Comment tirer le meilleur parti de cette nouvelle subvention fédérale pour la rénovation domiciliaire « verte »

Vues: 6
0 0
Temps de lecture:6 Minute, 23 Second

Lorsque le gouvernement fédéral a lancé son programme de Subvention canadienne pour des maisons plus vertes il y a une semaine, le niveau d’intérêt était suffisamment élevé pour planter le site web temporairement. Le programme a reçu jusqu’à présent au moins 30 000 candidatures.

Maintenant, les auditeurs énergétiques et les entrepreneurs disent qu’ils répondent à une vague de demandes de renseignements de propriétaires désireux de demander ce qui pourrait s’élever à 5 600 $ en aide fédérale par ménage.

« Il y a littéralement des milliers de propriétaires qui appellent », a déclaré Peter Sundberg, directeur général de City Green Solutions, un organisme sans but lucratif d’efficacité énergétique en Colombie-Britannique. « Je pense qu’il y a déjà une demande extrêmement élevée. »

Mais malgré la forte participation, il y a des inquiétudes précoces concernant la taille et la portée du programme de subventions.

« Il y a quelques défis avec ce programme », a déclaré Tom-Pierre Frappé-Sénéclauze, directeur des bâtiments et des solutions urbaines à l’Institut Pembina.

Pour répondre à certaines de ces questions en suspens et explorer les limites du programme, CBC News a approfondi les détails de la subvention Canada Greener Homes.

Qui est éligible?

Les propriétaires, évidemment. Mais les candidats doivent également remplir d’autres conditions avant de postuler en ligne :

  • Ils doivent prouver qu’ils vivent dans la maison; les propriétaires qui vivent hors site ne sont pas admissibles.
  • La maison doit être une maison individuelle ou jumelée, une maison en rangée, une maison en rangée, un chalet toutes saisons ou un certain type de maison mobile ou de péniche.
  • Bien que les copropriétés ne soient généralement pas admissibles, les propriétaires de copropriétés dans des immeubles de faible hauteur peuvent être admissibles.
  • Les conseils de bande des Premières Nations, les organisations de revendications territoriales et les organismes autochtones de gestion du logement peuvent présenter une demande de subvention.
  • Les maisons neuves ne sont pas éligibles.

Quelles mises à niveau sont éligibles ?

Selon Ressources naturelles Canada (RNCAN), le ministère fédéral qui administre le programme, voici les projets admissibles à la subvention :

  • Isolation (jusqu’à 5 000 $)
  • Étanchéité à l’air pour améliorer l’étanchéité à l’air (jusqu’à 1 000 $)
  • Remplacement des fenêtres et des portes (jusqu’à 5 000 $)
  • Installer des pompes à chaleur et équipement d’eau chaude (jusqu’à 5 000 $)
  • Installation de panneaux solaires (jusqu’à 5 000 $)
  • Mesures de résilience comme les batteries, l’imperméabilisation des fondations et les membranes de toiture (jusqu’à 2 625 $)
  • Installation d’un thermostat intelligent (jusqu’à 50 $ mais doit être combiné avec une autre rénovation)

Les matériaux et l’équipement, selon RNCan, doivent être achetés au Canada ou auprès d’un distributeur en ligne canadien.

Y a-t-il des chaînes attachées?

Les propriétaires ne recevront pas l’argent d’avance. La subvention n’arrive qu’après avoir dépensé l’argent – dans certains cas, un montant considérable. Pour être admissible, un propriétaire doit d’abord subir un audit énergétique à ses frais, embaucher des entrepreneurs, payer les matériaux, puis passer un audit énergétique de suivi final – encore une fois, de sa poche.

Des membres de la Première nation de Lennox Island à l’Î.-P.-É. construisent des maisons éconergétiques pour les résidents. (John Robertson/CBC)

Une fois les améliorations certifiées, le gouvernement dit qu’il remboursera les propriétaires et que l’argent devrait arriver dans un mois. Mais un propriétaire n’est pas assuré de recevoir la subvention maximale de 5 600 $. Le montant de la subvention dépend de l’audit réalisé lors de la réalisation des travaux.

L’Institut Pembina affirme que le coût d’importantes rénovations visant à réduire les factures d’énergie et les émissions dépasserait probablement la valeur de la subvention. Ces travaux peuvent coûter entre 30 000 $ et 100 000 $ pour une maison unifamiliale.

« Ce n’est pas de l’argent gratuit », a déclaré Frappé-Sénéclauze.

Comment un propriétaire peut-il en avoir le plus pour son argent ?

Les experts disent que les propriétaires devraient examiner attentivement leurs priorités de rénovation avant de se lancer. La maison est-elle trop chaude en été? Y a-t-il des courants d’air en hiver? Est-il temps de réparer cette fondation qui fuit? Quelle est l’empreinte carbone du bâtiment ? Les maisons et les bâtiments représentent 18% des émissions de carbone du pays.

Étant donné que l’augmentation de la demande pour le programme augmente les temps d’attente pour les conseillers en énergie et les entrepreneurs, les demandeurs devront probablement attendre plus longtemps qu’ils ne le souhaiteraient pour que les réparations commencent.

« Je pense qu’il y a une demande tellement élevée en ce moment, et il n’y a qu’une certaine capacité dans toutes les provinces et pour pouvoir y répondre », a déclaré Sundberg. « Il est probablement préférable de faire une pause un instant, de réfléchir aux mises à niveau que vous pourriez vouloir faire, de penser potentiellement au type d’entrepreneurs avec lesquels vous voudriez travailler. »

Et il n’y a pas de précipitation ; la Greener Homes Grant sera disponible pour les sept prochaines années. En fait, en réfléchissant à l’avance à leurs objectifs de rénovation domiciliaire, de nombreux propriétaires peuvent décider qu’il est plus rapide et moins coûteux de faire les travaux sans attendre l’aide du gouvernement.

D’un autre côté, il serait peut-être préférable d’attendre avant de présenter une demande, car d’autres ordres de gouvernement pourraient finir par se lancer eux-mêmes dans le jeu des subventions. Bien que la Colombie-Britannique, le Québec et la Nouvelle-Écosse offrent déjà des soutiens similaires, d’autres régions pourraient bientôt annoncer leurs propres programmes, qui pourraient être combinés avec celui du fédéral.

Pendant ce temps, certaines administrations municipales, y compris Edmonton et Toronto — offrent leur propre aide à la rénovation domiciliaire liée aux impôts fonciers du propriétaire. Ces programmes municipaux sont mieux connus sous le nom de Énergie propre évaluée par la propriété, ou PACE pour faire court.

« Ainsi, avec la participation du gouvernement fédéral, l’espoir est que cette subvention puisse vraiment fonctionner dans un système plus large de soutien pour les Canadiens », a déclaré Brendan Haley, directeur des politiques chez Efficacité Canada.

Des ouvriers retirent une partie d’un cadre de fenêtre pour installer une nouvelle fenêtre le 24 mars 2021. (Eric Seals /Detroit Free Press via AP)

Et au cours de l’été, le gouvernement fédéral devrait lancer un programme de prêts de rénovation sans intérêt qui pourrait fournir jusqu’à 40 000 $ en capital de prêt par ménage.

Voici une autre raison possible d’attendre. Les rénovations domiciliaires nécessitent souvent plusieurs entrepreneurs. À mesure que la demande de rénovations augmente, nous pourrions voir de plus en plus d’entreprises offrir aux propriétaires des solutions à guichet unique ou « clés en main », a déclaré Frappé-Sénéclauze.

Qu’est-ce qui est disponible pour ceux qui ne sont pas admissibles à ce programme ?

Les défenseurs de l’efficacité énergétique disent que c’est le problème flagrant du programme : il laisse de côté les locataires et les propriétaires qui ne peuvent pas se permettre de dépenser l’argent d’avance.

« Une lacune politique est l’absence d’un programme qui cible spécifiquement les Canadiens à faible revenu en particulier », a déclaré Haley.

Un organisme à but non lucratif qui travaille avec des communautés multilingues et multiculturelles suggère que, dans la mesure du possible, les locataires devraient passer à des thermostats programmables ou « intelligents » et boucher toutes les fissures dans les portes et les fenêtres qui laissent entrer l’air froid.

« Le chauffage de votre espace et le chauffage de votre eau constituent 60 % de votre facture », a déclaré Yasmin Abraham, vice-président et co-fondateur d’Empower Me.

En fin de compte, cependant, il y a une limite à ce que les ménages à faible revenu et les locataires peuvent se permettre de faire. Abraham a demandé au gouvernement fédéral d’offrir des programmes qui répondent aux besoins de chaque foyer canadien.

#Comment #tirer #meilleur #parti #cette #nouvelle #subvention #fédérale #pour #rénovation #domiciliaire #verte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *