Coronavirus: ce qui se passe au Canada et dans le monde mercredi

Vues: 17
0 0
Temps de lecture:9 Minute, 46 Second

Le dernier:

L’agence des Nations Unies pour la santé a déclaré que les cas de coronavirus dans le monde avaient augmenté pour une cinquième semaine consécutive, les chiffres en Afrique et dans les Amériques augmentant maintenant après être restés globalement stables pendant des semaines.

Les décès ont augmenté dans toutes les régions sauf en Afrique. L’Organisation mondiale de la santé a déclaré mercredi que le nombre de nouveaux décès avait augmenté de cinq pour cent à plus de 64000 au cours de la semaine dernière – une deuxième augmentation hebdomadaire consécutive après avoir chuté ou être resté presque stable pendant des semaines.

L’Europe et les Amériques représentent encore environ les quatre cinquièmes de tous les cas et décès. Les États-Unis sont en tête du monde avec plus de 30 millions de cas de coronavirus et près de 551000 décès.

Les nouvelles de l’OMS précèdent une allocution télévisée prévue du président français Emmanuel Macron, un présage possible de restrictions plus strictes pour lutter contre la flambée des hospitalisations dues aux coronavirus.

Les précédents lock-out dans tout le pays en France en mars et octobre 2020 ont été annoncés par Macron dans des discours télévisés. Son bureau a déclaré mercredi que Macron s’adresserait au pays à 20 heures, heure locale (14 heures, HE), sans donner aucun détail sur ce qu’il pourrait dire.

Avant sa réunion hebdomadaire sur la stratégie contre les coronavirus mercredi avec les ministres et les assistants, Macron subissait une pression croissante pour fermer les écoles et restreindre davantage les mouvements de personnes afin d’atténuer la pression croissante sur les hôpitaux.

Tension sur les hôpitaux en France

Le nombre total de patients COVID-19 en soins intensifs en France a dépassé les 5000 mardi, la première fois en 11 mois que ce chiffre a été aussi élevé.

À moins d’un verrouillage complet, Macron manque d’alternatives pour faire une brèche majeure dans la recrudescence des infections qui a conduit à des questions croissantes sur les stratégies antivirus de son gouvernement. Avec les élections présidentielles prévues pour 2022, Macron doit peser à la fois des considérations politiques et sanitaires.

Un couvre-feu de nuit dans tout le pays est en place depuis janvier. À Paris et dans d’autres régions où le virus se propage rapidement, les résidents ont déjà également des restrictions supplémentaires sur les déplacements et les magasins non essentiels sont fermés.

Des écoliers se lavent les mains mardi à l’école primaire privée Jeanne D’Arc à Saint-Maur-des-Fosses, près de Paris. (Gonzalo Fuentes / Reuters)

Les fermetures d’écoles figuraient parmi les options envisagées mercredi. Ils avaient précédemment été décrits comme un dernier recours par le gouvernement.

« Ce dont nous avions besoin auparavant, c’était un verrouillage strict et une énorme campagne de vaccination, mais il n’est pas encore trop tard », a déclaré Gilbert Deray, clinicien principal à l’hôpital de la Pitié-Salpeterie à Paris, à la radio Europe 1.

Selon un outil de suivi maintenu par l’Université Johns Hopkins, la France a vu plus de 4,6 millions de caisses de COVID-19 depuis le début de la pandémie et plus de 95 400 décès.

-De The Associated Press, Reuters et CBC News, dernière mise à jour à 10 h 25 HE


Ce qui se passe partout au Canada

REGARDER | L’incertitude entoure le plan de l’Ontario pour s’attaquer à la troisième vague COVID-19:

La troisième vague de COVID-19 en Ontario frappe le plus durement les personnes plus jeunes et d’âge moyen. Les taux de cas continuent d’augmenter, les unités de soins intensifs sont déjà pleines et on ne sait pas ce que la province prévoit faire à ce sujet. 3:35

À 10 h 25 HE, le Canada avait signalé 978 937 cas de COVID-19, dont 46 470 cas considérés comme actifs. Un décompte de décès de CBC News s’élevait à 22 941.

Ontario mercredi, 2333 nouveaux cas de COVID-19 et 15 décès supplémentaires ont été signalés. Les données publiées dans un tableau de bord provincial évaluent le nombre d’hospitalisations liées au COVID-19 à 1 111, dont 396 dans les unités de soins intensifs.

Cependant, les données de Critical Care Services Ontario indiquent le nombre de patients traités par COVID-19 unités de soins intensifs de la province au 421. Les données affichées en ligne dans les Tableau de bord COVID-19 est inférieure aux données du CCSO car les responsables arrêtent d’inclure les patients hospitalisés dans ce décompte lorsqu’ils ne sont plus testés positifs au COVID-19.

Le premier ministre Doug Ford a déclaré mardi qu’il était «extrêmement préoccupé» par l’augmentation des infections et a souligné que les résidents doivent respecter les règles de santé publique. Le premier ministre a déclaré qu’il «verrouillerait les choses» s’il le fallait – mais n’a pas donné de détails sur les mesures envisagées, affirmant qu’il prévoyait de consulter le meilleur médecin de la province avant de prendre une décision.

Dans Québec, Le premier ministre François Legault devrait tenir une conférence de presse à 17 h HE. La mise à jour intervient un jour après que le premier ministre a suggéré que certaines régions de la province pourraient bientôt voir des restrictions supplémentaires.

La province n’a pas encore fourni de chiffres mis à jour pour mercredi, mais mardi, les responsables de la santé ont signalé 864 nouveaux cas de COVID-19 et sept décès supplémentaires. Les hospitalisations dans la province s’élevaient à 487, dont 126 personnes en soins intensifs.

Au Canada atlantique, les responsables de la santé ont signalé 22 nouveaux cas de COVID-19 mardi, dont 14 dans Nouveau-Brunswick. Trois nouveaux cas ont été signalés dans les deux Nouvelle-Écosse et Île-du-Prince-Édouard, tandis que Terre-Neuve-et-Labrador les responsables de la santé ont signalé deux nouveaux cas.

Dans les provinces des Prairies, Manitoba a signalé 77 nouveaux cas de COVID-19 mardi et aucun décès supplémentaire.

REGARDER | Les inquiétudes grandissent à propos de l’épidémie de COVID-19 à Regina qui se propage dans toute la Saskatchewan:

Les unités de soins intensifs de Regina fonctionnent au-dessus de leur capacité alors que les patients plus jeunes et plus malades du COVID-19 affluent, au milieu d’une augmentation des cas. Et maintenant, on craint que le problème ne se propage dans toute la province. 2:04

Saskatchewan, pendant ce temps, a signalé 164 nouveaux cas de COVID-19 mardi et un décès supplémentaire. La province a déclaré que 91 de ces infections provenaient de Regina et des environs, qui luttent contre la propagation de variantes plus infectieuses. Il y a 160 personnes à l’hôpital dans la province, dont 22 patients en soins intensifs.

Le premier ministre Scott Moe a exhorté mardi les gens à être « très diligents » dans le respect des ordonnances de santé publique et a appelé toutes les personnes éligibles à prendre rendez-vous pour obtenir leur vaccin.

« Je pense que nous pourrons maîtriser le nombre de nos cas dans les quelques communautés où ils augmentent sans plus … de restrictions, mais nous devons tous faire notre part », a déclaré Moe.

Dans Alberta, les responsables de la santé ont signalé mardi 576 nouveaux cas et quatre décès supplémentaires. Les hospitalisations dans la province s’élevaient à 301, avec 58 personnes inscrites aux soins intensifs.

Colombie britannique a signalé 840 nouveaux cas quotidiens mardi, mais aucun décès supplémentaire. Les hospitalisations s’élevaient à 312, dont 78 en réanimation.

Dans le Nord, aucun nouveau cas n’a été signalé chez les résidents de Yukon, les Territoires du nord-ouest ou Nunavut.

-De CBC News et La Presse canadienne, dernière mise à jour à 10 h 30 HE


Ce qui se passe dans le monde

Un travailleur prépare des bouteilles d’oxygène dans un centre de quarantaine COVID-19 à Aden, au Yémen. (Fawaz Salman / Reuters)

Tôt mercredi matin, plus de 128,3 millions de cas de COVID-19 avaient été signalés dans le monde, selon l’outil de suivi mis à jour par l’Université Johns Hopkins. Le bilan mondial des morts s’élevait à plus de 2,8 millions.

Le Japon est le dernier pays qui appelle à une enquête plus approfondie sur les origines du COVID-19, affirmant que le rapport publié cette semaine lors d’un briefing de l’OMS était basé sur des travaux qui ont connu des retards et n’ont pas accès aux échantillons de virus essentiels.

« Afin de prévenir de futures pandémies, il est indispensable de mener des enquêtes rapides, indépendantes, dirigées par des experts et sans surveillance », a déclaré à la presse le secrétaire en chef du cabinet Katsunobu Kato. « Nous sommes préoccupés par le fait que la dernière enquête a été confrontée à des retards et au manque d’accès aux échantillons de virus. »

le rapport a été publié mardi après que des experts se soient rendus à Wuhan, en Chine, la ville où les maladies causées par le coronavirus ont été détectées pour la première fois à la fin de 2019.

REGARDER | Comment le COVID-19 a-t-il commencé exactement?

Brûleur avant23:53Comment, exactement, COVID-19 a-t-il commencé?

La publication d’un rapport de l’OMS sur les origines du COVID-19 suscite à la fois la curiosité internationale et l’inquiétude quant à la transparence de la Chine. La journaliste principale de Nature, Amy Maxmen, explique les conclusions de l’enquête ainsi que les critiques sur son accès et son indépendance. 23:53

La Chine a vanté sa coopération avec l’OMS et a averti que les tentatives de politiser la question coûteraient des vies. Les États-Unis et d’autres pays affirment que le rapport de l’OMS manquait d’informations cruciales, d’accès et de transparence et qu’une étude plus approfondie était justifiée.

Kato a appelé à une enquête et une analyse supplémentaires et a déclaré que le Japon encouragerait l’OMS à envisager une enquête supplémentaire en Chine.

« Nous continuerons de coopérer avec d’autres pays pour réaliser des études supplémentaires qui sont encore nécessaires », a déclaré Kato.

Le rapport indique que le virus provient très probablement des chauves-souris et s’est propagé à un mammifère non identifié avant d’être transmis aux humains.

Dans le Amériques, Le système de santé équatorien est soumis à une forte pression due à un pic de COVID-19 et certains hôpitaux de la capitale Quito travaillent au-dessus de leurs capacités pour traiter les patients, ont déclaré mardi des médecins.

Dans AfriqueL’Afrique du Sud a plus que doublé mardi le nombre de personnes pouvant se rassembler à l’intérieur pour les services religieux de Pâques car la transmission du COVID-19 reste relativement faible.

Dans L’Europe , La Pologne a signalé mercredi son plus grand nombre de décès liés au COVID-19 jusqu’à présent cette année, alors que l’inquiétude monte que le système de santé se fissure sous la pression de la troisième vague de la pandémie.

Un ambulancier hospitalier enlève son équipement de protection individuelle après avoir contrôlé un patient COVID-19 en quarantaine la semaine dernière à Bochnia, en Pologne. (Omar Marques/Getty Images)

L’Espagne a décidé d’étendre la vaccination COVID-19 d’AstraZeneca aux travailleurs essentiels de plus de 65 ans pour protéger un petit groupe de personnes qui n’ont pas encore pris leur retraite, a annoncé mercredi le ministère de la Santé.

Dans le Asie-Pacifique région, la Chine a effectué environ 3,7 millions de vaccinations le 30 mars, portant le nombre total administré à 114,69 millions, selon les données publiées mardi par la Commission nationale de la santé.

La ville de Ruili, dans le sud-ouest de la Chine, qui borde le Myanmar, a ordonné une mise en quarantaine à domicile d’une semaine pour les habitants de la zone urbaine de la ville et des tests de masse COVID-19, après avoir signalé six nouveaux cas transmis localement.

-De Reuters et The Associated Press, dernière mise à jour à 6h55 HE

#Coronavirus #qui #passe #Canada #dans #monde #mercredi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *