Les émeutes, les pillages se poursuivent en Afrique du Sud, jusqu’à 32 morts

Vues: 4
0 0
Temps de lecture:2 Minute, 3 Second

Les émeutes en Afrique du Sud se sont poursuivies mardi, le nombre de morts s’élevant à 32 alors que la police et l’armée luttent pour réprimer les pillages et la violence dans les provinces du Gauteng et du KwaZulu-Natal.

De nombreux décès sont survenus dans des bousculades chaotiques alors que des dizaines de personnes ont pillé de la nourriture, des appareils électriques, de l’alcool et des vêtements dans des centres commerciaux, a déclaré mardi matin à la presse le Premier ministre du KwaZulu-Natal, Sihle Zikalala.

« Les événements d’hier ont apporté beaucoup de tristesse. Le nombre de personnes décédées dans le seul KwaZulu-Natal s’élève à 26. Beaucoup d’entre elles sont mortes après avoir été piétinées lors d’une bousculade alors que les gens pillaient des objets », a déclaré Zikalala.

Dans le Gauteng, la province la plus peuplée d’Afrique du Sud, qui comprend la plus grande ville, Johannesburg, six personnes sont décédées, ont indiqué des responsables.

Des soldats envoyés

Le déploiement de 2 500 soldats pour soutenir la police sud-africaine n’a pas arrêté le pillage généralisé, même si des arrestations sont en cours dans certains quartiers de Johannesburg, dont Vosloorus.

Les pillages se sont poursuivis mardi dans les centres commerciaux de Johannesburg dans les cantons, notamment les centres commerciaux Jabulani et Dobsonville à Soweto. Des cas de pillage continu ont également été signalés au KwaZulu-Natal.

Les violences ont commencé au KwaZulu-Natal la semaine dernière au milieu des protestations contre l’emprisonnement de l’ancien président Jacob Zuma, qui a commencé à purger une peine de 15 mois pour outrage au tribunal. Il a été reconnu coupable d’avoir défié une ordonnance du tribunal de témoigner devant une enquête soutenue par l’État examinant des allégations de corruption au cours de son mandat de président de 2009 à 2018.

La violence sporadique pro-Zuma s’est transformée en une vague de vols criminels dans les quartiers pauvres des cantons des deux provinces, selon des témoins. Jusqu’à présent, l’anarchie ne s’est pas étendue aux neuf autres provinces d’Afrique du Sud.

La Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays, a entendu lundi la demande de Zuma d’annuler sa peine. L’avocat de Zuma a présenté ses arguments selon lesquels la cour suprême a commis des erreurs lors de la condamnation de Zuma à la prison.

Après 10 heures de témoignage lundi, les juges du tribunal ont déclaré qu’ils étudieraient les arguments et annonceraient leur décision à une date ultérieure.

#Les #émeutes #les #pillages #poursuivent #Afrique #Sud #jusquà #morts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *