis la remise de l’ancienne colonie britannique à la Chine en 1997.

#Chine #approuve #des #changements #radicaux #aux #lois #électorales #Hong #Kong

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *