En une semaine, une femme de Fredericton ramasse près de 600 masques jonchent la ville

Vues: 7
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 56 Second

Sue Fisher est une femme en mission: ramasser les masques qu’elle trouve tombés au sol. En une semaine seulement, la femme de Fredericton a recueilli près de 600 masques.

Et ce n’est qu’un début, car elle espère que d’autres se joindront à elle pour nettoyer les déchets des équipements de protection individuelle (EPI) qui sont devenus omniprésents pendant la pandémie de COVID-19 et peuvent constituer un danger pour la faune.

«Si tout le monde en ville avait un masque perdu, nous aurions 50 000 masques dans nos rues», a déclaré Fisher.

Pendant son temps libre, Fisher ramasse les masques dans les quartiers résidentiels du centre-ville, à proximité de Willie O’Ree Place, du côté nord, et dans les écoles de la ville. La prolifération des EPI autour des écoles ne la surprend pas.

« Quand tu es enfant, tu jongles avec un sac à dos et ton masque. »

Fisher a déclaré avoir trouvé plus de 70 masques près de l’école intermédiaire Nashwaaksis à Fredericton. (Maria Jose Burgos / CBC)

Parfois, sa fille adolescente, Muriel, l’aidera à retrouver les masques chirurgicaux à usage unique bleu et blanc qui ont été un choix courant depuis que le port du masque a commencé à être requis pendant la pandémie COVID-19.

La plupart de ces produits sont fabriqués à partir de polymères non biodégradables à base de pétrole et sont conçus pour être utilisés une seule fois, puis jetés.

« Elle a un œil d’aigle pour les repérer », a déclaré Fisher. « Elle reconnaît définitivement le problème. »

Tous les masques jetés trouvés par Fisher ne sont pas jetables. Certains sont en tissu.

‘Il suffit de les ramasser’

Fisher a déclaré qu’elle ne voulait blâmer personne d’avoir perdu un masque ou deux – elle a même admis avoir perdu elle-même un masque jetable.

« J’en ai eu envie. »

Fisher veut juste que le public soit un peu plus attentif lorsqu’il utilise des masques ou les jette.

Certains des masques faciaux que Fisher a trouvés jetés sont des masques en tissu, qui sont destinés à être réutilisés. (Maria Jose Burgos / CBC)

Elle dit que tout le monde devrait porter des gants et un sac en plastique lorsqu’ils sont sortis – au cas où ils découvraient un masque traîner.

« Si vous les voyez, prenez-les simplement. »

Bien que Fisher affirme que la pandémie mondiale a peut-être aidé pour améliorer le climat et la qualité de l’air en quelque sorte, les déchets de masques jetables se produisent dans le monde entier.

Une étude évaluée par des pairs publiée dans la revue académique Environmental Science & Technology l’année dernière estime que les gens dans le monde utilisent 129 milliards de masques jetables et 65 milliards de gants jetables chaque mois.

Au 29 juin 2020, le gouvernement fédéral estimait que, sur la base de la demande projetée d’EPI au cours de la prochaine année, environ 63000 tonnes d’EPI liées au COVID-19 pourraient finir comme des déchets.

Fisher garde les masques qu’elle trouve dans un dos en plastique sur sa terrasse. Elle prévoit de couper les ficelles et de les jeter à la poubelle pour protéger la faune. (Soumis par Sue Fisher)

Un objectif pour protéger la faune

Actuellement, Fisher garde les masques qu’elle ramasse dans un sac poubelle en plastique sur sa terrasse.

Elle prévoit de prendre chaque masque et de couper les ficelles – tout en portant des gants en caoutchouc et son propre masque fiable, bien sûr. Ensuite, elle les jettera.

« Il me semble juste logique que ce serait un danger pour la faune. »

Les biologistes des oiseaux de mer ont exprimé des inquiétudes au sujet des masques médicaux qui se retrouvent dans les cours d’eau et de l’enchevêtrement d’oiseaux et d’autres animaux sauvages après la mise en ligne d’images. d’une mouette à Terre-Neuve piégée dans la boucle d’oreille d’un masque.

Le biologiste et photographe des oiseaux marins Lancy Cheng a trouvé cette mouette prise au piège dans un masque médical au lac Quidi Vidi à St. John’s. (Lancy Cheng / Facebook)

Holly Hogan, qui étudie les oiseaux marins depuis 30 ans, a déclaré à CBC La diffusion à Terre-Neuve le mois dernier, environ 129 milliards de masques faciaux et 69 milliards de gants jetables ont été utilisés chaque mois en 2020.

«Sans surprise, un grand nombre d’entre eux se sont retrouvés dans l’océan, et il existe des estimations très prudentes [that] entre 1,5 et 2 milliards de masques faciaux se sont retrouvés dans l’océan en 2020 », a-t-elle déclaré.

Alors que la pandémie persiste, Fisher espère que davantage de personnes verront son message et l’aideront dans sa mission de ramasser les déchets de masques.

« J’espère que ça va frapper à la maison de manière productive. »

#une #semaine #une #femme #Fredericton #ramasse #près #masques #jonchent #ville

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *