L’ONU confirme la menace saoudienne contre un officiel enquêtant sur le meurtre de Khashoggi

Vues: 7
0 0
Temps de lecture:3 Minute, 16 Second

Le bureau des droits de l’homme de l’ONU a déclaré mercredi qu’il avait confirmé l’exactitude des propos publiés par l’expert indépendant qui a mené une enquête sur le meurtre de Jamal Khashoggi, alléguant qu’un haut responsable saoudien avait menacé d’elle.

Le journal The Guardian a cité mardi Agnès Callamard, experte de l’ONU sur les assassinats sommaires, affirmant qu’un responsable saoudien avait menacé de «prendre soin» si elle n’était pas freinée à suivre son enquête sur le meurtre du journaliste.

Les responsables saoudiens n’ont pas répondu à une demande de commentaire. Callamard n’a pas répondu lorsqu’il a été contacté par Reuters.

« Nous confirmons que les détails de l’histoire du Guardian sur la menace dirigée contre Agnès Callamard sont exacts », a déclaré le porte-parole des droits de l’homme de l’ONU, Rupert Colville, dans une réponse par courrier électronique à Reuters.

Le bureau des droits de l’homme de l’ONU a informé Callamard de la menace ainsi que de la sécurité et des autorités de l’ONU, a-t-il ajouté.

Menace signalée transmise à Genève

Callamard a déclaré au Guardian que la menace avait été transmise lors d’une réunion de janvier 2020 entre des responsables saoudiens et de l’ONU à Genève. Elle a déclaré avoir été informée de l’incident par un collègue de l’ONU, a rapporté le journal.

Jamal Khashoggi, vu ci-dessus sur une photo de 2014, a été tué après être entré au consulat saoudien à Istanbul en octobre 2018. (Mohammed Al-Shaikh / AFP / Getty Images)

Soyez silencieux a mené une enquête de l’ONU sur le meurtre d’octobre 2018 de Khashoggi par des agents saoudiens au consulat du royaume à Istanbul. Elle a publié un rapport en 2019 concluant qu’il y avait des « preuves crédibles » que le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et de hauts responsables saoudiens étaient responsables du meurtre du journaliste du Washington Post et résident américain.

Elle a par la suite appelé à des sanctions contre les biens du prince Mohammed.

Le prince nie toute implication dans le meurtre mais a déclaré qu’il portait la responsabilité ultime parce que cela s’était passé sous sa direction.

Compris comme «  une menace de mort  »

La menace présumée a été faite lors d’une réunion entre des diplomates saoudiens basés à Genève, une délégation saoudienne en visite et des responsables de l’ONU, a rapporté le Guardian. Après que la partie saoudienne ait critiqué le travail de Callamard dans cette affaire, a rapporté le journal, un haut responsable saoudien a déclaré qu’il avait parlé à des personnes prêtes à « prendre soin d’elle ».

« Une menace de mort. C’est ainsi que cela a été compris », a déclaré Callamard. « Les gens qui étaient présents, et aussi par la suite, ont clairement fait savoir à la délégation saoudienne que c’était absolument inapproprié.

REGARDER | Publication du rapport du renseignement américain:

Un rapport du renseignement américain désormais non classé blâme le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane pour avoir approuvé le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi à l’ambassade saoudienne à Istanbul en 2018. L’administration Biden dit que c’est inacceptable et ne sera pas toléré, signalant un changement dans la relation entre les États-Unis et l’Arabie saoudite. 1:52

Callamard a critiqué la décision d’un tribunal saoudien en septembre emprisonner huit personnes jusqu’à 20 ans pour le meurtre, accusant le royaume de «se moquer de la justice» en ne punissant pas les plus hauts fonctionnaires.

L’administration du président américain Joe Biden, qui a adopté une position plus ferme sur le bilan de l’Arabie saoudite en matière de droits humains, a été publiée le mois dernier un rapport de renseignement selon lequel le prince Mohammed a approuvé une opération pour capturer ou tuer Khashoggi.

Le gouvernement saoudien a rejeté les conclusions et a réaffirmé que le meurtre était un crime odieux commis par un groupe de voyous.

Callamard, dont le remplacement a été annoncé mercredi, prend un nouveau poste de secrétaire général d’Amnesty International.

#LONU #confirme #menace #saoudienne #contre #officiel #enquêtant #sur #meurtre #Khashoggi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *