6 jeunes Canadiens racontent comment ils ont célébré leur remise des diplômes après une autre année scolaire pandémique

Vues: 10
0 0
Temps de lecture:7 Minute, 19 Second

Une autre saison de remise des diplômes est passée. Mais avec la pandémie de COVID-19 toujours une réalité, traverser une scène entouré de pairs n’était pas une option viable pour de nombreux étudiants canadiens.

Les jeunes de tout le pays ont fait en sorte que cela fonctionne, célébrant le grand jour avec leur famille et leurs amis en toute sécurité, de manière responsable et créative.

CBC News s’est entretenu avec six récents diplômés du secondaire et de l’université qui ont marqué leur jalon d’une manière unique.

Adriana Gonzalez, 27 ans, et Devon Bowyer, 26 ans

Adriana Gonzalez, à droite, et Devon Bowyer célèbrent leur diplôme de la Dalla Lana School of Public Health de l’Université de Toronto à la clinique Auduzhe Mino Nesewinong le 22 juin. (Dr Mona Haidar)

Adriana Gonzalez et Devon Bowyer ont passé leur journée de remise des diplômes à la clinique Auduzhe Mino Nesewinong au centre-ville de Toronto, un centre de dépistage et de vaccination COVID-19 pour les peuples autochtones dont le nom signifie « lieu de respiration saine » en langue anishinaabe.

« Essentiellement, nous pensions que la meilleure chose en matière de santé publique que nous puissions faire avec notre diplôme était d’aller dans une clinique et d’avoir notre diplôme le même jour », a déclaré Bowyer. Lui et Gonzalez ont tous deux une maîtrise en santé publique en santé autochtone de l’Université de Toronto.

Bowyer est le responsable du programme et de la logistique de la clinique, et Gonzalez le soutient dans ce rôle. Alors qu’ils se connectaient à leur cérémonie de collation des grades virtuelle le 22 juin, leurs collègues leur ont organisé une petite fête, avec des gâteaux et des accessoires de fête.

Gonzalez et Bowyer ont déclaré qu’ils étaient tous deux des colons de première génération reconnaissants de travailler en solidarité avec les peuples autochtones. « Tout au long de notre programme, nous venons d’apprendre que le leadership communautaire, le partenariat communautaire sont vraiment la clé pour faire progresser les besoins en matière de santé des peuples autochtones », a déclaré Gonzalez. « C’était juste… une façon si spéciale et significative de célébrer ensemble. »

Javeria Pervez, 18 ans

Javeria Pervez, représentée dans sa casquette et sa robe avec son père, Pervez Akhter, au bord du lac Ontario, a obtenu son diplôme de la Blyth Academy à Mississauga, en Ontario, le 23 juin. Suivre Favori

Javeria Pervez a célébré son diplôme d’études secondaires avec style : une séance photo en plein air avec ses parents dans sa casquette et sa robe.

Pervez est diplômé de la Blyth Academy à Mississauga, en Ontario. Le campus Adamson Estate de l’école privée surplombe le lac Ontario et les diplômés ont eu la chance de prendre des photos professionnelles sur le terrain au bord de l’eau.

Elle a dit qu’elle était très excitée à l’idée de revoir ses professeurs après avoir suivi un enseignement à distance. À son arrivée, chaque diplômé a reçu une boîte-cadeau avec un chandail à capuchon, de la verrerie, un stylo, une pancarte et une note manuscrite du directeur.

« Je suis contente que nous ayons au moins pu faire le petit truc de remise des diplômes au lac, car sinon je m’attendais à ce que ce soit totalement virtuel », a-t-elle déclaré. « C’était donc vraiment un moment très heureux pour moi. »

Son père a accepté. « Ils nous ont donné l’occasion de célébrer », a déclaré Pervez Akhter. « Et j’apprécie vraiment ça. »

André Odegard, 22 ans

Andrew Odegard se tient à l’intérieur d’un pub gonflable installé dans la cour de sa famille le 26 juin pour célébrer l’obtention de son diplôme de baccalauréat en sciences de l’Université de l’Alberta. (Mérilée Odegard)

La célébration dans l’arrière-cour d’Andrew Odegard était un effort conjoint entre lui et sa mère, Merilee : un pub gonflable géant, doté d’une fausse cheminée intérieure et de fenêtres pour servir des boissons. La famille a remporté l’installation lors d’une vente aux enchères organisée par une station de radio locale dans leur ville de St. Albert, en Alberta.

Odegard, qui a obtenu un baccalauréat en sciences de l’Université de l’Alberta à Edmonton, a passé la journée à célébrer en plein air avec ses amis et sa famille.

« Nous l’avions réservé il y a environ un mois », a déclaré Merilee Odegard à propos du pub gonflable. « Nous ne savions pas quelles seraient les restrictions. Et nous pensions que même s’il ne s’agissait que de notre famille de six personnes, nous devions faire quelque chose pour célébrer l’obtention du diplôme. N’est-ce pas? C’est un gros problème. »

Les circonstances étaient décevantes, a déclaré Odegard. « J’aurais préféré le faire en personne. Les cours auraient été plus faciles; j’aurais pu voir mes amis à l’école et avoir ce diplôme traditionnel. Mais ce n’était tout simplement pas possible. »

Mais il y avait une lueur d’espoir : l’occasion spéciale a donné à Odegard l’occasion d’être avec ses grands-parents, dont il a dit n’avoir vu qu’une ou deux fois depuis le début de la pandémie. Et avec toute la famille complètement vaccinée, ils attendaient depuis longtemps des câlins. « C’était assez amusant. »

REGARDER | Les étudiants canadiens partagent leurs célébrations de remise des diplômes uniques :

Alors que les cérémonies à travers le pays étaient suspendues en raison de la pandémie de COVID-19, 4 étudiants canadiens parlent à CBC News de leurs plans créatifs pour la journée de remise des diplômes. 1:34

Rylee Macey-Reid, 17 ans

Rylee Macey-Reid se tient devant la maison de sa famille à Okotoks, en Alberta, le 18 juin. La cour est décorée d’étoiles et de messages de félicitations pour le diplômé de l’école secondaire Foothills Composite High School. (Renae Macey-Reid)

Les plans d’obtention du diplôme d’études secondaires de Rylee Macey-Reid ont été interrompus par le test COVID-19 positif d’un frère et elle a passé le grand jour à la maison à Okotoks, en Alberta. Mais cela n’a pas empêché sa famille de tout donner.

« Ma mère m’a réveillé, elle m’a bandé les yeux et m’a emmenée dehors. Et j’ai enlevé le bandeau et toute notre cour était décorée avec des trucs de remise des diplômes, ce qui était une très grosse surprise », a-t-elle déclaré.

Macey-Reid a écouté la cérémonie en direct de son école en direct, en regardant ses camarades monter sur scène et lancer leurs casquettes.

« C’était un peu doux-amer de ne pas pouvoir traverser avec eux, puisque je suis avec eux depuis si longtemps, mais c’était aussi près que j’allais pouvoir les voir », a déclaré Macey-Reid, qui a obtenu son diplôme. de l’école secondaire Foothills Composite High School dans le programme d’immersion française.

Elle a reçu son diplôme d’études secondaires des mains de sa famille et son père, Brad Macey, membre de la Première Nation de Beausoleil en Ontario, lui a remis une couverture de cérémonie que l’école remet à ses diplômés autochtones. Les célébrations se poursuivront tout l’été, a déclaré sa mère, Renae Macey-Reid.

« Cela a fini par être aussi bon qu’une vraie remise des diplômes, honnêtement », a déclaré Macey-Reid. « J’ai apprécié toutes les mêmes choses que j’aurais appréciées si j’étais allée à la vraie. »

Chelsea La Vecchia, 29

Chelsea La Vecchia, deuxième à droite, porte un toast à l’obtention de son diplôme de l’Université de Waterloo avec une maîtrise ès arts en médias numériques expérimentaux dans la cour de ses parents à Toronto le 19 juin avec sa famille. (Agnès Wong)

Chelsea La Vecchia a célébré sa remise des diplômes dans la cour de ses parents à Toronto, avec sa mère, Tracy, son père, Tony, et son mari, George, présents pour un déjeuner intime et fait maison (salade de betteraves, mangue et pétoncles et poulet et crevettes ). Elle a obtenu une maîtrise ès arts en médias numériques expérimentaux de l’Université de Waterloo.

Pour se préparer à sa convocation virtuelle, La Vecchia et sa famille ont déplacé leur téléviseur à l’extérieur et ont tenté de diffuser la cérémonie, mais tout ne s’est pas déroulé comme prévu.

« C’était un peu le bordel », a-t-elle déclaré, faisant référence à une série de difficultés techniques survenues juste au début de l’événement. « Au milieu d’essayer de manger et aussi d’essayer de comprendre la technologie, j’ai raté, je pense, probablement 30 minutes de la cérémonie. »

Pour couronner le tout, l’écran s’est figé juste avant que son nom n’apparaisse. « Donc je n’ai jamais vu mon nom ! »

Célébrer à distance était une expérience étrange, puisque La Vecchia a déclaré qu’elle espérait obtenir son diplôme aux côtés de ses camarades de classe après avoir terminé le programme « difficile mais gratifiant ». « C’était bizarre, je ne vais pas mentir. Cela a enlevé un peu de valeur. » Mais c’était formidable de célébrer à la maison avec la famille, a-t-elle déclaré.

#jeunes #Canadiens #racontent #comment #ils #ont #célébré #leur #remise #des #diplômes #après #une #autre #année #scolaire #pandémique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *