Des drapeaux sur des édifices fédéraux sont abaissés à la mémoire des victimes des pensionnats indiens de Kamloops

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 25 Second

Le drapeau canadien à la Tour de la Paix à Ottawa a été mis en berne dimanche, à la suite de la découverte des corps de 215 enfants sur le site d’un ancien pensionnat à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Le ministère du Patrimoine canadien a déclaré que les drapeaux de tous les édifices et établissements fédéraux à travers le Canada seraient abaissés jusqu’à nouvel ordre « en mémoire des milliers d’enfants qui ont été envoyés dans des pensionnats, pour ceux qui ne sont jamais revenus et en l’honneur des familles dont la vie a été changé à jamais. »

Les corps des 215 enfants ont été découverts lors d’une perquisition sur le terrain de l’ancien pensionnat, a annoncé jeudi la Première nation Tk’emlúps te Secwépemc. Une déclaration de la Première Nation a déclaré que les enfants disparus, dont certains n’avaient que trois ans, étaient des décès sans papiers.

Tk’emlúps te Secwépemc Kukpi7 (chef) Rosanne Casimir a déclaré à CBC L’aube Kamloops vendredi que des gestes plus que symboliques sont nécessaires pour faire face à la tragédie.

« C’est bien beau pour le gouvernement fédéral de faire des gestes de bonne volonté et de soutien concernant la tragédie », a déclaré Casimir. « Il y a une appropriation et une responsabilité importantes à la fois envers Tk’emlúps te Secwépemc et toutes les communautés et familles qui sont touchées. Et cela doit se produire et avoir lieu. »

Drapeaux baissés dans tout le pays

Des drapeaux partout au pays ont également été abaissés ou seront abaissés en l’honneur des enfants, notamment à l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique, à l’Assemblée législative du Manitoba et à l’hôtel de ville d’Ottawa.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a déclaré dimanche sur Twitter que les drapeaux de l’hôtel de ville d’Ottawa resteraient en berne « pendant une heure pour chaque enfant dont la vie a été enlevée ».

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, a publié vendredi une déclaration sur la découverte.

« C’est une tragédie aux proportions inimaginables. Et c’est un exemple frappant de la violence que le système canadien des pensionnats a infligée aux peuples autochtones et de la façon dont les conséquences de ces atrocités se poursuivent encore aujourd’hui », a-t-il déclaré.

Une ligne de crise nationale pour les pensionnats indiens a été mise en place pour fournir un soutien aux anciens élèves et aux personnes touchées. Les services d’orientation émotionnelle et de crise sont accessibles en appelant la ligne nationale de crise 24 heures sur 24 : 1-866 925-4419.



#Des #drapeaux #sur #des #édifices #fédéraux #sont #abaissés #mémoire #des #victimes #des #pensionnats #indiens #Kamloops

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *