« Appel de réveil pour le Canada » : des experts en sécurité affirment que le cas de 2 scientifiques licenciés pourrait indiquer de l’espionnage

Vues: 3
0 0
Temps de lecture:10 Minute, 45 Second

La Chine déclare que sa coopération scientifique avec le Canada ne doit pas être politisée, répondant aux questions sur deux scientifiques licenciés du seul laboratoire de niveau 4 du Canada – une affaire qui a conduit à une enquête de la GRC, des demandes de détails au Parlement et des préoccupations concernant l’espionnage chinois.

Très peu de gens savent pourquoi la Dre Xiangguo Qiu et son mari biologiste, Keding Cheng, ont été expulsés du Laboratoire national de microbiologie (LNM) de Winnipeg il y a deux ans et se sont vu retirer leur habilitation de sécurité. Ils ont été officiellement licenciés en janvier dernier.

Cependant, deux experts de la sécurité nationale pensent que le cas des scientifiques soulève la possibilité d’un espionnage chinois.

« Il semble que ce que vous pourriez bien appeler des agents chinois aient infiltré l’un des éléments de sécurité nationale les plus prisés en matière de biosécurité et de biodéfense », a déclaré Christian Leuprecht, expert en sécurité et professeur au Royal Military College et à l’Université Queen’s.

Interrogé sur l’affaire lors d’un briefing quotidien à Pékin, Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré: « La Chine et le Canada ont une certaine coopération scientifique, ce qui est tout à fait normal et ne devrait pas être politisé ». (Mark Schiefelbein/The Associated Press)

Lors d’une conférence de presse à Pékin mercredi, il a été demandé au porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères si Qiu et Cheng étaient impliqués dans l’espionnage au nom du gouvernement chinois.

Il est notoire que le couple a partagé des informations et des échantillons de virus du laboratoire canadien avec l’Institut de virologie de Wuhan.

« Je ne suis pas au courant de ce que vous avez mentionné. La Chine et le Canada ont une certaine coopération scientifique qui est tout à fait normale et ne devrait pas être politisée », a déclaré Wang Wenbin en réponse aux questions de CBC News.

Qiu et son mari, Keding Cheng, ont été expulsés du laboratoire de niveau 4 en juillet 2019, mais n’ont été licenciés qu’en janvier. (Prix du Gouverneur général pour l’innovation)

Une installation de virologie de niveau 4 est un laboratoire équipé pour traiter les maladies humaines et animales les plus graves et les plus mortelles. Cela fait du laboratoire de Winnipeg l’un des rares en Amérique du Nord à pouvoir traiter les agents pathogènes nécessitant le plus haut niveau de confinement, comme Ebola.

Bien que Leuprecht n’ait aucune information privilégiée sur le cas du couple, il a déclaré que les faits connus de l’histoire ne correspondent tout simplement pas. Si le couple avait commis une simple violation de la sécurité nationale, a-t-il déclaré, des accusations auraient été portées.

Malgré l’absence d’accusations, Qiu et Cheng font toujours l’objet d’une enquête de la GRC.

Le porte-parole de la GRC, le cap. Julie Courchaine dirait seulement que la section fédérale des crimes graves et organisés de la GRC au Manitoba prend la tête de l’enquête en cours.

Kiera Lawson, porte-parole du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), a également refusé de répondre aux questions, déclarant : « Nous ne commentons pas publiquement [on], ou confirmer ou infirmer les détails de nos propres enquêtes. »

Qiu, un docteur en médecine de Tianjin, en Chine, est venu au Canada en 1996 pour des études supérieures. (SRC)

Qiu est un docteur en médecine de Tianjin, en Chine, qui est venu au Canada pour des études supérieures en 1996. Elle a commencé à l’Université du Manitoba, mais a commencé à travailler au laboratoire national en tant que chercheuse scientifique en 2006, gravissant les échelons pour devenir chef de la section Développement de vaccins et thérapies antivirales du programme des agents pathogènes spéciaux du LNM.

Elle faisait également partie de l’équipe qui a aidé à développer ZMapp, un traitement contre le virus mortel Ebola, qui a tué plus de 11 000 personnes en Afrique de l’Ouest entre 2014 et 2016.

Mais en juillet 2019, quelques mois seulement après avoir envoyé une cargaison de virus mortels Ebola et Henipah à l’Institut de virologie de Wuhan en Chine, Qiu, Cheng et les étudiants chinois avec lesquels elle travaillait ont été invités à quitter le laboratoire.

Ebola est considéré comme un agent de bioterrorisme de « catégorie A » par les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, car il peut facilement se propager et entraîner des taux de mortalité élevés. Henipah/Nipah sont classés dans la « catégorie C » car ils peuvent être conçus pour une diffusion massive.

À l’époque, des sources ont déclaré à CBC News que plusieurs ordinateurs avaient été saisis, qu’un journal de bord de laboratoire manquait et que les voyages réguliers de Qiu en Chine avaient été suspendus.

Des réponses exigeantes

Depuis des mois, le comité parlementaire spécial sur les relations Canada-Chine exige que l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) fournisse des réponses concernant cet envoi de virus, la raison pour laquelle les scientifiques ont été licenciés et s’ils sont citoyens canadiens.

L’ASPC a refusé, invoquant la législation sur la protection des renseignements personnels.

L’ASPC a déclaré que l’affaire impliquait une éventuelle violation de la politique, une question administrative et que le public n’avait jamais été en danger. Récemment, cependant, des responsables ont déclaré qu’il s’agissait d’une question de sécurité nationale.

La semaine dernière, le Parlement a adopté une motion conservatrice exigeant que l’ASPC remette des centaines de pages de documents non censurés.

Les documents ont maintenant été partagés avec le Comité des parlementaires sur la sécurité nationale et le renseignement (NSICOP), qui est composé de députés nommés par le Premier ministre et disposant d’une habilitation de sécurité nationale.

REGARDER | Un comité enquête sur le cas de microbiologistes licenciés privés d’habilitation de sécurité

Après que deux scientifiques travaillant au Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg se soient vu retirer leur habilitation de sécurité, des experts en sécurité nationale ont fait part de leurs inquiétudes quant à la possibilité d’espionnage et, mercredi, des députés ont demandé des réponses à la Chambre des communes. 2:03

La directrice exécutive Lisa-Marie Inman a refusé de répondre aux questions sur le travail du groupe, affirmant que le comité ne parle que par le biais de ses rapports. Ces rapports sont examinés par le Premier ministre avant d’être rendus publics.

Leuprecht pense que les documents pourraient révéler des problèmes de sécurité plus importants au laboratoire – et pourraient révéler le rôle des alliés du Canada dans l’enquête.

« Cela expliquerait également pourquoi vous ne les avez pas inculpés, car une fois que vous les avez inculpés, vous devez éventuellement traduire des personnes en justice. le gouvernement pourrait tout à fait intentionnellement essayer de garder ce genre de choses relativement sous le radar autant que possible », a-t-il déclaré.

« Cela doit être un signal d’alarme pour le Canada sur l’agressivité des Chinois à infiltrer les institutions occidentales pour leurs avantages politiques, économiques et de sécurité nationale », a-t-il déclaré, soulignant les inquiétudes concernant l’espionnage chinois dans les récents rapports annuels de SCRS et NSICOP.

Christian Leuprecht est expert en sécurité et professeur au Collège militaire royal du Canada et à l’Université Queen’s. (SRC)

Collaboration avec la Chine

Dans les documents récemment publiés, l’ASPC indique qu’une autorisation de niveau secret est requise pour travailler au LNM et que toute personne travaillant avec des agents pathogènes humains et des toxines doit avoir une autorisation en vertu de la Loi sur les agents pathogènes humains et les toxines (LAPHT).

Le Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg est le seul laboratoire de niveau 4 au Canada, permettant à ses scientifiques de travailler avec des microbes très dangereux. (John Woods/La Presse Canadienne)

Étant donné que Qiu avait accès au laboratoire de niveau 4, cela indique qu’elle avait les deux autorisations.

En 2017 et 2018, Qiu a effectué au moins cinq voyages en Chine, dont un pour former des scientifiques et des techniciens au laboratoire chinois de niveau 4 nouvellement certifié dans la province de Wuhan.

Selon des documents obtenus par CBC News dans le cadre de demandes d’accès à l’information, les déplacements ont été financés par un tiers, dont l’identité a été caviardée.

Un courriel envoyé par Qiu le 4 juillet 2018 est vu des documents caviardés récemment publiés par l’Agence de la santé publique du Canada. (Agence de la santé publique du Canada)

En 2017-2018, Qiu a écrit ou co-écrit environ 50 articles scientifiques. Bien qu’elle n’ait pas été autorisée à entrer au LNM depuis la mi-2019, elle a encore 32 publications à son actif pendant cette période, dont six en 2021. La plupart concernent les virus Ebola ou Marburg, ainsi que des scientifiques et des financements chinois.

Qiu avait également fait venir des étudiants chinois diplômés et de troisième cycle pour travailler dans son laboratoire.

Le Globe and Mail a récemment rapporté que l’un de ces scientifiques était Feihu Yan, de l’Académie des sciences médicales militaires de l’Armée populaire de libération (APL).

Des sources à l’intérieur du laboratoire ont déclaré à CBC News qu’elles avaient vu le scientifique militaire chinois au NML. Qiu a co-écrit au moins huit publications avec Yan.

Le porte-parole de l’ASPC, Eric Morrissette, a refusé de répondre aux questions sur le travail de Yan à Winnipeg, affirmant que « l’individu n’était pas un employé » du laboratoire.

CBC News avait précédemment reçu des centaines de pages de documents via une demande d’accès à l’information, détaillant une expédition de virus Ebola et Henipah envoyée du laboratoire de Winnipeg à l’Institut de virologie de Wuhan en Chine. (Karen Pauls/CBC News)

Leuprecht et d’autres critiquent le manque de surveillance qui a permis à des chercheurs comme Yan d’entrer dans le laboratoire.

« La Chine a un programme d’armes biologiques très actif, très agressif et extrêmement dangereux », a déclaré Leuprecht. « Donc, toutes les recherches qui sont générées ici pourraient facilement être réappropriées par les autorités chinoises pour faire avancer des causes plutôt néfastes. »

Avec les antécédents de la Chine en matière d’espionnage de propriété intellectuelle, un autre expert déclare qu’il est préoccupant que les instituts de recherche chinois aient aidé à financer une partie du travail effectué en collaboration avec les scientifiques du NML.

« Pourquoi nos procédures de sécurité n’ont-elles pas identifié que ce n’était pas une bonne idée, que ces personnes, compte tenu de leurs antécédents, ne devraient pas recevoir d’habilitations de sécurité ? » a déclaré Scott Newark, ancien procureur de la Couronne de l’Alberta, cadre supérieur de l’Association canadienne des policiers et conseiller politique auprès des gouvernements ontarien et fédéral.

Qiu, à droite, a reçu un prix du Gouverneur général en 2018 pour avoir aidé à développer ZMapp, un traitement contre le virus mortel Ebola. (SRC)

Lieu inconnu

Qiu et Cheng ont été vus publiquement pour la dernière fois lors d’un service commémoratif pour le Dr Frank Plummer, l’ancien chef du laboratoire national décédé en février 2020.

Ils n’ont jamais été joints pour commenter, malgré des visites dans leurs deux maisons de Winnipeg. Les voisins disent qu’ils n’ont pas vu le couple dans leur résidence principale depuis des mois. La résidence secondaire est un bien locatif. D’anciens collègues disent que Qiu s’est également vanté de posséder un manoir en Chine.

Une visite récente à leur propriété près de la communauté balnéaire de Gimli, au Manitoba, a trouvé un terrain vide sur lequel aucun chalet n’a été construit.

Les voisins disent qu’ils n’ont pas vu Qiu et Cheng dans leur résidence principale à Winnipeg ces derniers mois. (Karen Pauls/CBC)

Newark a déclaré que leurs propriétés – évaluées à environ 1,7 million de dollars – soulevaient des questions quant à savoir s’ils avaient des revenus en dehors de leurs salaires du gouvernement fédéral, un total d’environ 250 000 $ pour les deux.

« C’est un profil absolu … un grand drapeau rouge », a-t-il déclaré.

Newark a également déclaré que les tentatives du gouvernement Trudeau de garder secrets les détails de cette affaire ont des parallèles avec un rapport de renseignement conjoint de la GRC et du SCRS à la fin des années 1990 appelé Project Sidewinder.

Il a révélé que le gouvernement chinois et des gangs criminels asiatiques travaillaient ensemble dans le trafic de drogue, l’espionnage nucléaire et d’autres activités criminelles qui constituaient une menace pour la sécurité du Canada.

Cependant, le rapport a été mis de côté au milieu d’allégations de pressions politiques pour ne pas contrarier la Chine. Le gouvernement libéral de l’époque tentait d’encourager le commerce entre les deux pays.

« Aucune nouvelle n’est une bonne nouvelle, c’est ainsi que nous l’appelons souvent », a déclaré Newark.

« Cela se reproduit dans cet exemple de cas. Il y a des problèmes de sécurité importants – et pas seulement pour nous, mais pour tous les autres pays avec lesquels nous travaillons également – parce que s’il y a des informations qui vont de nous à un État étranger hostile, cela est quelque chose qui a des ramifications importantes. »

#Appel #réveil #pour #Canada #des #experts #sécurité #affirment #cas #scientifiques #licenciés #pourrait #indiquer #lespionnage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *