La Banque du Canada maintient son taux de référence au plus bas de COVID, mais réduit d’autres mesures de relance

Vues: 3
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 47 Second

Mercredi, la Banque du Canada a maintenu son taux d’intérêt de référence à 0,25%, notant que si l’économie s’améliore parallèlement aux vaccinations, le spectre des variantes du coronavirus rend la reprise incertaine.

La banque centrale du Canada a déclaré mercredi qu’elle n’envisageait pas d’augmenter son taux d’intérêt de référence, connu comme le taux cible du financement à un jour, jusqu’à ce que le taux d’inflation du Canada montre des signes de stabilisation à environ 2%.

Les données officielles montrent que le taux d’inflation est actuellement à son plus haut niveau en une décennie à 3,4%, mais la banque pense que ce pic n’est que temporaire et reviendra dans une fourchette plus normale une fois que des déséquilibres « transitoires » dans des choses comme l’offre et la demande de biens de consommation, les goulots d’étranglement d’expédition et une pénurie mondiale de semi-conducteurs se stabilisent.

« Dans la projection de juillet de la Banque, cela se produit au cours du second semestre 2022 », a déclaré la banque, ce qui signifie qu’elle s’attend à maintenir son taux là où il est pendant environ un an au moins.

« L’économie mondiale se remet fortement de la pandémie de COVID-19, avec des progrès continus en matière de vaccination, en particulier dans les économies avancées. Cependant, la reprise est encore très inégale et reste dépendante de l’évolution du virus. »

Le taux de référence de la banque a une incidence sur les taux que les emprunteurs et les épargnants obtiennent des banques de détail sur des éléments tels que les prêts hypothécaires à taux variable, les marges de crédit et les comptes d’épargne. Toutes choses égales par ailleurs, la banque centrale baisse son taux lorsqu’elle veut encourager les dépenses et l’investissement pour stimuler l’économie. Il le relève quand il veut refroidir l’inflation.

Supprimer certains stimuli

Alors que la décision de la banque mercredi montre clairement qu’elle est à l’aise pour maintenir son taux stable, elle continue de lever le pied de la pédale d’accélérateur par d’autres moyens.

Au début de la pandémie, la banque a créé une série de programmes d’achat d’obligations qui avaient tous pour objectif de maintenir la masse monétaire et de maintenir les prêts bon marché pour les banques afin qu’elles puissent répercuter ces économies sur les consommateurs. Connu sous le nom d’« assouplissement quantitatif », la banque centrale achetait à un moment donné jusqu’à 5 milliards de dollars d’obligations par semaine, pour que l’argent continue de couler.

La dernière fois que la banque s’est réunie, elle avait ralenti ces achats à 3 milliards de dollars par semaine. Mercredi, il a encore ralenti le rythme, tombant à 2 milliards de dollars par semaine.

Cela n’aura pas d’impact dramatique sur les consommateurs ou les emprunteurs, mais c’est un signal que la banque centrale du Canada pense qu’il est temps de commencer à réfléchir à la façon de dérouler lentement certaines des mesures d’urgence mises en place pour faire face à la pandémie sans précédent.

« Les décisions concernant de nouveaux ajustements du rythme des achats nets d’obligations seront guidées par l’évaluation en cours du Conseil des gouverneurs de la force et de la durabilité de la reprise », a déclaré la banque. « Nous continuerons à fournir le degré approprié de relance de la politique monétaire pour soutenir la reprise et atteindre l’objectif d’inflation. »

#Banque #Canada #maintient #son #taux #référence #bas #COVID #mais #réduit #dautres #mesures #relance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *