Aucun chef d’accusation pour la mort d’Ejaz Choudry, 62 ans abattu par la police en situation de crise

Vues: 10
0 0
Temps de lecture:8 Minute, 54 Second

Le chien de garde de la police de l’Ontario a statué qu’il n’y aura aucune accusation criminelle contre la police pour la mort d’un père de quatre enfants de 62 ans qui a été abattu par un policier l’été dernier après que sa famille a appelé une ligne non urgente pour obtenir de l’aide alors qu’il était en crise.

Dans une décision rendue publique mardi, le directeur de l’Unité des enquêtes spéciales (UES), Joseph Martino, a conclu que le policier régional de Peel qui avait tiré deux balles dans la poitrine d’Ejaz Choudry avait agi raisonnablement lorsqu’il a ouvert le feu depuis le balcon de l’appartement verrouillé de Choudry à Mississauga, en Ontario, le 20 juin. , 2020. Une impasse de trois heures a conduit à l’issue fatale.

Choudry, selon le rapport, était armé d’un couteau de cuisine de 20 centimètres de long lorsque la police a donné un coup de pied à la porte de son balcon et lui a crié en anglais – une langue que sa famille a dit ne pas bien comprendre – de laisser tomber son arme. L’officier responsable était préoccupé par le fait que Choudry, qui souffrait de schizophrénie et ne prenait pas ses médicaments, risquait de s’automutiler, a déclaré Martino.

Deux des trois agents sur le balcon qui se sont entretenus plus tard avec les enquêteurs ont affirmé que Choudry s’était déplacé vers eux, le couteau à la main, après la violation du balcon – une affirmation pour laquelle Martino note qu’ils sont la seule source de preuves directes. Après qu’un pistolet paralysant et des balles en plastique n’aient pas réussi à maîtriser Choudry, selon le rapport, le troisième officier a ouvert le feu (l’UES ne nomme pas l’officier).

L’agent qui a abattu Choudry a refusé de parler à l’UES ou de lui remettre ses notes, comme le permet la Loi sur les services policiers de l’Ontario. Tout ce que l’on sait de son point de vue, ce sont les mots qu’un autre officier aurait entendu dire immédiatement après la fusillade, le rapport dit: « Je devais le faire. Je n’avais pas le choix. »

« Les policiers sont tenus par un devoir de protection de la vie, qui s’étend au grand public et pas seulement aux victimes de crimes », déclare Martino dans sa décision. «La loi stipule clairement que les policiers ne sont pas tenus de mesurer la force qu’ils ont utilisée avec exactitude ou avec subtilité.

« En tant que tel, je crois [the officer’s] le recours à son arme à feu était objectivement raisonnable, nécessaire et proportionné à la menace posée par M. Choudry, malgré les pertes tragiques en vies humaines qu’il a causées. « 

L’UES de l’Ontario enquête sur tous les cas impliquant des policiers qui entraînent des blessures graves ou la mort, ainsi que sur les allégations d’agression sexuelle.

‘Il pensait que la police lui tirerait dessus’

Pendant un bref instant pendant la rencontre d’environ trois heures, il y avait eu une lueur d’espoir.

La fille de Choudry et un autre membre de la famille lui ont parlé depuis le couloir de l’appartement, lui demandant de sortir de chez lui et de remettre son couteau à la police.

« Il a dit qu’il ne sortirait pas parce qu’il pensait que la police lui tirerait dessus », indique le rapport.

À 20 h 38, il était mort.

Des échelles utilisées par la police peuvent être vues appuyées contre le balcon de Choudry et de l’appartement de sa famille à Mississauga le 20 juin 2020. (SIU)

Plus tôt dans la journée, Choudry, qui avait été hospitalisé pour des soins psychiatriques, a décidé de quitter l’hôpital contre l’avis d’un médecin. Vers 17 heures, sa fille a appelé une ligne non urgente pour demander une assistance médicale à son père, qui semblait confus et aurait un petit couteau de poche.

Les ambulanciers sont arrivés les premiers à l’appartement, suivis de la police, qui a tenté de parler à Choudry par la porte de l’appartement. Choudry, dont la famille dit avoir peur de la police, a dit aux policiers de partir.

Au lieu de cela, sa fille est entrée dans l’unité en se tenant derrière deux officiers. À l’intérieur, ils ont trouvé Choudry dans une chambre assis sur un tapis de prière et ont demandé à voir son couteau. Sa fille a traduit leurs paroles en pendjabi et, selon le rapport, il a révélé un grand couteau de cuisine sous le tapis « pointant vers les officiers ».

Encore une fois, il leur a demandé de partir.

Les tentatives de communication avec Choudry se sont poursuivies, mais il a refusé de quitter l’appartement, affirmant qu’il avait peur de la police.

Choudry «  difficile  » à comprendre: rapport

Vers 18 heures, des agents tactiques ont pris le contrôle de la scène et ont demandé à la famille de descendre et de ne pas communiquer avec Choudry. Les agents sont restés à la porte pour essayer de «rassurer» Choudry que les ambulanciers étaient là pour l’aider – mais le rapport suggère que la communication était «difficile» et qu’il ne répondait qu’occasionnellement en anglais.

Un policier parlant punjabi est finalement arrivé vers 18 h 45 avec d’autres agents tactiques.

Choudry n’a pas non plus accueilli l’officier qui parlait punjabi, mais a « confirmé qu’il n’avait pas l’intention de se faire du mal », avant de commencer à prier bruyamment. Il aurait également averti la police de ne pas rentrer à l’intérieur et de « regarder ce qui se passerait » si elle le faisait.

Choudry aurait tenu ce couteau de cuisine de 20 centimètres lorsqu’un policier de Peel a ouvert le feu sur lui depuis le balcon de son appartement en juin dernier. (SIU)

Pendant ce temps, l’officier responsable a commencé à former un «plan d’action délibéré», qui verrait une équipe tactique entrer dans l’appartement par le balcon, tandis qu’une autre entrerait cinq secondes plus tard par la porte d’entrée. Il était 19 h 42 avant qu’une équipe de négociation de crise ne soit appelée – et ils étaient encore une heure de route.

Quelque temps avant 20 heures, selon le rapport, Choudry a cessé de communiquer et il n’y avait aucun son provenant de l’appartement. Après environ 20 minutes sans communication, l’officier responsable a décidé d’exécuter le plan d’action.

La vidéo publiée sur les réseaux sociaux après la mort de Choudry a capturé ce qui s’est passé ensuite.

REGARDER | Des officiers tactiques enfreignent la porte du balcon d’Ejaz Choudry en juin 2020:

Une vidéo prise par un spectateur montre des agents tactiques répondant à un appel dans un immeuble sur Morning Star Drive samedi. Plus tard, un homme a été tué. (Ibrahim Hindy / Twitter) 0:16

Les agents sur le balcon ont donné des coups de pied dans la porte, criant à plusieurs reprises: «Posez le couteau». Quelques secondes plus tard, il y a le bruit des coups de feu.

Un examen post mortem a révélé que Choudry était mort des suites de blessures par balle à la poitrine.

Pas un écart par rapport à ce que ferait une «  personne raisonnable  »: UES

Après avoir été abattu, selon le rapport, Choudry est tombé en arrière sur le sol avec le couteau toujours à la main. Les officiers lui ont de nouveau ordonné de laisser tomber le couteau, selon le rapport, un officier lui tirant des balles en caoutchouc alors qu’il ne semblait pas obéir. Un autre lui a alors donné un coup de pied dans le bras, « faisant tomber le couteau au sol ».

Au lieu de l’aider et de l’empêcher de se suicider, allez-vous le tuer?– Hassan Choudhary

La famille de Choudry a déclaré qu’il était un homme frêle qui souffrait de diabète, avait des antécédents de problèmes cardiaques et avait récemment subi une chirurgie pulmonaire. Le rapport indique que l’officier responsable a été informé que «Choudry pouvait à peine marcher ou respirer».

« Face à ces inquiétudes, et ne pouvant obtenir un visuel sur M. Choudry, [the officer in charge] était dans une position où il devait peser le risque de ne pas agir dans le cas où M. Choudry serait en détresse médicale », écrit Martino, arguant qu’il n’accepte pas que Choudry n’aurait pas pu marcher vers les agents.

En dépit de ce plan mettant «dans le train une série d’événements aux conséquences dévastatrices», écrit-il, cette décision ne constituait pas un «écart marqué par rapport à ce qu’une personne raisonnable confrontée aux mêmes choix ferait».

Quant à savoir si l’unité mobile de crise de la police de Peel, composée d’un policier et d’un professionnel de la santé mentale, aurait dû être appelée, Martino écrit qu’ils étaient «occupés à un autre incident». Quoi qu’il en soit, l’officier responsable a déclaré à l’UES que l’équipe mobile de crise n’aurait pas été déployée dans cette affaire parce qu’un couteau était impliqué – un thème qui a également été soulevé dans d’autres interactions meurtrières récentes impliquant la police, y compris celle de Regis Korchinski-Paquet dans Toronto.

Parlant de cette affaire, l’ancien chef de la police de Toronto, Mark Saunders, avait précédemment déclaré aux journalistes: « Je ne peux pas mettre une infirmière dans une bagarre au couteau. »

Hashim Choudhary, le neveu de Choudry, s’est adressé aux journalistes devant l’immeuble où la fusillade mortelle a eu lieu. (Galit Rodan / La Presse canadienne)

Les «  problèmes systémiques  » ne peuvent jouer qu’un rôle dans les décisions de l’UES: rapport

Comme un autre cas dans une série de récentes confrontations mortelles avec la police impliquant des personnes en crise, y compris celle de Korchinski-Paquet, André Campbell et Clive Mensah, le rapport reconnaît « qu’il y a eu des craintes que la présence policière puisse aggraver ces situations et les aggraver ».

«Dans le cas de M. Choudry, sa paranoïa à l’égard de la police a joué un rôle important dans sa mort et ces préoccupations ont une validité évidente», écrit Martino.

Pourtant, dit-il, «si les questions sur la réforme de la police sont d’une importance évidente, les problèmes systémiques dans les services de police ne peuvent jouer un rôle dans la prise de décision de l’UES que lorsqu’ils sont pertinents à la culpabilité criminelle potentielle d’un policier».

En fin de compte, conclut-il, « je ne suis pas raisonnablement convaincu pour les raisons qui précèdent que le tir de M. Choudry équivalait à une force juridiquement injustifiée ou était le point culminant d’une conduite criminelle négligente. »

La famille de Choudry attend depuis des mois ce verdict. Ils ont soutenu que Choudry n’aurait pas dû mourir lors de la rencontre avec la police.

« Vous avez cet homme avec toutes ces conditions médicales qui peut à peine tenir debout », a déclaré le neveu Hassan Choudhary à CBC News.

« Et au lieu de l’aider et de l’empêcher de se suicider, tu vas le tuer? »

#Aucun #chef #daccusation #pour #mort #dEjaz #Choudry #ans #abattu #par #police #situation #crise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *