Freeland dit que COVID-19 a créé une «  fenêtre d’opportunité  » pour lancer un programme national de garde d’enfants

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:4 Minute, 50 Second

La ministre des Finances, Chrystia Freeland, a déclaré jeudi soir que la construction d’un système national d’apprentissage et de garde des jeunes enfants serait au centre du plan de relance COVID-19 du gouvernement libéral, affirmant que « le moment était venu » pour le Canada de tenir une promesse faite depuis longtemps aux parents .

S’adressant à l’ancien ministre libéral Ken Dryden lors d’une «discussion au coin du feu» lors de la convention politique du parti, Mme Freeland a déclaré qu’elle était saisie du problème étant donné la baisse «incroyablement dangereuse» de la participation des femmes au marché du travail au cours de l’année dernière.

Alors que les dirigeants libéraux successifs se sont engagés à réviser le régime de garde d’enfants du pays uniquement pour se retirer lorsqu’ils sont au gouvernement, Freeland a déclaré que l’équation politique avait changé au milieu du bouleversement créé par la pandémie.

« Je crois vraiment que COVID a créé une fenêtre d’opportunité politique et peut-être une révélation sur l’importance de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants », a déclaré Freeland.

Des centaines de milliers d’emplois ont été perdus depuis le début de la pandémie et beaucoup d’entre eux se trouvent dans des secteurs durement touchés comme l’hôtellerie, la vente au détail et l’alimentation – des industries dominées par des travailleuses.

UNE analyse récente de RBC a découvert que près d’un demi-million de Canadiennes qui avaient perdu leur emploi pendant la pandémie n’étaient pas retournées au travail en janvier. L’emploi chez les femmes au Canada qui gagnaient moins de 800 $ par semaine a chuté de près de 30 pour cent, selon la banque.

Près de 100 000 Canadiennes en âge de travailler ont complètement quitté le marché du travail depuis le début de la pandémie, ce qui signifie qu’elles ne cherchent même pas un nouvel emploi.

« Beaucoup de gens qui n’avaient pas à se soucier de l’apprentissage et de la garde des jeunes enfants, maintenant COVID l’a introduit dans leur vie et je pense que cela crée une réelle opportunité pour nous », a déclaré Freeland.

« Le moment est venu pour le Canada de faire cela, nous devons construire cela pour les femmes d’aujourd’hui. »

Les partisans réclament depuis longtemps un programme universel de garde d’enfants financé par le gouvernement fédéral. (CBC)

Freeland, qui déposera un budget fédéral plus tard ce mois-ci, a déclaré qu’un système de garde d’enfants à faible coût comme celui déjà en place au Québec, où les parents paient un taux fixe de 10 $ par jour et par enfant, créera des emplois bien rémunérés. et stimuler la croissance économique en permettant à davantage de femmes de travailler après l’accouchement.

Trudeau a déclaré que le Canada «reconstruirait en mieux» après le COVID-19, un virus qui a ravagé la vie sociale et économique dans ce pays. Pour contribuer à cet effort, les membres du Parti libéral se sont réunis en ligne pour une réunion virtuelle de trois jours sur les politiques afin de recueillir des idées pour une plate-forme électorale à venir.

Les délégués débattront d’idées comme un revenu de base universel, un train à grande vitesse et une «transition juste» pour les travailleurs de l’énergie touchés par le passage à des sources de carburant plus propres, entre autres propositions.

Retards «  déchirants  »

Dryden, qui a été ministre du Développement social sous l’ancien premier ministre Paul Martin, a dirigé un effort en 2004-2006 pour bâtir un système national de garde d’enfants comme celui qui est actuellement envisagé par le premier ministre Justin Trudeau et son cabinet.

Dryden a obtenu quelque 5 milliards de dollars sur cinq ans pour commencer à construire un régime universel de garde d’enfants – un programme conçu pour offrir des soins à faible coût aux enfants de parents qui travaillent.

Ce plan a été déraillé après que les libéraux ont perdu les élections de 2006. Le gouvernement conservateur qui a suivi a choisi une voie différente, en envoyant des chèques mensuels directement aux parents pour aider à compenser le coût des soins.

Freeland a déclaré qu’il était « déchirant » de revoir le plan de Dryden une quinzaine d’années plus tard, affirmant qu’un tel programme aurait aidé les nombreuses mères qui ont été forcées de choisir entre chercher un emploi et s’occuper d’un enfant pendant cette pandémie.

Tout en promettant une sorte de plan de garde d’enfants, Freeland a dit à Dryden qu’il y a une «inquiétude» au sein du gouvernement à propos de la création d’un programme aussi complexe dans un laps de temps relativement court.

L’ancien ministre libéral Ken Dryden a aidé à concevoir un système national de garde d’enfants pendant qu’il était au gouvernement. Le plan a été déraillé après que l’ancien premier ministre Paul Martin ait perdu les élections fédérales de 2006. (Fred Chartrand / Presse canadienne)

Dryden a déclaré qu’un tel système – qui, compte tenu des considérations constitutionnelles, nécessitera l’adhésion des provinces – prendra des années à être mis en place et passera par de nombreuses itérations avant qu’un réseau national pleinement opérationnel ne soit en place. Malgré les obstacles, il a dit qu’il était nécessaire de commencer à travailler maintenant pour donner aux enfants canadiens «un excellent départ dans la vie».

En novembre dernier, dans la mise à jour économique de l’automne, Freeland a présenté les premières étapes d’un plan pluriannuel visant à bâtir un système de garde d’enfants à l’échelle du Canada.

Le gouvernement a depuis créé un nouveau secrétariat fédéral sur l’apprentissage et la garde des jeunes enfants afin de travailler avec les provinces et les territoires pour concevoir un nouveau système national.

Freeland a promis que le prochain budget fédéral présenterait un plan plus concret sur la façon dont Ottawa offrira «des services de garde d’enfants abordables, accessibles, inclusifs et de grande qualité d’un océan à l’autre».

#Freeland #dit #COVID19 #créé #une #fenêtre #dopportunité #pour #lancer #programme #national #garde #denfants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *