L’OMS donne de nouveaux noms aux variantes préoccupantes du COVID-19

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 39 Second

L’Organisation mondiale de la santé a révélé lundi de nouveaux noms pour les variantes préoccupantes du COVID-19 qui, à ce jour, étaient connues sous plusieurs noms et numéros.

En tant que telles, les quatre variantes considérées comme préoccupantes par l’agence des Nations Unies – et généralement connues du public comme les variantes identifiées pour la première fois au Royaume-Uni, en Afrique du Sud, au Brésil et en Inde, et par des noms techniques parfois maladroits tels que B117 ou B1617 – seront maintenant reçu les lettres alpha, bêta, gamma et delta selon l’ordre de leur détection.

D’autres continueront dans l’alphabet. Voici un aperçu de ce qui a motivé le déménagement et des variantes qui ont maintenant de nouveaux noms :

Pourquoi l’alphabet grec ?

Le choix de l’alphabet grec est intervenu après des mois de délibérations au cours desquelles d’autres possibilités – telles que les dieux grecs et les noms pseudo-classiques inventés – ont été examinées par des experts, selon le bactériologiste Mark Pallen qui a participé aux pourparlers.

Historiquement, les virus ont souvent été associés aux lieux d’où ils sont censés avoir émergé, comme Ebola, qui tire son nom du fleuve congolais.

L’Organisation mondiale de la santé a attribué de nouveaux noms aux variantes préoccupantes du COVID-19, en utilisant l’alphabet grec. (Denis Balibouse/Reuters)

Mais cela peut nuire à la réputation de ces lieux et est souvent inexact, comme avec la pandémie dite de « grippe espagnole » de 1918 dont les origines sont inconnues.

« Aucun pays ne devrait être stigmatisé pour avoir détecté et signalé des variantes », a déclaré l’épidémiologiste de l’OMS Maria Van Kerkhove.

Voici la répartition des variantes préoccupantes identifiées jusqu’à présent, en fonction de l’endroit où la variation a été détectée pour la première fois :

Le Royaume-Uni — Alpha

La variante identifiée pour la première fois au Royaume-Uni en septembre 2020 était confirmé pour la première fois au Canada en décembre 2020. Il a été connu sous le nom de variante B117. Il a maintenant été désigné comme Alpha.

C’est de loin la variante la plus courante au Canada, avec près de 193 000 cas confirmés selon l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

Afrique du Sud — Bêta

La variante identifiée pour la première fois en Afrique du Sud, B1351, sera désormais connue sous le nom de Beta. C’était détecté pour la première fois au Canada en Alberta en janvier. Ce n’est pas très courant ici, avec moins de 1700 cas confirmés.

Brésil – Gamma

La variante P1 est apparue pour la première fois en décembre 2020. La le premier cas confirmé au Canada a été détecté à Toronto en février.

Il s’est également répandu plus largement ici, avec près de 12 000 cas désormais confirmés.

Inde – Delta

La quatrième variante préoccupante à laquelle un nom d’alphabet grec a été attribué est B1617, détectée pour la première fois en Inde en octobre 2020. confirmé pour la première fois au Canada en avril chez un patient au Québec.

Cette variante est la moins comprise, selon l’ASPC. L’agence affirme que son impact est toujours en cours d’évaluation au Canada, bien qu’il ait maintenant été identifié dans les 10 provinces et un territoire.

#LOMS #donne #nouveaux #noms #aux #variantes #préoccupantes #COVID19

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *