Après 7 femmes tuées en 7 semaines, les groupes de femmes abasourdis, abandonnés par le budget du Québec

Vues: 9
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 9 Second

Elisapee Angma, 44. Marly Edouard, 32. Nancy Roy, 44. Sylvie Bisson, 60. Myriam Dallaire, 28. Nadège Jolicoeur, 40. Rebekah Harry, 29.

Sept semaines, sept femmes sont mortes.

La série de meurtres violents, ainsi que la augmentation des cas signalés d’agression domestique, a brisé des vies, choqué le public et fait espérer aux défenseurs du Québec que la province présenterait un plan clair pour s’attaquer au problème lorsque le gouvernement provincial a dévoilé son budget jeudi.

Mais le Québec n’a mis de côté que 22,5 millions de dollars supplémentaires sur cinq ans pour financer les services aux femmes dans les refuges d’urgence existants, en plus d’un plan de 180 millions de dollars annoncé l’hiver dernier.

«Mon étonnement – littéralement, mon étonnement – après avoir lu ce budget, c’est que le gouvernement n’ait pas mesuré ce qui est en jeu», a déclaré Gaëlle Fedida, coordinatrice à l’Alliance MH2, qui représente les abris de «deuxième étape» qui fournissent logement de transition pour femmes.

Le ministre des Finances Eric Girard et Sonia Lebel, présidente du Conseil du Trésor, ont tous deux déclaré aux journalistes jeudi que la province prend la violence contre les femmes au sérieux et est prête à investir de l’argent dans toutes les ressources qui pourraient l’aider.

Lebel a déclaré que le gouvernement souhaitait également s’attaquer à des problèmes plus larges du système juridique et de la police.

Mais certains défenseurs, dont Fedida, soutiennent que ces problèmes ont déjà été identifiés.

«La feuille de route est claire», a-t-elle déclaré. « Il y a beaucoup de mesures structurelles à prendre. »

En décembre, un comité de plus de 20 experts a présenté un rapport intitulé Rebâtir la confiance – Français pour «Reconstruire la confiance» – au gouvernement du Québec.

Après près de deux ans de travail par le comité, le rapport a proposé 190 recommandations et proposé des changements radicaux au système juridique pour aider à éliminer les obstacles pour les victimes qui veulent signaler la violence et quitter leur partenaire violent.

Gaëlle Fedida, de l’Alliance MH2, affirme que le gouvernement a raté une occasion de mieux s’attaquer au problème de la violence domestique avec son dernier budget. (Chloe Ranaldi / CBC)

Fedida voulait voir le gouvernement s’engager à appliquer certaines des recommandations du rapport.

Le budget, a-t-elle dit, était une occasion manquée.

«La violence domestique est un défi pour toute la société. [enough] juste pour donner quelques millions aux refuges », a-t-elle dit, soulignant les problèmes du système judiciaire et le manque de logements abordables.

Melpa Kamateros, directrice générale de Shield of Athena Family Services, une organisation à but non lucratif pour les victimes de violence familiale, faisait partie du comité. Elle dit aussi que la réponse du gouvernement a échoué.

« Ils ressemblent plus à des solutions de pansement au problème plutôt qu’à une vision globale du problème qui nécessite une approche concertée et très intégrée », a déclaré Kamateros.

REGARDER | Melpa Kamateros de Shield of Athena Family Services réagit au budget provincial:

Melpa Kamateros, directrice générale du Shield of Athena Family Services à Montréal, affirme que le Québec ne fait pas assez pour lutter contre la violence familiale, en particulier à la lumière des récents meurtres de sept femmes. 0:52

Dans le budget, la province a raté une chance non seulement de renforcer sa réponse à la violence domestique, mais aussi de rassurer les femmes qui en font l’expérience, a déclaré Linda Basque, qui travaille avec plusieurs victimes de violence domestique à Info-Femmes, un centre de jour pour femmes. à Montreal.

Basque a déclaré que le fait de voir sept femmes tuées en si peu de temps était troublant, en particulier pour celles qui se trouvent dans des situations précaires.

«Il y a de l’anxiété et de la peur», dit-elle.

#Après #femmes #tuées #semaines #les #groupes #femmes #abasourdis #abandonnés #par #budget #Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *